Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Autoportrait

Œuvre Autoportrait

Département des Objets d'art : Renaissance

Autoportrait

© 2010 Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola

Objets d'art
Renaissance

Auteur(s) :
Dorota Giovannoni

Ce médaillon en émail peint sur cuivre est un autoportrait du peintre et miniaturiste français Jean Fouquet. Il ornait autrefois le cadre du diptyque de la collégiale Notre-Dame de Melun, peint vers 1452–1455 pour Etienne Chevalier, membre du Conseil du roi Charles VII et Trésorier de France. Le diptyque lui-même est aujourd’hui partagé entre le musée de Berlin (Etienne Chevalier présenté par saint Etienne) et celui d’Anvers (La Vierge et l’Enfant entourés des anges).

Un cadre somptueux

D’après les descriptions anciennes, une large bordure de velours bleu ornée de médaillons et de lacs d’amours brodés et rehaussés de perles, encadrait somptueusement le diptyque de Melun. Au même cadre appartenait semble-t-il un autre médaillon en émail de mêmes dimensions, détruit à Berlin en 1945 et connu seulement par des photographies anciennes.
L’idée de petits médaillons insérés dans un encadrement a peut-être été inspirée par l’exemple des grandes Vierges en Majesté toscanes de la fin du XIIIème siècle. Fouquet a pu voir pendant son séjour en Toscane, dans les années 1445-1448, le précieux encadrement de la Madone Rucellai orné de médaillons peints sur le bois commandé à Duccio en 1285 pour Santa Maria Novella de Florence.

Un émail illusionniste

Fouquet a réalisé son autoportrait sur une plaque de cuivre en émail bleu foncé, épais et brillant, de trois millimètres d’épaisseur environ. Pour le visage et les lettres de sa signature, il a utilisé une peinture à l’or de deux tonalités, jaune et rouge, posée au pinceau en longues hachures directement sur l’émail obtenant ainsi un subtil effet de camaïeu d’or. Puis, pour modeler le relief du visage, Fouquet, à l’aide d’une fine aiguille, a enlevé une couche d’émail au niveau des sourcils, des paupières et de la pupille, du nez, de la bouche, de l’intérieur de l’oreille, mais aussi de l’intérieur du col et de l’échancrure de son vêtement. Ces deux techniques annoncent l’art des émaux peints de la Renaissance.

Premier autoportrait signé

Bien que le médaillon du Louvre ait appartenu au cadre d’un diptyque, c’est le premier autoportrait d’un peintre isolé et non plus intégré dans une scène. Fouquet a sans doute été influencé par les artistes italiens comme le sculpteur Lorenzo Ghiberti dont il a pu voir les autoportraits sculptés sur les bordures des portes de bronze du Baptistère de Florence. Mais par rapport aux artistes italiens de l’époque, Fouquet innove dans la prise de conscience de son statut d’artiste, en revendiquant la paternité de son œuvre par sa signature.

Cartel

  • Jean FOUQUET (Tours, vers 1415 - 1420 - Tours, entre 1478 et 1481)

    Autoportrait

    vers 1450

  • Email peint sur cuivre

    D. : 0,06 m.

  • Don H. de Janzé, 1861 , 1861

    OA 56

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Anne de Bretagne
    Salle 6

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Joh(ann) es Fouquet