Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa le 11 mars 1799

Œuvre Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa le 11 mars 1799

Département des Peintures : Peinture française

Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (11 mars 1799)

© 2004 RMN / Thierry Le Mage

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
François de Vergnette

Le peintre Antoine-Jean Gros a peint le courage du général Bonaparte visitant en mars 1799 les soldats malades de la peste à Jaffa, en Syrie. Comme le Christ, Bonaparte impose sa main sur un pestiféré. Cette grande toile, présentée avec succès au Salon de 1804, constitue le premier chef-d'oeuvre de la peinture napoléonienne. Si les nus héroïques rappellent l'oeuvre de David, le maître de Gros, le coloris chaud, l'éclairage contrasté et le décor oriental annoncent la peinture romantique.

Le courage du général en chef

Ce tableau représente le général Bonaparte visitant les pestiférés de l'armée française rassemblés dans la cour d'une mosquée qui sert d'hôpital militaire, à Jaffa. La scène se déroule en mars 1799 lors de la campagne de Syrie, suite de la campagne d'Égypte. En pleine lumière, Bonaparte touche la tumeur d'un des malades, torse nu, de sa main dégantée, tandis qu'un médecin veut l'en dissuader et qu'un officier se bouche le nez. À gauche, deux Arabes distribuent des pains aux malades. Sur la droite, un soldat aveugle essaie de s'approcher du général en chef. Au premier plan, dans l'ombre, des malades agonisent et n'ont même plus la force de se tourner vers Bonaparte. Le peintre veut suggérer que la vertu et le courage de ce dernier justifient les horreurs de la guerre. Gros a donné à Bonaparte l'aura lumineuse et le geste qui était ceux du Christ guérissant les lépreux dans la peinture religieuse.

Le premier chef-d'oeuvre de la peinture d'histoire napoléonienne

En commandant cette toile à Gros, Bonaparte, devenu premier consul, souhaitait qu’elle contribue à le laver des accusations de la presse anglaise. Cette dernière affirmait, d’ailleurs avec raison, qu’il avait voulu faire exécuter les pestiférés lors de sa retraite vers Le Caire. L’œuvre fut présentée au Salon de 1804 peu avant le sacre, à un moment où elle servait particulièrement Bonaparte. C’est le premier chef-d’œuvre de la peinture d’histoire napoléonienne. Bonaparte, puis Napoléon, empereur, a détourné les peintres contemporains des sujets antiques pour leur faire peindre les batailles contemporaines et les fastes impériaux, dont il était le héros principal. Gros a par la suite représenté Napoléon sur le champ de bataille d’Eylau (1808, musée du Louvre : Inv. 5067), une œuvre qui rappelle beaucoup son tableau précédent. Celui-ci a eu une grande influence sur les peintres de la génération suivante, Géricault et Delacroix, notamment quand ce dernier a peint Scènes des massacres de Scio (1824, musée du Louvre, Inv. 3823).

Au seuil de la peinture romantique

L’œuvre est néoclassique par son sujet, qui présente un exemple de vertu, et par certains aspects formels. La scène se déroule devant un décor frontal d’arcades qui rappelle celui du Serment des Horaces de David (1784, musée du Louvre, Inv. 3692). Le peintre a également accordé une grande importance au centre du tableau, où se trouve Bonaparte, et la toile comprend de nombreux nus héroïques. Mais des aspects de l’art de Gros dans cette œuvre rompent avec l’art de son maître David et annoncent l’art romantique. Le peintre insiste sur la souffrance des pestiférés, motif qui suscite un sentiment d’horreur ou de sublime chez le spectateur. La composition se divise en grandes masses créées par les contrastes de lumières et d’ombres. La lumière et les couleurs sont chaudes et rappellent l’art des grands Vénitiens et de Rubens. Gros, précurseur de la peinture orientaliste, s’est également attaché à décrire les types, les costumes et l’architecture.

Cartel

  • Baron Antoine-Jean GROS (Paris, 1771 - Meudon (Hauts-de-Seine), 1835)

    Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (11 mars 1799)

    1804

  • H. : 5,23 m. ; L. : 7,15 m.

  • INV. 5064

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Mollien
    Salle 77

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet


Informations complémentaires

Signé et daté à gauche sur une marche : "Gros. 1804 à Versailles"