Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Arbres

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Arts graphiques
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Chabod Christine

La simplicité du sujet, sa monumentalité et le frémissement des feuillages dans la lumière témoignent du travail de l'artiste sur le motif. Selon Sandrart, il travaillait "à la campagne de l'aube jusqu'à la nuit afin d'apprendre à représenter de façon naturelle la naissance du jour, le lever et le coucher du soleil, et les heures crépusculaires... Il pratiqua cet apprentissage dur et pénible pendant des années allant chaque jour à la campagne et faisant chaque soir le long chemin du retour".

Le maître du sensible

La sensibilité de l'artiste éclate dans ce dessin : placé en contrebas, il a croqué sur le vif l'enchevêtrement végétal de branches, feuillages et tronc de cet arbre émergeant d'une masse de buissons au sommet d'un talus. L'arbre, dont seule la partie supérieure est visible, semble pénétré de lumière, d'air et de vent et les branches se tordent en tous sens. La vigueur de la plume et les touches de pinceau suggèrent de manière éblouissante l'énergie d'un organisme vivant. Ce dessin dément ainsi certaines critiques faites à l'art de Claude Lorrain, notamment celles portées par Roger Fry en 1924 (Vision and design) : "on peut parier que nul n'aima les arbres aussi profondément que Claude ; nous savons qu'il se vantait d'enregistrer soigneusement les particularités spécifiques de chacun et pourtant il articule leurs branches au hasard, avec la plus grande négligence. Aucun des innombrables dessins de Claude ne révèle la vie même de l'arbre, son élan vers l'air et la lumière, sa lutte contre la gravitation et le vent, comme le fait le moindre petit dessin de Léonard de Vinci." En outre, "il demande à son arbre de transmettre à l'oeil la seule signification que ce mot évoque immédiatement à l'esprit. Nous pensons d'abord à une masse ombreuse et mouvante, qui se détache sur un ciel lumineux ; or, que ce soit hasard ou intention, Claude s'en tient à peu près à cela, malgré le soin qu'il apporte au détail."

L'art de l'esquisse

Pour certains auteurs, cette étude de plein air, à l'éclairage latéral et à la perspective inhabituelle, est un exemple caractéristique des oeuvres de la période dite de "transition", qui marque le début d'une orientation technique et stylistique nouvelle. Cette période se situe aux alentours des années 1655-1660. Les dessins d'alors sont essentiellement de fraîches esquisses d'après nature, que l'artiste ne va plus laver au bistre sur le papier, ni dessiner d'une plume robuste. Il cherche de plus en plus à résoudre des problèmes d'harmonie entre les lignes et les masses, entre les ombres et les lumières, tout en conservant encore le charme involontaire des "choses vues". Cette évolution est perceptible dans son tracé, grâce à un trait de plume qui s'affine et s'assouplit. D'autres auteurs, par contre, reculent la date de ce paysage en établissant des rapprochements avec un groupe de trois dessins conservés à Haarlem (Teylers Museum), à Vienne (Albertina) et dans l'album Wildenstein : ces trois feuilles, datées des années 1630, sont d'un rendu très similaire mais la maturité stylistique visible dans le dessin du Louvre leur permet de le situer approximativement en 1640.

Bibliographie

- BACOU Roseline et BEAN Jacob (sous la dir. de), Le dessin à Rome au XVIIe siècle : XCIe exposition du Cabinet des dessins, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1988, notice 71.

- DEMONTS Louis, Catalogue des dessins de Claude Gellée dit Le Lorrain, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux,1923, notice 24.

- FRY Roger, Vision and design, New York, 1924.

- MEJANES Jean-François, Dessins français du XVIIe siècle : LXXXIIIe exposition du Cabinet des dessins, Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1984-1985, notice 79.

- ROETHLISBERGER Marcel, Claude Lorrain : The drawings, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1968, notice 273.

- RUSSELL Helen Diane, Claude Gellée dit Le Lorrain 1600-1682, exp. Washington, National Gallery of Art, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1983, notice 14.

- SERULLAZ Maurice, Première exposition des plus beaux dessins du Louvre et de quelques pièces célèbres des collections de Paris, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1962, notice 85.

- Le dessin à Rome au XVIIe siècle : XCIe exposition du Cabinet des dessins, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1988, notice 71.

Cartel

  • GELLEE Claude

    Arbres

    vers 1640

    Pelletan

  • Plume et encre brune, lavis brun, papier beige. Annoté en bas à droite, à la plume et encre brune : C. Lorain. Doublé.

    H. : 27.5 cm. ; L. : 20.8 cm.

  • achat

    3926698

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet