Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Buste de femme

Buste de femme, probablement Artémis

© 2009 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Levant

Auteur(s) :
Caroline Papin

Au IIe siècle de notre ère, Doura Europos était sous puissance romaine et avait déjà connu la domination grecque. Ces influences se rencontraient dans le domaine religieux, comme en témoigne ce buste d'Artémis, trouvé dans le temple d'Artémis-Nanaïa à Doura. Sculpté dans du plâtre, le recours à la polychromie l'égayait. De facture locale, son style rude, emprunt d'éléments gréco-romains, laisse apparaître la personnalité propre de la divinité, que les fidèles devaient percevoir.

Un buste d'Artémis en plâtre polychrome

Ce buste appartenait à une statue d'Artémis. Il provient du site de Doura Europos, où il fut découvert en plusieurs fragments. Un manteau, retenu par une fibule au niveau de l'épaule droite, laisse apparaître le sein gauche de la déesse. Il est noué autour de la taille et ses extrémités s'enroulent autour des bras. Les cheveux sont tirés vers l'arrière, séparés par une raie. Une coiffe les recouvre jusqu'à la nuque où elle se recourbe vers l'extérieur. Des boucles d'oreille figurées par de petites boules, un bracelet torsadé au poignet gauche ainsi qu'un large collier en croissant, parent Artémis. Le bras droit est levé, et le bras gauche tenait probablement un arc. Quelques traces de peinture laissent imaginer le manteau et les lèvres rouges, les cheveux noirs et la coiffe jaune. La partie inférieure du corps, une partie du bras droit, la main gauche et le nez manquent. La partie postérieure n'est pas sculptée.

Une société cosmopolite

Doura Europos, géographiquement et historiquement, était le champ d'influences diverses. Fondée en 300 av. J.-C. par Séleucos Ier sur la rive droite de l'Euphrate, elle connut successivement la domination grecque, parthe (conquête en 113 av. J.-C.) puis romaine (annexion à l'empire en 165 ap. J.-C.), avant d'être détruite par les Sassanides en 256.
Le cosmopolitisme s'y manifestait par la variété des langues et des cultes. Ainsi, on trouva le buste dans le temple d'Artémis-Nanaïa. Celui-ci n'est pas conforme à la disposition grecque, mais à celle des temples babyloniens, organisés autour d'une cour centrale. A l'époque séleucide, les dieux étrangers revêtaient des noms grecs : Artémis s'identifiait à Nanna, vieille divinité lunaire mésopotamienne. Cet usage a persisté sous le Haut Empire romain. Ce buste témoigne de l'assimilation par les Grecs d'une divinité locale.

Traditions locales et influence gréco-romaine

Malgré l'assimilation, le caractère local de la divinité persistait, mais sous l'influence gréco-romaine, le phénomène d'identification s'étendit au domaine de la représentation. Ce buste en est un exemple. De facture locale, il figure la déesse Artémis. La statue a été sculptée dans du plâtre, obtenu en calcinant le gypse, caractéristique de l'art de Doura-Europos. On trouva également dans le temple deux Victoires en plâtre. Ces oeuvres attestent de la polychromie, qui égayait ce matériau sobre. L'emploi du plâtre ainsi que la qualité de la sculpture, trahissant une main locale, contrastent avec la statue d'Aphrodite à la tortue découverte dans le temple, dont le style hellénistique se traduit dans du marbre de Paros. Artémis-Nanaïa, déesse guerrière associée à la Victoire, était aussi garante de la fécondité, ce qui explique la présence d'Aphrodite.
Le buste d'Artémis montre que les traditions locales étaient puissantes malgré l'influence gréco-romaine. Il illustre le culte d'Artémis-Nanaïa, divinité locale au vernis hellénisant, honorée dans un temple de structure orientale.

Cartel

  • Buste de femme, probablement Artémis

    IIe siècle - IIIe siècle après J.-C.

    Temple d'Artémis, salle F, Sâlhiyé (ancienne Dura Europos), Syrie

  • Plâtre polychrome

    H. : 34 cm. ; L. : 28,50 cm. ; Pr. : 9,10 cm.

  • Mission Cumont, 1922 - 1923

    AO 20122

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Arabie. Les cités caravanières, Dura Europos, Palmyre, IIIe siècle avant J.-C. - IIIe siècle après J.-C.
    Salle 20
    Vitrine 17

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet