Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Amphore attique à figures rouges

Œuvre Amphore attique à figures rouges

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Amphore "nicosthénienne" à figures rouges

© 1993 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Sophie Marmois-Sicsic

Oltos, peintre de coupes attiques, a décoré en figures rouges trois amphores « nicosthéniennes ». Deux exemplaires, formant probablement une paire, sont conservés au Musée du Louvre (G 2 et G 3). Ce type d’amphore à col, façonnée ici par Pamphaios, a été mis au point dans l’atelier de Nicosthénès d’après des modèles étrusques. Plusieurs figures isolées ou en couple (femmes, athlètes, satyres et ménades), ainsi qu’un abondant décor végétal, occupent les différentes parties du vase.

Amphore nicosthénienne

L’amphore « nicosthénienne » est une forme d’amphore à col assez petite et étroite dont la forme s’inspire des modèles de bucchero étrusques (céramique de couleur noire). Les anses plates, reliant l’embouchure à l’épaule du vase, sont décorées de figures uniques verticales représentant des athlètes couronnés de feuilles. Chaque face du col est occupée par une figure féminine nue attachant sa sandale. Un riche décor de palmettes entourées de rinceaux souligne la partie plane de l’embouchure, ainsi que la panse, laissant une place plus réduite au décor figuré. Une frise d’arêtes rayonnantes entoure la partie inférieure de la panse.

Satyres et ménades

Chaque face de l’amphore est décorée d’une scène à deux personnages : des ménades sont assaillies par des satyres. L’une d’entre elles, vêtue d’un chiton, d’un himation et d’une pardalide (peau de panthère), tient un serpent et tente de se dégager de l’étreinte d’un satyre accroupi. Sur l’autre face, un satyre ithyphallique saisit une ménade munie d’un thyrse. Le monde dionysiaque est souvent présent sur les vases. En effet, le vin, don du dieu Dionysos aux hommes, a longtemps inspiré les peintres. Le cortège du dieu, appelé aussi thiase, se compose de satyres et de ménades reconnaissables à leur physique et à leurs attributs. Les satyres sont des êtres hybrides (mi-hommes, mi-animaux) dont le corps humain est pourvu d’une queue, d’oreilles animales et parfois de membres inférieurs de chevaux. L’animalité de ces créatures est accentuée par leurs attitudes très animées et exubérantes. Les ménades, à l’apparence strictement humaine, sont vêtues traditionnellement d’un chiton et d’un himation, et portent des attributs permettant de les identifier. Parmi eux, le thyrse (long baton orné de feuilles de lierre à son extrémité) qui est tenu à la main ; la nébride (peau de faon) et la pardalide (peau de panthère) qui sont nouées sur le vêtement. De plus, elles brandissent parfois des animaux sauvages, comme le serpent de l’amphore du Louvre attribuée à Oltos. La présence de ces éléments liés au monde animal soulignent ainsi la familiarité des ménades et des satyres avec ce monde sauvage qui caractérise l’univers dionysiaque.

Oltos

Oltos, dont l’activité est circonscrite au dernier quart du VIe siècle av. J.-C.(525-500 av. J.-C.), est un peintre attique connu par deux signatures inscrites sur des coupes conservées à Berlin et à Tarquinia. Oltos a peint un grand nombre de vases, d’abord des coupes « bilingues » (vases décorés dans les deux techniques, les figures noires et les figures rouges), puis des coupes en figures rouges uniquement. Il a travaillé auprès de plusieurs potiers dont Nicosthénès et Pamphaios, qui a signé les deux amphores du Louvre (G 2 et G 3), puis de Chachrylion et Euxithéos, qui ont également collaboré avec Euphronios. Oltos porte un grand intérêt à la composition du vase ; chacune des parties de l’amphore est soigneusement décorée dans un souci d’harmonie souligné par le décor secondaire (palmettes, fleurs de lotus). Des liens stylistiques unissent Oltos à son cadet Euphronios, principalement dans le traitement des visages, des drapés et des anatomies. Oltos intègre les recherches d’Euphronios tout en conservant un style empreint d’archaïsme.

Bibliographie

- DENOYELLE Martine, Chefs-d’œuvre de la céramique grecque, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1995, p. 102, n° 46.

- VILLANUEVA-PUIG M.-C., Images de la vie quotidienne en Grèce, 1992, p. 93.

Cartel

  • Signée par Pamphaios, potier

    Amphore "nicosthénienne" à figures rouges

    Vers 525 - 515 avant J.-C.

    Athènes

  • H. : 38,50 cm. ; D. : 19,40 cm.

  • Collection Campana, 1861

    G 2

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Galerie Campana IV
    Salle 43
    Vitrine 21

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signature de potier (face A) : Pamphaios epoiesen (« Pamphaios a fait »)