Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Alabastre étrusco-corinthien : frises d'animaux

Œuvre Alabastre étrusco-corinthien : frises d'animaux

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

Alabastre : frises d'animaux

© Musée du Louvre

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Depuis l'époque orientalisante, l'intensification des échanges commerciaux entre l'Étrurie, la Grèce et le Proche-Orient a contribué à l'élaboration d'un art étrusque empreint d'influences multiples. Créé au VIe siècle av. J.-C., cet alabastre est orné de frises d'animaux passants (lions, cygnes et coqs), proches du vocabulaire décoratif importé d'Orient un siècle plus tôt. Sa forme et son décor s'inspirent des vases à onguent, produits à Corinthe puis diffusés en Étrurie à l'époque archaïque.

La céramique corinthienne, source d'inspiration

Cet alabastre en terre cuite peinte est une production étrusque du VIe siècle av. J.-C. Il est entré au Louvre en 1863 avec la collection d'antiquités du marquis Campana. Muni d'une panse piriforme, d'une embouchure plate et d'une anse courte, il était vraisemblablement destiné à contenir des onguents ou des huiles parfumées. Sa forme imite délibérément celle des productions de Corinthe, importante cité grecque située sur l'isthme qui relie le Péloponnèse à la Grèce centrale. Au VIIe siècle avant notre ère, les ateliers corinthiens se sont illustrés dans la fabrication de vases de banquet et de petits vases à parfum, abondamment diffusés en Étrurie jusqu'à l'époque archaïque. La technique de cet alabastre, par le dessin des figures en silhouettes noires, l'emploi de rehauts rouges et le recours aux incisions pour détailler le décor, est celle de la figure noire. Cette technique a été conçue à Corinthe.

Un bestiaire orientalisant

Le décor de la panse est organisé en trois zones figurées composées d'animaux passants, ainsi que de palmettes et de rosaces qui parsèment le champ du vase. Des coqs, des lions rugissants et des panthères sont affrontés dans chacun des trois registres ; deux cygnes sont également représentés, l'un les ailes déployées, l'autre juché sur le corps d'une panthère. L'artisan étrusque s'est inspiré librement des motifs orientalisants, véhiculés par la céramique corinthienne.

Un contexte d'échanges commerciaux intenses

Au cours des époques orientalisante et archaïque, les Étrusques connaissent un contexte de prospérité économique particulièrement propice aux échanges commerciaux avec la Grèce et le Proche-Orient. Ils importent notamment par milliers les vases peints de Corinthe, de Rhodes, de Laconie, d'Athènes et d'Ionie. Les artisans étrusques créent aussi des imitations de moindre qualité dans lesquelles ils mêlent volontiers les répertoires décoratifs et techniques importés, au vocabulaire local. L'on peut parler ainsi de céramique étrusco-corinthienne.

Bibliographie

Pottier Edmond (sous la dir. de), Corpus vasorum antiquorum, musée du Louvre, fascicule 9, Paris, E. Champion, 1933, III CB, p. 13, pl. 8, 11 et 13.
Szilágyi János György, Ceramica etrusco-corinzia figurata, vol. II, 590/580-550 av. J.-C., Florence, L. S. Olschki, 1992-1999, pp. 628 et 631.

Cartel

  • Cycle des coqs affrontés

    Alabastre : frises d'animaux

    570 - 550 avant J.-C.

    Production : Vulci ?, Cerveteri ?

  • Terre cuite

    H. : 20 cm. ; D. : 9,50 cm.

  • Collection Campana, 1863

    E 460

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Etrurie I
    Salle 18
    Vitrine 4

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet