Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Allégorie satirique : Mercure purgé

Œuvre Allégorie satirique : Mercure purgé

Département des Arts graphiques : XVIe siècle

Allégorie satyrique : Mercure purgé

Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo S. Nagy

Arts graphiques
XVIe siècle

Auteur(s) :
Bartolucci Sara

Pièce ayant appartenu à d'illustres amateurs, belle composition aussi amusante que fantaisiste, cette œuvre de Peruzzi est l'un des plus beaux et des plus mystérieux dessins italiens du Louvre, dans lequel l'influence du théâtre est manifeste. L'œuvre est aussi un extraordinaire exemple permettant de comprendre les idées d'un homme de la Renaissance qui tente de s'approprier l'esprit du monde classique et de le traduire dans des formes modernes.

Une scène bouffonne

"Une Pasquinade faite dans une grande place publique d'une ville d'Italie..." : telle est la description qui accompagnait cette pièce singulière à la vente du grand collectionneur Mariette. La feuille avait auparavant appartenu à la collection Crozat et fait partie du célèbre Livre des dessins de Vasari qui le décrit dans le texte des Vies des artistes (1568). Au milieu d'une grande place bordée de nombreux édifices a lieu la purge de Mercure : le dieu est entouré d'une foule d'hommes masqués, caricaturés ou nus. A gauche, un petit groupe se tient à l'écart ; à ses côtés, un garçon joue avec un soufflet et un petit chien. A droite, la scène est complétée par une femme de profil en train de s'éloigner. La place est fermée par des bâtiments dont certains sont identifiables comme, de gauche à droite, l'arc de Constantin, le Colisée, le Neptune (colosse néronien), la tour des Vents, la colonne de Trajan, deux obélisques, le théâtre, le "Tempietto" de Bramante et un temple dédié à Vesta.

Une ville idéale

Peruzzi, artiste polyvalent et d'une grande curiosité d'esprit, fut pendant sa longue activité à la fois peintre, dessinateur, scénographe et architecte. Ces centres d'intérêt très variés sont visibles dans cette oeuvre qui présente de grandes similitudes avec le dessin préparatoire pour une scénographie que l'artiste a réalisée pour le théâtre de Sienne. L'architecture y apparaît comme un véritable protagoniste puisque l'artiste représente ici des monuments romains existant ou propose des reconstructions assez fantastiques de bâtiments disparus. La combinaison de ces éléments crée une ville idéale et abstraite. Peruzzi a vécu à une période, la Renaissance, au cours de laquelle l'intérêt pour l'Antiquité classique était très fort alors que l'on redécouvrait les textes anciens et les vestiges archéologiques.

Une satire contre les alchimistes ou les artistes ?

Diverses interprétations du sujet ont été données, mais le sens exact de la scène reste mystérieux. Vasari déjà y voyait une satire contre les alchimistes. On a découvert plus récemment que Peruzzi se serait inspiré du texte de son ami Vannuccio Biringucci, intitulé Pirotecnia. Il aurait choisi Mercure car ce dieu de la ruse et de la tromperie porte le même nom que le métal dont se servaient les alchimistes pour obtenir l'or. Les symboles utilisés par l'artiste peuvent aussi être interprétés tout à fait différemment si l'on prend en compte que Mercure est aussi le protecteur des arts. Ainsi seraient représentés, sur la gauche, les purs, c'est-à-dire Raphaël, Michel-Ange, Sebastiano del Piombo et Giovanni da Udine ; à droite se tiendraient au contraire les avides, avec Bramante et Giuliano da Sangallo. Selon cette interprétation le dessin serait une critique des artistes marchands qui aspirent à la richesse au lieu de sublimer leur art. Quoi qu'il en soit, c'est l'architecte, le scénographe, le dessinateur et l'érudit à l'esprit libre de la Renaissance qui, en même temps, trouvent leur propre expression dans cette feuille.

Bibliographie

- BACOU Roseline, Autour de Raphaël, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des Musées nationaux, 1983, notice 20.

- FROMMEL Christoph Luitpold, Baldassarre Peruzzi als Maler und Zeichner, A. Schroll cop., Wien-München, 1967-1968, pp. 155-158, notice 125.

- PREPVYER P., Représentation de l'architecture sacrée. Le temple, Nice, Musée national Message Biblique Marc Chagall, 1982, p. 89, notice 68.

- RAGGHIANTI COLLOBI Licia, Il libro de' disegni del Vasari, Firenze, 1974.

- REIFENSCHEID B., Zeichnungen aus der Toskana, das Zeitalter Michelangelos, München-New York, édition Prestel, 1997, p. 200, notice 65.

- VASARI Giorgio, Les Vies des meilleures peintres, sculpteurs et architectes, 12, in Vasari illustré : du texte à l'image, édition commentée par André Chastel, Christiane Lorgues-Lapouge et Catherine Monbeig-Goguel, Paris, édition Berger-Levrault, 1969, p. 228, notice 120.

Italian Renaissance drawings from the Musée du Louvre, New-York, Metropolitan Museum of Art, 1974-1975, notice 52.
 

Cartel

  • PERUZZI Baldassarre Tommaso

    Allégorie satyrique : Mercure purgé

    Mariette, Pierre-Jean

  • Plume et encre brune, lavis brun, pierre noire. Collé en plein.

    H. : 33.2 cm. ; L. : 51.5 cm.

  • acquis pour le Cabinet du roi

    391419

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet