Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Adorant

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Adorant

© 2000 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Levant

Auteur(s) :
Isabelle Franceschi

Cette statue votive est celle d'un dynaste local, porteur d'offrandes propitiatoires. La couronne de feuilles et de boutons de fleurs qui orne la tête évoque une fête religieuse liée au cycle de la végétation. L'expression légèrement souriante du visage, la facture du torse, le plissé du vêtement et la forme rigide de l'oeuvre témoignent de l'influence de l'art archaïque grec.

Une statue conçue comme un ex-voto

Il s'agit là d'un des rares exemplaires presque complets de ces grandes statues d'"adorants", offertes au Ve siècle av. J.-C. dans les sanctuaires du centre de l'île de Chypre, à Golgoi et à Idalion en particulier. Le dignitaire local ainsi représenté porte des offrandes symboliques : dans la main droite une petite boîte à encens, dans la main gauche sans doute un oiseau, dont il ne reste que la trace de l'arrachement. La couronne végétale, attribut cultuel typique dans l'art plastique chypriote, évoque des fêtes religieuses liées au cycle de la fertilité et de la mort. Cette statuaire est conçue en tant qu'ex-voto : les actes de dévotion du fidèle sont prolongés indéfiniment au moyen de son double, son effigie, qui, par sa présence continue en attitude rituelle dans le temple, lui assure une protection permanente de la divinité.

Une œuvre caractéristique de l'art chypriote

L'art chypriote témoigne de la rencontre entre l'Orient et le monde méditerranéen. La maîtrise de la sculpture monumentale apparaît au VIIe siècle av. J.-C., grâce à l'appropriation de méthodes et de techniques étrangères à l'île, transmises par l'intermédiaire des voisins orientaux. À partir de la fin du VIe siècle avant notre ère, la sculpture dénote l'influence progressive des ateliers ioniens, puis athéniens. L'Adorant d'Idalion, exécuté en ronde-bosse, est ainsi une expression chypriote de l'art archaïque grec, combinant divers aspects. L'expression souriante, du visage au nez pointu, la facture du torse, le cou et les épaules larges, la poitrine gonflée, la station debout avec la jambe gauche avancée rappellent les couroi grecs. Le rendu de la tunique plissée (chiton) et du manteau ionien (himation) dont l'étoffe, passant sous le bras droit et sur l'épaule gauche, forme sur le devant du corps un drapé vertical en bande plate se terminant par une chute en zigzag, évoque le traitement du costume de la corè antique. La rigidité de l'ensemble, qui s'explique en partie par la difficulté de travailler le calcaire, roche friable, et par la nécessité de sculpter l'oeuvre en bloc massif, est comparable à celle de la Corè de Samos (musée du Louvre, Ma 686) : statue pilier inspirée de l'art du Proche-Orient, elle reflète les canons orientaux transmis aux Grecs par les Phéniciens. Elle s'en différencie toutefois par le rendu très plat, l'absence de volume global de la silhouette vue de profil. La couleur, utilisée dans la statuaire grecque, joue un rôle très important pour animer ces masses sans grand modelé. Les traces de peinture rouge, au bas du cou de la statue d'Idalion, indiquent qu'elle était polychrome. Le bleu clair et le rouge servaient à rehausser les yeux et les cheveux, ainsi que les vêtements. Le jaune n'était utilisé que pour les bijoux. Le grain poreux, opaque et délicat du calcaire permettait de fixer les coloris.

Bibliographie

- CAUBET Annie, HERMARY Antoine, Catalogue des Antiquités du musée du Louvre : sculptures, musée du Louvre, département des Antiquités orientales, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1989.

- CAUBET Annie, HERMARY Antoine, KARAGEORGHIS Vasos (dir.), Art antique de Chypre au musée du Louvre : du chalcolithique à l'époque romaine, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1992, Athènes, Kapon, 1992.

- SPITERIS Tony, Art de Chypre, des origines à l'époque romaine, Éditions Cercle d'Art, Paris, 1970.

Cartel

  • Adorant

    Chypro-classique I (2e quart du Ve siècle av. J.-C.)

    Idalion

  • Calcaire, traces de polychromie

    H. : 1,53 m. ; L. : 0,40 m. ; Pr. : 0,17 m.

  • Don Guillaume-Rey, 1860

    N 1085

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Levant : Chypre
    Salle 21

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet