Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Arrestation du Christ

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Arrestation du Christ

Arts graphiques
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Christine Chabod

Ce dessin magistral d’Antoon Van Dyck, proche collaborateur de Rubens, est exécuté au lavis brun posé avec liberté et rapidité, technique privilégiée de l’artiste à ses débuts. La composition tourmentée, alliée à l’intensité de l’éclairage et à la tension des attitudes, sert son parti pris : représenter le caractère violent et nerveux d’une scène nocturne où l’éclairage joue un rôle dramatique intense.

Tumulte de l'arrestation

C’est avec une grande intensité dramatique que Van Dyck illustre simultanément plusieurs épisodes de la Passion du Christ, phénomène très courant dans la peinture flamande. Il met en scène le moment de la trahison du Christ par Judas et de son arrestation par les soldats romains dans le jardin des Oliviers. Le Christ, dans une attitude pleine de noblesse, se tient au centre de la composition avec Judas à ses côtés, entouré par une tumultueuse troupe d’hommes armés. Pendant que Judas serre la main du Christ et se penche pour l’embrasser, un de ses compères s’apprête à lui jeter une corde autour du cou pour le ligoter. Au premier plan, dans la partie gauche, deux apôtres sont endormis sous un arbre, tranchant avec le vacarme de la soldatesque du second plan.

Oeuvre préparatoire

Ce dessin au violent luminisme se rapporte à l’Arrestation du Christ  (Madrid, museo del Prado), l’une des plus impressionnantes peintures religieuses qu’Antoon Van Dyck ait exécutées dans les deux ou trois années qui précédèrent son départ pour l’Italie en 1621. C’est à Anvers que l’artiste travaille à cette importante composition, à un moment où il collabore étroitement avec Pierre-Paul Rubens dont il subit l’irrésistible influence. La genèse de cette œuvre est connue par huit dessins dont celui du Musée du Louvre. Les modifications observées dans les différentes feuilles touchent à la composition et à son iconographie. Des trois versions peintes de l’Arrestation du Christ (celle de Madrid, et celles de Bristol, Museums and Art Gallery et de Minneapolis, Institute of Arts, qui présentent de légères différences), le dessin du Louvre se rapproche le plus de celle du Musée de Bristol.

Entre Nord et Italie

Parmi les grands modèles anciens connus par la gravure dont Van Dyck a pu s’inspirer, on peut citer Albrecht Dürer et Marten de Vos pour l’ordonnance générale de leurs compositions. Cependant, la force dramatique de la présente étude correspond aux recherches personnelles de Van Dyck. En effet, on peut suivre dans les sept dessins habituellement mis en rapport avec celui du Louvre (Berlin, Vienne, Rotterdam et Hambourg) l’apparition progressive du climat d’angoisse qui transparaît ici et la volonté de l’artiste de construire la scène sur des contrastes de plus en plus accentués. Durant son long séjour dans la péninsule italienne, Van Dyck subira l’influence des peintres vénitiens notamment de Titien et de Corrège, enrichissant encore son style d’une profondeur et d’une inquiétude psychologique intenses.

Bibliographie

- BACOU Roseline, Dessins du Louvre, école allemande, flamande, hollandaise.- Paris, Flammarion, 1968, notice 64.

- BACOU Roseline, La Collection Saint-Morys : XCe exposition du cabinet des dessins, exp. Paris, Musée du Louvre , novembre – février 1988, notice 44.

- BROWN Christopher, The Drawings of Anthony Van Dyck, exp. New-York , The Pierpont Morgan Library, 1991, notice 33.

- BROWN Chrsitopher, Van Dyck 1599-1641, Exp. Anvers, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, mai- août 1999.

- LUGT Frits, Musée du Louvre, Cabinet des dessins, Inventaire général des dessins des écoles du Nord.  Ecole flamande, tome I, A-M.- Paris : RMN, 1949, notice 586.

- MacCAIRN Alan, Le Jeune Van Dyck, exp., Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada, septembre -  novembre 1980, notice 42.

- RAMADE Patrick, L’Arrestation du Christ de Jordaens : Anatomie d’un chef-d’œuvre, exp. Valenciennes, février – mai 1997, notice 4.

- SERULLAZ Arlette, Rubens, ses maître, ses élèves : LXVe exposition du cabinet des dessins, exp. Paris, Musée du Louvre, février – mai 1978, notice 134.

Cartel

  • DYCK Antoon van

    Arrestation du Christ

    Saint-Morys, Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de

  • Plume et lavis brun. Mise au carreau à la pierre noire. Collé en plein.

    H. : 24.6 cm. ; L. : 21.2 cm.

  • Remis au musée

    3919909

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet