Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Aquamanile au griffon

Aquamanile : Griffon

© 2010 RMN / Jean-Gilles Berizzi

Objets d'art
Moyen Age

Auteur(s) :
Muriel Barbier

L'aquamanile du Louvre prend la forme d'un griffon. Le recours aux êtres hybrides et monstrueux est très fréquent au Moyen Âge tant dans les domaines de l'enluminure et de la sculpture que de l'orfèvrerie. Les aquamaniles, récipients servant à se laver les mains, ont surtout été produits dans le nord de l'Europe bien qu'on en connaisse dans le monde islamique ; celui du Louvre proviendrait de Basse-Saxe.

Qu'est-ce qu'un aquamanile ?

Les aquamaniles occupent une place de choix parmi les objets de bronze réalisés au Moyen Âge. On les utilisait pour le lavage des mains, dans un but profane ou liturgique. Cet usage existait depuis l'Antiquité et est attesté par l'existence de récipients en forme d'animaux ou ornés de représentations humaines. On en trouve également dans l'art islamique. Il en existait en nombre beaucoup plus important en terre cuite qu'en métal.

Le griffon, un animal fabuleux

Les aquamaniles européens représentent principalement des animaux mythologiques comme des lions, des dragons, des griffons et des sirènes ou des cavaliers et des personnages en lutte tirés de la tradition chrétienne ou de la fable. Celui du Louvre a la forme d'un griffon, c'est-à-dire d'un monstre mi-lion mi-aigle. Il repose sur deux pattes avant de lion et deux pointes d'ailes d'aigle à l'arrière. Sa tête est celle d'un lion ; le dessus est doté d'une ouverture qui a perdu son clapet servant à son remplissage et à sa fermeture ; la gueule est percée pour permettre l'écoulement de l'eau. La queue du griffon qui se termine en enroulement végétal forme l'anse. Les aquamaniles figurant des personnages ailés comme les griffons constituent une catégorie très hétérogène mais pleine d'inventivité.

Les ateliers de Basse-Saxe au XIIe siècle

La plupart des aquamaniles en bronze connus furent fondus selon la technique de la fonte à la cire perdue, dans des ateliers en Lorraine, dans la vallée de la Meuse, en Basse-Saxe, dans le Nord de l'Allemagne, en Scandinavie, aux Pays-Bas et même en Angleterre. Au XIIe siècle, la Basse-Saxe connaît un important développement sous l'impulsion du duc de Saxe Henri le Lion (1142-1195). On attribue aux ateliers de Basse-Saxe plusieurs groupes d'œuvres en bronze, chandeliers et aquamaniles principalement, à usage domestique ou liturgique tel l'aquamanile au griffon du Louvre.

Cartel

  • Basse-Saxe ? (vers 1200)

    Aquamanile : Griffon

  • Cuivre

  • Don Mme Chabrière-Arlès, 1916

    OA 6924

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Suger
    Salle 2
    Vitrine 1

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet