Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Bracelet décoré de têtes de lions incrustées

Œuvre Bracelet décoré de têtes de lions incrustées

Département des Antiquités orientales : Iran

Paire de bracelets décorés de têtes de lions incrustées

© 2010 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Iran

Auteur(s) :
Nancie Herbin

Richement orné d'or, de turquoise et de lapis-lazuli, ce bracelet à têtes de lions de l'époque perse achéménide révèle le goût des dignitaires de cet empire pour le luxe et les bijoux. On retrouve ce genre d'objets dans les représentations qui ornent certains monuments, notamment La Frise des archers du palais de Darius à Suse (522-486 av. J.-C.).

Un bracelet à têtes de lions rugissant

Ce bracelet de l'époque achéménide est composé d'un jonc massif et lisse de section circulaire de six millimètres d'épaisseur, incurvé vers l'intérieur au milieu du cercle formé par le bracelet. Chaque extrémité est ornée d'une tête de lion aux détails anatomiques bien soulignés, rappelant ceux des reliefs et des panneaux de briques émaillées du palais de Darius Ier à Suse, en particulier le "Lion passant" (musée du Louvre, AOD 489 a). La musculature y est indiquée par des "points et virgules". Cette stylisation fréquente dans l'art achéménide et l'aspect menaçant des félins se retrouvent sur les têtes de lions décorant un rhyton (musée de Téhéran), une poignée d'épée (musée de Téhéran) ou encore un poids en forme de lion (musée du Louvre, Sb 2718). Sur ce bracelet, les joues et le sommet de chaque tête sont incrustés de turquoise tandis que la collerette est en lapis-lazuli. Les yeux et le mufle ont perdu leurs incrustations et la crinière est décorée au cloisonné avec des morceaux de turquoise. De part et d'autre de ces têtes de fauves, le bracelet comporte des incrustations alternant lapis-lazuli et turquoise.

Des objets découverts dans la tombe d'un dignitaire

Cet objet fait partie d'un ensemble qui devait servir de parure à un dignitaire de l'empire achéménide. Il y était associé à un autre bracelet comparable (musée du Louvre, Sb 2761) et à un torque (musée du Louvre, Sb 2760) dont la décoration est très proche de celle des bracelets. Ces bijoux ont été trouvés dans une tombe de l'acropole de Suse mise au jour en 1901 par Jacques de Morgan. Une coupe en argent et deux vases d'albâtre en complétaient le mobilier. Beaucoup de bracelets de ce type ont été découverts, la plupart avec une forme identique à celui-ci, d'autres constituant un cercle exact. Ils sont tous ouverts et décorés de têtes d'animaux réels (lions, bouquetins, gazelles, cygnes) ou imaginaires (griffons, lions cornus).

Des bijoux portés par des hommes

Les bijoux n'étaient pas seulement portés par des femmes mais aussi par certains dignitaires tels que ceux de l'Apadana, à Persépolis, qui arborent des torques annelés. Les archers de Suse représentés sur les panneaux de briques du palais de Darius (musée du Louvre, Sb 3302 à Sb 3311) portent eux aussi des anneaux aux oreilles et une paire de bracelets semblables à celui-ci. Les techniques du cloisonné et du champlevé, parfaitement maîtrisées par les Égyptiens dès le XIVe siècle av. J.-C., sont couramment utilisées dans le Proche-Orient du Ier millénaire. En bronze ou en métal précieux, les bijoux de ce type et leurs décors sont reproduits dans l'Ouest iranien pendant tout le Ier millénaire. Quelques beaux spécimens ont été trouvés dans des tombes du Luristan, parmi le trésor de Ziwiyé ou celui de l'Oxus. Ils sont très appréciés des Achéménides : des reliefs de Persépolis montrent en effet des délégations (probablement des Scythes ou des Sogdiens, mais aussi des Lydiens, réputés pour leur savoir-faire en matière d'orfèvrerie) apportant en tribut des bracelets décorés d'animaux affrontés, très proches de ceux-ci.

Bibliographie

- GHIRSHMAN Roman, Perse : Proto-iraniens, Mèdes, Achéménides,  coll. "L'Univers des formes", Gallimard, Paris, 1963, n 5, (on peut y retrouver une reproduction des objets cités dans la notice : le rhyton p. 242, fig. 290, et l'épée, p. 267, fig. 328, du musée de Téhéran ; le bracelet de la tombe royale de Ziwiyé conservé au University Museum de Philadelphie, p.113, fig. 148 ; le bracelet du trésor de l'Oxus p. 249, fig. 302).

- TALLON Françoise (dir.), Les Pierres précieuses de l'Orient ancien : des Sumériens aux Sassanides, catalogue d'exposition, Paris, musée du Louvre, 22 septembre 1995-18 décembre 1995, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1995.

Cartel

  • Paire de bracelets décorés de têtes de lions incrustées

    Epoque achéménide, vers 350 avant J.-C.

    Suse, Acropole

  • Or, lapis-lazuli, turquoise et nacre

  • Fouilles J. de Morgan, 1901

    Sb 2761, Sb 2762

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Iran, l'empire perse achéménide : le palais de Darius Ier à Suse
    Salle 12 a
    Vitrine 4 : Mobilier d'une tombe princière achéménide (Suse, IVe siècle avant J.-C.)

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet