Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Artistes dessinant dans la cour intérieure du Musée du Capitole...

Œuvre Artistes dessinant dans la cour intérieure du Musée du Capitole à Rome

Département des Arts graphiques : XVIIIe siècle

Artistes dessinant dans la cour intérieure du Musée du Capitole à Rome

Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo S. Nagy

Arts graphiques
XVIIIe siècle

Auteur(s) :
Chabod Christine

A l'Académie de France à Rome, dont Charles-Joseph Natoire est alors le directeur, l'étude de l'art antique développée par les fouilles et les publications contemporaines prend une importance accrue, comme en témoigne cette vue de la cour du musée du Capitole prise depuis l'entrée de l'escalier. L'artiste croque d'une plume élégante et dansante artistes, archéologues et "connaisseur" au travail, mais n'oublie pas la note pittoresque grâce à la figure de femme puisant de l'eau à la fontaine.

Un lieu de prédilection

Natoire dessine en 1759 cette vue de la galerie d'entrée du musée du Capitole à Rome. Deux élèves étudient les sculptures d'une galerie du rez-de-chaussée, oeuvres reconnaissables pour la plupart : au premier plan, une grande statue égyptienne représentant Tuaa, la mère de Ramsès II ; viennent ensuite Uranie ou l'Astronomie tenant un globe, l'Abondance, placée dans la galerie depuis 1735, Endymion, et au fond le sarcophage d'Alexandre Sévère ; à gauche, deux statues d'amazones et une tête colossale ; sur la droite, la fontaine, oeuvre de Giacomo Della Porta, est ornée de Marforio ; cette statue colossale de dieu fleuve découverte près du forum de Mars, une des plus célèbres de Rome depuis le XIIe siècle, fut transportée dès 1594 au Capitole. Très libéralement ouvert aux artistes, le musée du Capitole est leur lieu favori et devient vite le point de rencontre de tous les passionnés d'Antiquité. Déjà une gravure de Campiglia, sur la première page du volume III du Museo Capitolino de Bottari, montre des dessinateurs au travail devant les antiques du musée. On ne sait si la fréquence de ce thème dans les dessins de Natoire, Robert ou Ango doit être attribuée à la tendance des pensionnaires à reprendre les mêmes motifs ou à la volonté de chacun de visiter assidûment le musée et de représenter cette présence régulière des artistes.

Le premier musée

Depuis deux siècles, le Capitole constituait une sorte de dépôt pour les statues antiques, lieu dans lequel le pape Clément XII (1730-1740) décida d'ouvrir en 1736 le premier musée au sens moderne du terme. Charles-Joseph Natoire, proche des milieux érudits de la ville, a participé activement à cet engouement pour l'étude de l'art antique notamment en rassemblant, dans un jardin qu'il avait acquis en 1755 derrière le Campo-Vaccino, des fragments antiques que les pensionnaires de l'Académie pouvaient dessiner et étudier dans un site qui les appelait à la méditation sur les ruines.

Deux visions

Le peintre Hubert Robert a lui aussi représenté cette galerie, à une date très proche, dans un dessin conservé à Valence (musée des Beaux-Arts). La confrontation des deux oeuvres est curieuse car l'angle de vue est légèrement différent, mais un même goût de l'antique inspire les deux artistes ainsi qu'un intérêt commun pour l'animation familière et la fantaisie. Comme Natoire, Robert mêle des figures en costume contemporain et d'autres vêtues à l'antique. En revanche, tout diffère dans la manière dont la lumière est rendue : chez Natoire, elle baigne uniformément la scène, les ombres sont douces et les plages éclairées n'ont rien de violent ; chez Robert, tout vibre et scintille dans une sorte de fièvre joyeuse grâce au jeu de la sanguine.

Bibliographie

- BACOU Roseline, Le XVIIIe siècle français, Paris, Edition Princesse, 1976. p 90.

- BRUNEL Georges, Charles-Joseph Natoire (Nîmes, 1700-Gandolfo, 1777). Peintures, dessins, estampes et tapisseries des collections publiques françaises, cat. exp. Troyes, musée des Beaux-Arts et d'Archéologie, Nîmes, musée des Beaux-Arts, Rome, Académie de France, 1977, notice 73.

- CUZIN Jean-Pierre, D'après l'antique, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 2000-2001, notice 177.

- DUCLAUX Lise, Le cabinet d'un grand amateur P. J. Mariette (1694-1774) : Dessins du XVe siècle au XVIIIe siècle, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1967, notice 249.

- DUCLAUX Lise, Musée du Louvre. Cabinet des dessins. Inventaire général des dessins, école française. Tome XII, Paris, RMN, 1975, n 58.

- RASPI-SERRA Joselita, La fascination de l'Antique, Rome 1700-1770, cat. exp. Lyon, musée de la Civilisation Gallo-Romaine, 1998-1999, notice 84.

Cartel

  • NATOIRE Charles Joseph

    Artistes dessinant dans la cour intérieure du Musée du Capitole à Rome

    en 1759

  • Montage avec cartouche : 'CAR. NATOIRE' et 'Prospectus Porticus qua patet aditus in Museum Capitolinum'

    H. : 30 cm. ; L. : 45 cm.

  • 3931381

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé en bas à droite, à la plume et à l'encre brune : C. NATOIRE / 1759