Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Aiguière en sardoine

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Aiguière en sardoine

© 1993 RMN / Daniel Arnaudet

Objets d'art
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Louis XIV (1638-1715), comme ses parents, était fasciné par les pierres dures. Il en avait une collection considérable. Une grande partie de ses gemmes étaient des œuvres antiques et avaient reçu une monture ultérieurement afin d'en augmenter la valeur. Cette aiguière en sardoine date du Ier siècle av. J.-C. - Ier siècle ap. J.-C. et a été acquise par Louis XIV vers 1685.

Une pièce antique

La pierre dans laquelle a été taillée cette aiguière est de la sardoine brune et gris bleuté dans la masse. D'un galbe régulier, cette aiguière, à bord plat et fond plat, est ornée d'une anse d'inspiration végétale. L'anse est étirée en hauteur et couronnée d'une sorte d'appui-pouce en forme de petite feuille surmontant trois moulures arrondies. Elle est reliée au bord par un motif triangulaire ajouré. Ce type d'attachement de l'anse est apparu à l'époque hellénistique puis a été adopté à Rome. On le rencontre sur d'autres récipients et dans d'autres matériaux. Cette anse élaborée permet d'intégrer l'aiguière du Louvre à un groupe de vases en agate ou en sardoine aux anses pourvues d'attaches multiples comme le calice du trésor de Saint-Marc de Venise, la grande coupe en agate de la Schatzkammer de Vienne, le vase du palais Pitti de Florence ou l'aiguière des collections royales de Rosenborg.

Le décor d'oves

L'aiguière est en outre ornée d'un décor d'oves creux. Trois grands oves concaves, bordés d'une moulure, font saillie à l'intérieur de la panse et apparaissent en creux à l'extérieur. Ils sont disposés de manière asymétrique par rapport au bec et à l'anse. Les vases en sardoine de l'Antiquité sont très souvent ornés de motifs en creux. Ces motifs servaient d'abord à faire disparaître les défauts de la pierre mais faisaient également office d'ornements. On les retrouve d'ailleurs dans la verrerie et l'orfèvrerie romaines.

La monture

La base de l'aiguière était cassée, la monture fut donc élaborée pour équilibrer l'objet. Cette explication est donnée par un dessin conservé au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France. Ce dessin réalisé par Dalencé a été envoyé à Louis XIV d'Allemagne. C'est ce dessin qui le convainquit d'acquérir l'objet. La monture était ornée de rinceaux d'émail noir qui existaient encore en 1867 mais qui ont aujourd'hui disparu. Il fut question de faire restaurer cette monture par P.-N. Ménière qui suggérait un pied en or pour aller avec la beauté de l'aiguière, mais ce projet ne fut pas exécuté.

Bibliographie

ALCOUFFE, D., Les Gemmes de la Couronne, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2001, pp. 47-49.

Cartel

  • Aiguière en sardoine

    Ier siècle avant J.-C. - Ier siècle après J.-C.

  • Monture en argent doré : Augsbourg, XVIIe siècle

    H. : 20,30 cm. ; L. : 10,50 cm. ; D. : 8,50 cm. ; Pr. : 3 cm.

  • Acquise par Louis XIV à Augsbourg en 1685

    MR 115

  • Objets d'art

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Mini-site

Voir le mini-site Les Gemmes de Louis XIV.