Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Aiguière et bassin dits de Charles Quint

Aiguière et bassin dits de Charles Quint

© 2010 RMN / Jean-Gilles Berizzi

Objets d'art
Renaissance

Auteur(s) :

Muriel Barbier

 

 


 

Remerciements :

Cette notice d’œuvre vous est présentée par Canson

Cette aiguière et ce bassin commémorent la conquête de Tunis par Charles Quint en 1535 évoquée par l'inscription du bassin. Barberousse s'était emparé de Tunis l'été 1534 et, dès l'hiver, Charles Quint fit ses préparatifs de guerre pour diminuer la puissance du bey et délivrer les nombreux esclaves chrétiens. Réalisé à Anvers, cet ensemble prend donc la valeur de document historique mais il est aussi un majestueux exemple de l'essor de l'orfèvrerie flamande au XVIe siècle.

La conquête de Tunis mise à l'honneur

Le bassin, de forme ronde, montre plusieurs scènes de la conquête : sur le marli, le débarquement, le campement, des épisodes se rattachant à l'engagement et le bombardement de la Goulette (canal conduisant à Tunis) ; il n'y a aucune division artificielle et les épisodes, qui semblent se succéder, forment une composition harmonieuse. L'intérieur du bassin est orné de la prise de la Goulette, la bataille, la libération des esclaves, la ville détaillée et les ruines romaines de Carthage. L'aiguière, reposant sur un piédouche, à la panse ovoïde, reprend la même iconographie : une frise illustre la scène du débarquement, l'épaule et la partie inférieure de l'aiguière sont ornées de trophées guerriers.
Ce thème a déjà été traité par Jean Vermeyen, peintre officiel de la conquête de Tunis, attaché successivement à Marguerite d'Autriche et à Marie de Hongrie. Passé au service de Charles Quint, il avait réalisé les cartons de la tenture de Tunis. Il n'est donc pas invraisemblable que Vermeyen ait participé à la confection des modèles de ces deux pièces d'orfèvrerie.

Deux oeuvres maniéristes

Aiguière et bassin sont des œuvres souvent réalisées pendant la Renaissance. Il était d'usage de les présenter sur les dressoirs pour illustrer la richesse et la puissance des propriétaires. La forme du bassin et de l'aiguière du Louvre sont révélatrices du maniérisme en Europe. Le bec de l'aiguière se développe en un buste féminin coiffé d'une coquille et dont les épaules sont ornées de deux coquillages. L'anse est faite de deux serpents entrelacés autour du bras d'un satyre qui, assis sur l'épaule, tente de s'échapper de leur emprise. Cette forme d'aiguière avec un bec orné d'un buste de femme couronné d'une coquille et une anse formée de serpents avait déjà été adoptée vers 1533-1540 par Perino del Vaga, il est possible que ce projet romain ait servi de modèle à l'aiguière de Charles Quint. Le traitement très en relief des éléments évoqués et la précision des scènes narratives réalisées en léger repoussé sont communs aux œuvres de l'orfèvrerie maniériste.

Le dynamisme du foyer anversois

Parmi les poinçons de ces œuvres, se trouve celui de la ville d'Anvers. Les orfèvres d'Anvers devaient, sous peine d'amende, revêtir leurs travaux de trois poinçons : celui du maître, de la corporation et de l'année. Anvers était un port très prospère au XVIIe siècle. L'accroissement de la fortune publique avait amené le développement des industries de luxe et en particulier de l'orfèvrerie. Les orfèvres étaient fortunés ; on sait, par exemple, que certains d'entre eux avancèrent le capital nécessaire pour l'assèchement des polders de la Zijpe à Willemstad en Hollande. Il est possible que ces Flamands aient eu des rapports suivis avec les Allemands ce qui expliquerait les similitudes formelles de l'ensemble de Charles Quint avec l'orfèvrerie germanique. Cependant, l'auteur de ces œuvres, dont le poinçon est PTR, demeure inconnu.

Bibliographie

Carolus Charles Quint, 1500-1555, Gand, 1999-2000, p. 288.
Destrée J., L'Aiguière et le plat de Charles Quint conservés dans la galerie d'Apollon à Paris, Bruxelles, 1900.

Cartel

  • Anvers (1558 - 1559)

    Aiguière et bassin dits de Charles Quint

  • Argent doré et partiellement émaillé

  • Ancienne collection de Philippe-Gabriel prince de Chimay (mort en 1804)

    MR 341, MR 351

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Adolphe de Rothschild
    Salle 25
    Vitrine 3

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet