Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Aiguière au chiffre de Gilles de Montmorency-Laval

Aiguière au chiffre de Gilles de Montmorency-Laval

© 1996 Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola

Objets d'art
Renaissance

Auteur(s) :
Brigitte Ducrot

Le lieu de fabrication et le nom de l’atelier où les pièces dites de Saint-Porchaire (Deux-Sèvres) ont pu être produites restent encore une énigme. Cette grande aiguière au chiffre de Gilles II de Montmorency-Laval († 1559) fait partie d’un nombre restreint de pièces de ce type répertoriées dans le monde (Cleveland, Edimbourg, ...). Pièce d’apparat, sa forme est inspirée de l’orfèvrerie maniériste du règne d’Henri II et illustre plusieurs techniques de l’art de la céramique (moulage, estampage).

Une production encore mystérieuse

Le musée du Louvre présente, dans la salle 21, onze pièces en céramique dite de Saint-Porchaire (Deux-Sèvres) : l’une des plus importantes collections publiques en ce domaine. Malgré de nombreuses études, cette production reste encore mystérieuse. Si la composition de cette pâte beige très fine a pu être définie (présence de terre très blanche kaolinique utilisée dans la porcelaine dure), ni le lieu de fabrication, ni les auteurs n’ont pu être identifiés avec certitude. Toutefois, la rareté, la préciosité et l’originalité de ces objets d’une part, le prestige des armoiries représentées (Montmorency-Laval (OA 10588)) et la mention de tels objets précieux dans les inventaires de grands dignitaires (ex. Anne de Montmorency) d’autre part, tendent à démontrer qu’il faut sans doute chercher un patronage à la cour raffinée et dans l’entourage du roi Henri II.

Une ornementation caractéristique

Proche des aiguières conservées aux musées de Cleveland et d’Edimbourg, celle du Louvre se compose sur un pied mouluré, d’une panse renflée surmontée d’un col étroit terminé par une anse pleine de fantaisie. Comme sur d’autres pièces de cette production, on remarque l’adjonction d’ornements moulés en relief (coquilles, mascarons bouche ouverte, têtes d’angelots, cuirs enroulés). Le décor caractéristique donne une grande importance à une ornementation répétitive sur un fond tantôt sombre tantôt clair. Dans des compartiments nettement séparés par une moulure en relief, elle se compose d’un jeu d’entrelacs en frise ou en « semis » rubanés parfois strictement géométriques, parfois plus sinueux enrichis de motifs mauresques. Avec un peu d’attention, on distingue au sein de la composition, parsemant la panse de l’aiguière et habilement placée dans le décor, le chiffre G. Il est actuellement reconnu comme étant celui de Gilles de Montmorency-Laval, seigneur de Bressuire (dont dépend Saint-Porchaire) en Poitou.

Des objets précieux

La forme et le décor de cette pièce forment une synthèse du goût maniériste et font appel à d’autres techniques des arts décoratifs. La silhouette est inspirée de l’art du métal et il est possible de reconnaître de nombreux emprunts aux dessins des artistes maniéristes contemporains notamment dans l’anse serpentiforme et le bec verseur en forme de coquille. Quant aux motifs décoratifs géométriques répétitifs, ils sont tels qu’on les trouve sur les fers de relieur. Cette coïncidence n’est pas fortuite : le règne d’Henri II marque l’âge d’or de la reliure française. Les motifs sont obtenus par des terres colorées fixées par incrustation à l’aide d’une matrice sous une glaçure plombifère transparente. La jonction parfois irrégulière n’enlève rien à la qualité générale et au soin apporté à cette pièce.

Bibliographie

- JESTAZ Bertrand, Poteries de Saint-Porchaire, in La Revue de Louvre et des Musées de France, 1975, n° 5/6, p. 384-396.

- Cinq années d’enrichissement du patrimoine national, Cat. d'exposition, Paris, Grand-Palais, 1980-1981, p. 36-38, n° 27.

- Louvre. Guide du visiteur. Les Objets d’art. Moyen-Age et Renaissance, Paris, Editions de la Réunion des Musées nationaux, 1994, p. 123-124.

- DURAND Jannic, Le Louvre : Les Objets d’art, Paris, Éditions Scala ; Editions de la Réunion des Musées nationaux, 1995, p. 67.

Cartel

  • Atelier de Saint-Porchaire

    Aiguière au chiffre de Gilles de Montmorency-Laval

    Avant 1559 ?

    France

  • Terre kaolinique à glaçure plombifère, décor estampé

    H. : 37,20 cm.

  • Ancienne collection Edouard de Rothschild Don de madame G. Piatigorsky, née J. de Rothschild, 1974 , 1974

    OA 10589

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Galerie des Chasses de Maximilien
    Salle 19

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet