Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Ampoules à eulogie

Œuvre Ampoules à eulogie

Département des Antiquités égyptiennes : Egypte chrétienne (IVe - XIIe siècle apr. J.-C.)

Ampoules à eulogies

© Musée du Louvre/G. Poncet

Antiquités égyptiennes
Egypte chrétienne (IVe - XIIe siècle apr. J.-C.)

Auteur(s) :
Christiane Lyon-Caen

Les ampoules à eulogie sont de petits flacons de métal, de verre ou de terre cuite, comme ici, utilisés par les pèlerins de l'Antiquité et du haut Moyen Age, pour rapporter chez eux de l'eau ou de l'huile des lampes brûlant dans les sanctuaires visités, ou encore de l'huile ayant été en contact avec les reliques d'un martyr, et parfois même de la terre pieusement recueillie autour de la tombe vénérée.

Le flacon

En forme de gourde aplatie, pourvue de deux petites anses latérales et d'un petit goulot, cette ampoule se distingue du lot des ampoules ordinaires par sa taille et sa facture, alors que les thèmes utilisés sont récurrents : saint Ménas, désigné par son nom, en grec et sainte Thècle.
Les deux personnages ne sont pas contemporains : Thècle fut convertie par saint Paul et Ménas martyrisé sous Dioclétien (IIIe siècle). Ils sont sans doute associés sur ces petits souvenirs sacrés à cause de la proximité de leurs sanctuaires égyptiens : Ménas est vénéré dans la basilique d'Abou Mina au sud-ouest d'Alexandrie et Thècle à Dekheila, dans les faubourgs d'Alexandrie, sur le chemin d'Abou Mina.
La représentation de Ménas est invariable : debout, vêtu de la tunique courte à manches longues maintenue à la taille par un ceinturon, les épaules couvertes de la cape militaire et les pieds chaussés de brodequins lacés. Face au spectateur, il lève les bras en signe de prière, flanqué de deux chameaux agenouillés, dans la symétrie la plus stricte.
Quant à Thècle, ses rebuffades envers un haut magistrat d'Antioche importun la conduisirent dans l'amphithéâtre, condamnée "aux bêtes". À quatre reprises, les malheureux fauves, taureaux, lions, ours, phoques et autres, battirent en retraite devant la puissance de Dieu et les projectiles lancés depuis les gradins par l'assistance féminine très solidaire leur "soeur" injustement condamnée.
Sa représentation est tout aussi stéréotypée que celle de Ménas : la sainte est debout, légèrement déhanchée, mains liées dans le dos. Elle est cernée par les bêtes de l'amphithéâtre, deux taureaux, une ourse et une lionne.

Deux martyrs

Ces deux saints martyrs sont emblématiques de l'hagiographie égyptienne. Ménas est un militaire égyptien martyrisé en Phrygie. Son corps, ramené en Égypte, fut chargé sur un chameau qui s'arrêta brutalement sur la route du désert. L'escorte de fidèles décida alors de l'ensevelir à cet endroit. Là, jaillit une source miraculeuse et se développa un lieu de pèlerinage. La fabrication, presque "industrielle" des ampoules de saint Ménas marcha bon train aux IVe et Ve siècles : les pèlerins venus des quatre coins de l'Empire achetèrent et disséminèrent cette production. Thècle est ensevelie à Séleucie d'Asie Mineure (Turquie actuelle) et l'origine de son culte, bien réel, en Égypte n'est pas éclaircie.

Le pèlerinage

La coutume des pèlerinages religieux était déjà bien ancrée dans la mentalité païenne de l'Antiquité. De ces voyages pieux les fidèles rapportaient des souvenirs, amulettes ou figurines de terre cuite, évoquant telle divinité visitée. Forts de cet héritage, les chrétiens entreprirent à leur tour des pèlerinages sur les tombes des saints et martyrs. Des récits de ces voyages nous sont parvenus, comme le Journal de voyage d'Ethérie qui entreprit au IVe siècle un voyage vers les Lieux Saints depuis l'Égypte. Elle reçut de "saintes eulogies" des mains des moines accueillant les pèlerins.

Bibliographie

- METZGER C., Les ampoules à eulogies du musée du Louvre, Paris, 1981, n°76, p. 35/36, p.94, fig 94.

- METZGER C., Egyptes… l’Egyptien et le copte, catalogue d'exposition, Lattes, 1999,  n°114.

- METZGER C., L’art copte en Egypte, 2000 ans de christianisme, catalogue d'exposition, Institut du Monde arabe, Paris, 2000,, n°6, p.40.

- CANNUYER C., L’Egypte copte, les chrétiens du Nil, Paris, 2000, p. 27.

Cartel

  • Ampoules à eulogies

    VIe siècle après J.-C.

  • terre cuite

    H. : 12,50 cm.

  • Legs Weill, 1950 , 1950

    E 24445, AF 7035

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Denon
    Entresol
    Galerie d'art copte (salle actuellement fermée)
    Salle B
    Vitrine C5 : L'Egypte chrétienne

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet