Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Caprice d'architecture avec le Panthéon, le Colisée, le forum de...

Œuvre Caprice d'architecture avec le Panthéon, le Colisée, le forum de Trajan

Département des Arts graphiques : XVIIIe siècle

Caprice d'architecture avec le Panthéon, le Colisée, le forum de Trajan

© Direction de l'Architecture et du Patrimoine

Arts graphiques
XVIIIe siècle

Auteur(s) :
Mancini Federica

Giovanni Paolo Pannini séjourna à Rome à partir de 1711 : la ville éternelle avec son histoire et ses monuments lui inspirèrent quelques-uns de ses dessins les plus réussis sur le thème des vues fantastiques. Ses compositions illustraient des paysages recomposés, où les éléments sculpturaux et architecturaux étaient réels mais mêlés selon une vision imaginaire, comme dans le cas de ce dessin.

Abécédaire romain

La composition imaginaire du Louvre présente quelques-uns des monuments les plus célèbres de Rome : dans une ambiance irréelle, un groupe de figures est dessiné au milieu de ruines. A gauche, un temple est orné de la frise des lions provenant du temple d'Antonin et Faustine, tandis qu'à droite la statue d'Hercule combattant l'Hydre est due à la seule imagination de l'artiste. En arrière-plan, des monuments capitaux ont été rassemblés de manière personnelle : la Colonne de Marc-Aurèle est située entre le Panthéon à gauche et le Colisée à droite.

De la fantaisie ordonnée

La présence de personnages a permis d'établir un terminus post quem pour la datation du dessin : on connaît en effet une étude préparatoire de la figure accoudée (Berlin, Kupferstichkabinett) située entre 1736 et 1740. La composition générale a été répétée dans d'autres dessins, conservés à Berlin et à l'Albertina de Vienne (1762), ce qui témoigne du succès de cette formule ainsi que de sa préparation, qui n'est en rien improvisée.

Les ruines de l'empire

Grâce à ses vedute (vues) et à ses Ruines de Rome, Pannini contribua à la connaissance des antiquités romaines et au développement de l'intérêt archéologique à un niveau international. Il s'inscrivait dans une tradition répandue en Italie qui, depuis le XVIe siècle, s'était fortifiée à travers des artistes tels que les Codazzi et Ghisolfi. Quoique sa célébrité ait été reconnue de son vivant pour ses tableaux et pour ses dessins, une distinction s'impose entre les deux genres, notamment pour la perspective des vues représentées. Comme dans le cas de la feuille du Louvre, l'attention se porte vers des monuments décrits en détail dans une ambiance qui, grâce à la technique utilisée, est clairement définie, alors que les horizons s'amplifient dans les surfaces plus larges des tableaux.

Bibliographie

- KIENE Michael, Giovanni Paolo Pannini, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Editions de la Réunion des Musées Nationaux, 1992-1993, notice 46.

- LOISEL Catherine, Le Paysage en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Editions de la Réunion des Musées Nationaux, 1990, notice 146.

Cartel

  • (Fin du XVIe siècle)

  • Bronze

    H. : 25.2 cm. ; L. : 35.7 cm.

  • Legs Seguin, 1913

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

annoté au centre 'J. P. Pannini'