Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Calice en forme de nénufar

Œuvre Calice en forme de nénufar

Département des Antiquités égyptiennes : Dernières dynasties pharaoniques et époque ptolémaïque (vers 1069 - 30 av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Calice en forme de nénufar

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
Dernières dynasties pharaoniques et époque ptolémaïque (vers 1069 - 30 av. J.-C.)

Auteur(s) :
Geneviève Pierrat-Bonnefois

Ce calice en faïence d'un bleu éclatant, au décor moulé, n'a rien d'un objet usuel. Si des Egyptiens d'autrefois ont bu dedans, sans nul doute son décor précieux en faisait un objet d'exception. Cependant, une telle forme n'appartient pas au répertoire des vases rituels représentés dans les scènes religieuses traditionnelles.

Des calices pour boire ou pour offrir ?

Avec le papyrus, le nénufar ou lotus bleu occupe l'écrasante majorité des végétaux représentés dans l'art égyptien. Ses pétales pointus ornent très régulièrement le fond des vases. De tels calices qui épousent complètement la forme de la fleur, montés sur un petit pied conique, apparaissent à la 18e dynastie, en calcite ou en faïence siliceuse. A la 22e dynastie, ils réapparaissent, avec une forme très cintrée, chargés de détails délicats en relief. C'est le cas de celui-ci : entre les pétales émergent des petites palmettes, fleurs de lys stylisées, sans rapport naturel avec le lotus qui les abrite. L'ouverture carrée est étonnante, et cependant un autre exemplaire existe au musée archéologique de Florence.
La couleur bleue intense ainsi que la technique des fins détails rattachent cet objet à une série de calices trouvés à Tounah el-Gebel, au décor historié de scènes d'actions royales ou d'images de la vie champêtre. Il s'agit peut-être d'objets d'offrandes, liés à la célébration de fêtes.

Le lotus bleu, une fleur hautement symbolique

Le lotus bleu (Nymphaea caerulea), odorant, supplante progressivement dans l'art le lotus blanc (Nymphae lotus), sans que ce dernier disparaisse pour autant. La fleur du lotus blanc, aux pétales courts et arrondis, au parfum insignifiant, s'épanouit au soir pour disparaître au matin. Au contraire, le lotus bleu apparaît à l'aube sur les eaux, exhalant une odeur suave, et découvre un coeur d'étamines jaune vif ; il a ainsi été retenu comme l'image du lieu d'où surgit le soleil, source de toute vie, dans la mythologie de la création du monde de la cité d'Hermopolis.
Les Egyptiens décorent leurs offrandes divines et funéraires de cette fleur chargée de sens et la portent à leurs narines lors des fêtes. La floraison du lotus bleu, l'inhalation de son odeur suave, pourraient aussi être associées à l'été, à la saison qui précède l'inondation de la vallée du Nil ; on mentionne alors le "parfum du lotus de la saison shemou (l'été)".

Lotus, nénufar et nénuphar

Aujourd'hui, les botanistes emploient le mot lotus de préférence pour le Nelumbo, originaire d'Inde et inconnu en Egypte avant l'époque perse. En français, on appelle ces plantes "nénufars". L'orthographe en "f" est celle recommandée par l'Académie française depuis 1990. En effet, l'origine de ce mot est sémitique ; en langue égyptienne, la racine NFR que l'on prononce par convention "néfer" signifie "beau". C'est le surnom que les anciens Egyptiens donnaient à cette fleur, et c'est ce qui a donné en français "nénufar", par l'intermédiaire de l'arabe et du latin médiéval. Il semble que ce sont les botanistes, à partir du XIXe siècle, qui ont opté pour l'orthographe "nénuphar", sans doute influencés par le mot grec de la plante, nymphéa, qui n'entre pour rien dans l'étymologie de "nénufar".

Cartel

  • Calice en forme de nénufar

    22e dynastie, 945 - 715 avant J.-C.

  • faïence siliceuse

    H. : 14,40 cm. ; L. : 10,20 cm.

  • E 11349

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    1er étage
    De l'an mille à la première domination perse, vers 1069 - 404 avant J.-C.
    Salle 29
    Vitrine 06

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Le pied est une restauration