Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Bouquet de fleurs dans une arcature de pierre s'ouvrant sur un...

Œuvre Bouquet de fleurs dans une arcature de pierre s'ouvrant sur un paysage

Département des Peintures : Peinture flamande

Bouquet de fleurs dans une arcature de pierre s'ouvrant sur un paysage

© 2005 Musée du Louvre / Erich

Peintures
Peinture flamande

Auteur(s) :
Michèle Perny

Seule peinture d’Ambrosius Bosschaert à être signée, peut-être même de sa main, en toutes lettres au verso et l’un des cinq uniques Bouquets peints sur un fond de paysage par cet artiste, ce Bouquet est un chef-d’œuvre de la peinture de fleurs du XVIIe siècle, à la fois savante et symbolique, qui rappelle avec délicatesse le caractère éphémère de l’existence et sa fragilité.

« Un bouquet en plein air »

Ce bouquet posé sur un étroit rebord de pierre se détache sur les contours d’une niche arrondie, laissant entrevoir de part et d’autre du vase de verrerie d’où jaillissent des fleurs opulentes, des lointains bleutés où l’on devine un estuaire s’ouvrant sur l’horizon. Cette nature morte de fleurs offre d’emblée au regard un étonnant contraste entre le réalisme du rendu des fleurs éclatantes qui la composent et les lointains aux dégradés subtils.
A la faveur d’une minutie descriptive impressionnante, on reconnaît sans peine dans cette composition florale un crocus jaune entre deux roses épanouies, une jacinthe bleue, un œillet rouge et jaune derrière une branche d’églantine, une anémone striée de blanc et de rouge, une sombre ancolie et une tulipe flammée de rose. Ça et là quelques insectes, - sphex, à droite, sur l’entablement, qui parodie en fait la signature du peintre, fossoyeur et demoiselle posés sur les pétales -, une feuille rongée, deux perles d’eau près du vase ajoutent au réalisme et à la précision du rendu de cette nature généreuse qui n’obéit pas réellement à ses propres lois puisqu’elle mêle ici des fleurs aux périodes de floraison différentes…

Un peintre longtemps oublié

Contemporain de quelques années à peine de Jan Brueghel l’Ancien dit de Velours, et très longtemps confondu avec Ambrosius Brueghel du fait de son monogramme AB, Ambrosius Bosschaert, flamand protestant émigré en Hollande, quasi oublié et redécouvert seulement à la fin du XIXe siècle, est considéré aujourd’hui comme l’un des grands noms de la peinture de fleurs du XVIIe siècle. Peint sans doute à la fin de sa carrière, vers 1620-1621, ce tableau, l’un des très rares Bouquets de l’artiste sur fond de paysage, témoigne de l’incomparable virtuosité du peintre mais également du degré de perfection atteint par la peinture nordique de cette époque.

Une "Vanité"

Tout l’attrait de ce tableau repose sur une approche de la nature doublée d’une méditation sur l’existence humaine. Révélée à la fois par le contraste entre la vision panoramique lointaine d’un paysage naturel et l’extrême précision du rendu de la pierre, des fleurs et des insectes et surtout par la vision idéale d’une nature en apparence étale, ordonnancée, mais pourtant sujette à l’éphémère : la rose qui s’alourdit et se penche, la feuille rongée, la goutte d’eau… elle est à l’image exacte de la vie. Ainsi, à cette vision précise de la nature est jointe la leçon de morale d’une « Vanité », peinture très prisée au XVIIe siècle, dont les allégories sous forme de fleurs épanouies, de fruits mûrs ou encore de crâne ou de bougies rappellent la « vanité des vanités » de l’Ecclésiaste et le seul salut possible à l’être humain, Dieu. L’œillet, symbole de la résurrection du Christ, rappelle discrètement ici cet espoir devant l’essence même de la condition humaine, vulnérable, périssable et fugace.

Bibliographie

- FOUCART Jacques, Catalogue des peintures flamandes et hollandaises du musée du Louvre, Paris, Gallimard/Musée du Louvre éditions, 2009, p. 98

- FOUCART Jacques (dir.),  Musée du Louvre : Nouvelles acquisitions du Département des peintures, 1983-1986, catalogue, introduction de Michel LACLOTTE, notice pp. 70-71. Annexe, pp. 229-236 : « Entrées supplémentaires. II. Oeuvres sorties du Louvre », par Élisabeth FOUCART-WALTER, PARIS : Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1987.

- Anciens et nouveaux. Choix d’œuvres acquises par l’Etat ou avec sa participation de 1981 à 1985, Paris, Grand Palais, (5 novembre 1985-3 février 1986), notice de Jacques FOUCART sur le Bouquet d’Ambrosius Bosschaert, p. 117.

- FOUCART Jacques, « Manières du Nord », in Connaissance des Arts, avril 1985, p. 68.

-  HAIRS Marie-Louise, Les peintres flamands de fleurs au XVIIe siècle,  Editions Meddens, Bruxelles, 1965.

Cartel

  • Ambrosius BOSSCHAERT, le Vieux (Anvers, 1573 - La Haye, 1621)

    Bouquet de fleurs dans une arcature de pierre s'ouvrant sur un paysage

    De la dernière période de l'artiste, à Breda, vers 1619/1621

  • H. : 0,23 m. ; L. : 0,17 m.

  • Acquis sur le marché de l'art londonien (Speelman) avecle concours de la Société des Amis du Louvre, 1984 , 1984

    R.F. 1984-150

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Hollande, milieu du XVIIe siècle
    Salle 35

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet

Informations complémentaires

S.d .b. : AB ; en monogramme et au verso, inscription d'époque, peut-être de l'artiste lui-même : Ambrosius Bosschaert