Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cadran solaire du type des "scaphès à œilleton"

Œuvre Cadran solaire du type des "scaphès à œilleton"

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art romain

Cadran solaire

© 2000 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art romain

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Acquis par la Société des Amis du Louvre, ce cadran solaire d'époque impériale est un exemple exceptionnel de scaphè (cadran concave), muni d'un oeilleton qui filtrait la lumière. L'intérieur est gravé de courbes et d'inscriptions en grec qui permettaient de lire les mois, jours et heures indiqués par le rayon du soleil. Ce cadran a la forme d'un vase, le skyphos, en vogue dans la vaisselle romaine de luxe dès la fin de la République. Ses parois sont ornées de rameaux de chêne chargés de glands.

Forme et décor inspirés par la vaisselle de luxe

Ce cadran solaire se présente comme un skyphos, une forme de vase très en vogue dans la vaisselle romaine de luxe à la fin de la République et au Ier siècle apr. J.-C. Le Trésor d'argenterie de Boscoreale, conservé au musée du Louvre, présente des exemples similaires. Muni de deux anses latérales, orné sur le fond extérieur de moulures concentriques, ce vase en marbre s'apparente aussi aux exemplaires en métal par le décor végétal sculpté sur ses parois : des rameaux de chêne chargés de glands. Ce décor est interrompu par un orifice circulaire percé dans la paroi et par un épais tenon percé d'une mortaise, destiné à la fixation sur un socle.

Fonctionnement du cadran solaire

Le cadran était ainsi maintenu verticalement, sa face interne tournée vers l'observateur, l'orifice vers le ciel. L'intérieur du vase est gravé d'un réseau de courbes informées par des inscriptions en grec parfois abrégées : elles transcrivent des dates du calendrier romain. La plus large correspond au solstice d'été (24 juin), la plus petite au solstice d'hiver (25 décembre). Les onze lignes en éventail qui divisent ces courbes notent la durée des douze heures diurnes qui composent la journée des Romains, longues en été mais courtes en hiver. Un rayon de soleil passant par l'orifice foré dans la paroi faisait circuler à l'intérieur du skyphos une tache lumineuse dont la position indiquait le mois, le jour et l'heure. Cette tache devait être resserrée au moyen d'une plaque de bronze percée d'un œilleton, aujourd'hui perdue. Cette horloge est réglée pour une latitude de 41 : si elle provient de Carthage, dont la latitude est inférieure, elle a dû y être transportée.

Typologie et datation de l'oeuvre

Le livre IX du De architectura, rédigé par Vitruve au Ier siècle av. J.-C., constitue une source fondamentale dans notre connaissance des horloges solaires de l'Antiquité. L'ingénieur romain dresse la liste des différents modèles de l'instrument, mais ses renseignements sont confus, si bien qu'il est difficile d'y reconnaître le type de cadran auquel l'œuvre du Louvre se rattache. Le réseau complexe de lignes qui couvrent l'intérieur du vase pourrait faire penser à un cadran que Vitruve nomme arachné (l'araignée), dont il attribue l'invention à l'astronome Eudoxe de Cnide, au IVe siècle av. J.-C. Avec plus de certitude, ce cadran solaire, acquis en 1999 grâce à la générosité de la Société des Amis du Louvre, appartient au type répandu des scaphès (du verbe grec skaphein, creuser), ou cadrans concaves munis d'un œilleton qui filtrait la lumière du soleil. La forme du récipient, le style du décor et les inscriptions s'accorderaient pour replacer l'objet à l'époque impériale, entre le Ier et le IIe siècle de notre ère. Le nom du mois d'août (augustus) fournit une limite chronologique pour la création du cadran : le mois sextilis est rebaptisé ainsi en 8 av. J.-C., en l'honneur de l'empereur Auguste.

Bibliographie

Savoie (D.), Lehoucq (R.), "Etude gnomique d'un cadran solaire découvert à Carthage", in Revue d'Archéométrie, 25, 2001, p. 25-34
Pasquier (A.), "Un cadran solaire d'exception pour le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines. Un don des Amis du Louvre", in Revue du Louvre, 2000, 3, p. 13-15, fig. 1-3
Pasquier (A.), "Du soleil dans une coupe : une nouvelle horloge romaine au Musée du Louvre", in Comptes rendus des séances de l'année de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, 2, 2000, p. 643-655

Cartel

  • Cadran solaire

    Ier - IIe siècle après J.-C.

    Trouvé à Carthage ?

  • Marbre

    H. : 30 cm. ; L. : 73 cm.

  • Don de la Société des Amis du Louvre, 1999 , 1999

    N° d'entrée MNE 1178 (n° usuel Ma 5074)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Art romain. Epoque Julio-Claudienne I
    Salle 23

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet