Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Buste de femme : Ariane

Œuvre Buste de femme : Ariane

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Buste de femme : Ariane

© 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Longtemps demeuré dans l'oubli, ce buste féminin trouvé à Faléries, à une cinquantaine de kilomètres de Rome, a été reconnu récemment comme un chef-d'oeuvre de la sculpture étrusque en terre cuite. Créé au début du IIIe siècle av. J.-C., il s'inscrit dans la tradition des sculptures grecques de l'époque classique. La jeune femme, peut-être Ariane, voilée et couronnée de pampres et de feuilles de vigne appartenait sans doute à un groupe cultuel figurant ses noces avec Dionysos.

Réhabilitation d'un chef-d'œuvre de la sculpture étrusque

Après avoir été longtemps ignoré, ce buste de femme en terre cuite a été identifié récemment avec une statue étrusque fragmentaire découverte en 1829 sur le site de l'antique Faléries, au nord de Rome. L'œuvre a figuré dans la collection du marquis Campana jusqu'en 1861, date de son acquisition par la France, puis est entrée au Louvre deux ans plus tard. Modelée à la main en plusieurs parties, la statue conserve quelques traces de polychromie : du bleu, du jaune et du pourpre sur le vêtement, du rose sur le visage et du brun sur les cheveux. Sa remarquable qualité d'exécution en fait un chef-d'œuvre de la sculpture étrusque de terre cuite.

Une statue hellénistique dans la mouvance du classicisme grec

La statue est une création originale exécutée à Faléries dans les premières décennies du IIIe siècle av. J.-C., au début de l'époque hellénistique. Elle est empreinte toutefois d'un certain classicisme hérité de la sculpture grecque du IVe siècle avant notre ère. La jeune femme représentée est parée de bijoux, la tête et le regard légèrement portés vers la droite. Les traits du visage à l'ovale régulier et l'arrangement de la coiffure en mèches ondulées réparties de part et d'autre d'un front triangulaire s'inspirent des œuvres de Praxitèle ou d'ascendance praxitélienne. Le traitement du drapé, le sculpteur jouant d'effets de clair-obscur et de matière des différentes étoffes, rappelle celui des figures féminines sculptées dans la seconde moitié du IVe siècle, notamment sur les stèles funéraires attiques. L'attitude même de la jeune femme, qui se tenait probablement debout, le bras droit replié dans un geste de dévoilement, est proche de celle des effigies classiques sculptées en ronde-bosse ou en relief.

Les noces d'Ariane et de Dionysos ?

Cette statue de femme, de taille naturelle, voilée et coiffée d'une couronne de pampres et de feuilles de vigne, attribut bachique, représente vraisemblablement Ariane. De la main droite, elle tenait la bordure de son manteau et esquissait le geste de dévoilement (en grec, l'anakalypsis) caractéristique des scènes de mariage divin. La jeune femme figurait sans doute dans un groupe cultuel, aux côtés de son époux, le dieu Dionysos, selon une iconographie attestée par de nombreux vases à figures rouges produits dans la région de Faléries. Aux IVe et IIIe siècles av. J.-C., le culte de Dionysos connaît une grande faveur en Grèce, mais aussi en Campanie et en Etrurie, notamment à Faléries. Au vu des textes latins, la cité aurait en effet contribué à la diffusion des rites bachiques jusqu'à Rome et aurait compté parmi les responsables des troubles à l'origine du décret du Sénat qui, en 186 av. J.-C., réprima les Bacchanales et condamna le culte dionysiaque.

Bibliographie

Gaultier F., "L'Ariane de Faléries : un chef-d'oeuvre retrouvé", in Damarato. Stidi di antichità classica offerti a Paola Pelagatti, Milan, 2000, p. 288-296.
Gaultier F., "Ariane à Faléries : une oeuvre majeure de la sculpture étrusque en terre cuite", in Comptes rendus de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1998, p. 1095-1109.

Cartel

  • Buste de femme : Ariane

    IIIe siècle avant J.-C.

    Provenance : Falerii Novi, près de l'actuelle Civita Castellana (fouilles du comte Lozano, 1829)

    Production : Faléries

  • Terre cuite

    H.: 61 cm

  • Collection Campana, 1863 , 1863

    S 5916

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Etrurie III
    Salle 20

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet