Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Captif

Captif ("l'Esclave rebelle")

© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault

Sculptures
Italie

Auteur(s) :
Geneviève Bresc Bautier

Entrepris pour le tombeau du pape Jules II dès 1505, Michel-Ange commença la réalisation des Esclaves en 1513, lors d'un deuxième projet. A la mort du pape, le projet changea à nouveau pour raison économique.
Les Esclaves gagnèrent la France par le biais de Roberto Strozzi à qui Michel-Ange les avaient offerts.

Des sentiments qui s'opposent

Enchaînés, les deux captifs s’opposent par tous les sentiments qu’ils expriment. L’un, superbement jeune et beau, semble s’abandonner à un sommeil, peut-être éternel. On l’a surnommé l’Esclave mourant. L’autre, plus brutal, se débat dans une torsion vibrante de tout son être. Il est dit l’Esclave rebelle. Tous deux ont été conçus par Michel-Ange pour le somptueux monument funéraire que le pape Jules II rêvait de se faire élever et qui connut bien des vicissitudes, pendant quarante ans de programmes successifs.
Peu d’éléments permettent d’apprécier le thème iconographique, sinon la figure d’un singe, à peine ébauchée à côté de l’Esclave mourant. Symbolisent-ils les provinces soumises ? Les arts réduits en esclavage par la mort du souverain pontife ? Participent-ils à son triomphe éternel ? Peut-on y voir les passions asservies, ou, selon le thème platonicien qui animait Michel-Ange, représentent-ils l’âme humaine enchaînée par la pesanteur du corps ? La force indicible, qui se dégage de ces corps tourmentés, irradie. Et l’inachèvement renforce encore cette impression de puissance.

Origine de l'oeuvre

Conçus pour le premier projet du tombeau, en 1505, ces Esclaves furent entrepris en 1513, lorsque s’élabore un second projet. Ils sont finalement écartés lors du quatrième projet, après la mort du pape quand, par souci d’économie, la conception du mausolée fut réduite. Jules II, qui avait rêvé d’un mausolée isolé à Saint-Pierre de Rome, fut enseveli à Saint-Pierre-aux-Liens dans un tombeau adossé, orné, il est vrai, du célèbre Moïse de Michel-Ange, contemporain des Esclaves. Les deux grands marbres, inachevés, étaient pourtant déjà considérés comme des œuvres dignes d’admiration. Michel-Ange les donna à l’exilé florentin Roberto Strozzi, qui en fit hommage au roi de France.
Les Esclaves gagnèrent donc la France du vivant du sculpteur et ont successivement été placés dans deux niches du château d’Écouen, construit par le connétable Anne de Montmorency, puis prélevés par le cardinal de Richelieu pour son château en Poitou. Les deux Esclaves devaient prendre place sur le tombeau à côté d’autres figures analogues, dont les quatre marbres de l’Académie de Florence, sculptées et laissées aussi inachevées en 1531-1532.

Inachèvement

Les Esclaves sont-ils inachevés pour des raisons techniques ? Le fil du marbre sur le visage de l’Esclave rebelle, ou la terrasse trop mince sous leur pied le plus bas, explique sans doute l’abandon des pièces. Mais le non finito est un thème récurrent chez Michel-Ange, qui joue de l’opposition entre le poli, lisse et impeccable du corps de l’Esclave mourant, et le grossier du marbre brut. Dans sa quête d’absolu vers la vérité de l’art, il abandonne quand il sent qu’il ne peut atteindre son idéal. Il laisse ainsi bien visibles les marques des outils, pics et pointes, râpes, gradines et trépans, ces marques vivantes de son combat inlassable avec la matière, qu’il creuse avec acharnement, pour en tirer l’idée emprisonnée.

Cartel

  • Michelangelo BUONARROTI dit MICHEL-ANGE (Caprese (Arezzo), 1475 - Rome, 1564)

    Captif ("l'Esclave rebelle")

  • Marbre

    H. : 2,09 m.

  • Entré au Louvre en 1794

    M.R. 1589

  • Sculptures

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Galerie Michel-Ange
    Salle 4

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet