Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Apollon (poursuivant Daphné) et Daphné (poursuivie par Apollon)

Œuvre Apollon (poursuivant Daphné) et Daphné (poursuivie par Apollon)

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Apollon poursuivant Daphné

© 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Le groupe de Daphné par Guillaume Ier Coustou et d'Apollon par Nicolas Coustou illustre un passage des Métamorphoses d'Ovide, racontant la poursuite de la nymphe Daphné par le dieu du soleil et sa transformation en laurier pour lui échapper. Chaque statue fut placée au centre d'un des bassins des Carpes du parc de Marly, vers 1713-1714. Le groupe fut installé dans l'une des exèdres du jardin des Tuileries de 1798 à 1940.

Une poursuite éperdue

Le groupe d'Apollon par Nicolas Coustou et de Daphné par Guillaume Ier Coustou illustre un passage des Métamorphoses d'Ovide (livre écrit au début du Ier siècle, qui relate les transformations de dieux et d'hommes en animaux ou plantes). Pour s'être moqué du dieu Amour, Apollon est frappé d'une flèche d'or, qui le rend éperdument amoureux de Daphné. Puis Amour décoche à la nymphe une flèche de plomb pour qu'elle rejette cet amour. Dédaigné, le dieu du soleil se lance à la poursuite de Daphné, qui s'enfuit à toutes jambes. Au moment où il l'atteint enfin, elle se transforme en laurier. Apollon fait alors du laurier (en grec, daphné) son arbre favori.

Les coureurs de Marly

Les statues font partie des quatre coureurs commandés par la Direction des bâtiments du roi pour le parc de Marly, avec Hippomène de Guillaume Ier Coustou (Louvre) et Atalante de Pierre Lepautre (Louvre). Chaque statue fut placée sur un piédestal au centre d'un des bassins des Carpes vers 1713-1714 : les coureurs semblaient bondir au-dessus de l'eau. On en connaît la disposition par un dessin aquarellé conservé aux Archives nationales de Paris. Les sculptures sont conçues pour être placées en parallèle : leurs attitudes se répondent et leurs regards se croisent. Elles furent installées dans un bosquet du jardin des Tuileries de 1798 à 1940, avant d'entrer au Louvre.
Elles sont représentatives de l'évolution de la sculpture à la fin du règne de Louis XIV. À la statuaire de Versailles, empreinte de majesté et aux dimensions colossales, on préfère une sculpture pleine de mouvement et d'élégance, dont les dimensions s'amenuisent : ici un peu en dessous de la grandeur nature. Face à la pompe de Versailles, Marly représente la liberté champêtre : la dignité cède au naturel.

Un dynamisme impétueux

Par leur modelé vigoureux et leur mouvement emporté, ces sculptures sont un rappel conscient du groupe virtuose achevé par Bernin en 1625 sur le même thème (Rome, Villa Borghèse). Mais, tandis que Bernin sculpte le moment de la transformation, les deux frères représentent la course éperdue et lui impriment une vitesse prodigieuse. Le corps d'Apollon, tendu vers son but, bascule presque en avant : il forme une grande oblique avec le bras étiré tout droit et la jambe rejetée en arrière. La draperie gonflée et les mèches de cheveux folles confirment la célérité du dieu. Daphné, sur le point d'être rattrapée, exprime sa frayeur : son corps, dont les membres partent en tous sens, semble disloqué ; elle jette en avant des bras implorants ; son expression est théâtrale ; les plis anguleux et mouvementés de sa tunique témoignent du désordre de sa fuite. Un tronc d'arbre assure la stabilité des sculptures, dont l'équilibre constitue une véritable prouesse technique, compte tenu de la fragilité du marbre.
Ces statues ont l'impétuosité du baroque romain mais pas sa puissance dramatique. Leur élégance gracile et leur vivacité participent déjà de l'esprit rocaille, qualificatif donné au style plus décoratif et gracieux, éclos en France au début du XVIIIe siècle.

Bibliographie

- SOUCHAL François, Les Frères Coustou, Paris, 1980, p. 207-211.

Cartel

  • Nicolas COUSTOU (Lyon, 1658 - Paris, 1733)

    Apollon poursuivant Daphné

  • Marbre

    H. : 1,35 m. ; L. : 1,06 m. ; Pr. : 1,13 m.

  • Provenant du jardin des Tuileries, 1940 , 1940

    M.R. 1805

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Entresol
    Cour Marly
    Cour

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Apollon (poursuivant Daphné) : Sur la plinthe : N. COVTOV FECIT ANNO 1714 APOLLON - Daphné (poursuivie par Apollon) : Sur la terrasse, à la base du tronc d'arbre, au revers : G. COUSTOU F.