Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Caracalla (empereur de 211 à 217 ap. J.-C.)

Œuvre Caracalla (empereur de 211 à 217 ap. J.-C.)

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art romain

L'empereur Caracalla

© 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art romain

Auteur(s) :
Charlotte Lepetoukha

Ce buste au visage volontaire représente l'empereur Caracalla (211-217 ap. J.-C.). Véritable expression de la psychologie et de la politique du prince, il témoigne du rôle de la composante militaire dans la politique au début du IIIe siècle. Son exécution vigoureuse, bien loin des effets baroques de la période antoninienne, est un prélude au modelé plus simplifié des effigies de la seconde génération des Sévères.

Caracalla (211-217 ap. J.-C.)

L'empereur Caracalla est ici figuré en buste, portant une cuirasse sur laquelle est drapé le paludamentum, signe distinctif du chef militaire. La tête est légèrement tournée vers la droite. Sur un crâne rond et massif, la chevelure s'organise en boucles courtes et serrées.
Le visage est habité d'une détermination sensible dans la contraction des muscles du front, qui barrent ce dernier de deux rides horizontales, et la crispation de la bouche, marquée par des rides aux commissures. Le regard, sur lequel l'arcade sourcilière proéminente projette une zone d'ombre, participe de cette concentration intense, de même que la bouche fermement dessinée et la mâchoire serrée.

Un empereur soldat

Comme son père Septime Sévère (empereur de 193 à 210), Caracalla est un empereur militaire. A une époque où l'Empire est menacé à ses frontières et où l'on relance une politique de conquête, l'armée revêt un rôle primordial dans l'exercice du pouvoir ; il est essentiel pour l'empereur de s'en assurer le soutien. En adoptant la barbe et la chevelure rases des militaires ainsi que la cuirasse drapée du paludamentum, Caracalla s'apparente ainsi à ses soldats.
D'autre part, la représentation de l'empereur sous les traits d'un militaire à la physionomie brutale, presque malveillante, est en rupture avec l'image du prince noble et juste traditionnellement véhiculée par l'art officiel, notamment sur les portraits de Marc-Aurèle. Caracalla était avant tout soucieux de se donner un air redoutable, propre à figer son interlocuteur.

Une nouvelle approche du portrait

Ce type de portrait est connu par d'autres répliques, dites du "type Tivoli", ainsi nommé en raison de la provenance de l'une d'entre elles. On retrouve dans ces effigies les traits bien reconnaissables de la physionomie du prince, mais sans la contraction exagérée des muscles du front et la violente torsion du cou qui caractérisent les portraits (dits du "type Farnèse") des années 212-215 ap. J.-C., lorsque Caracalla, qui a fait assassiner son co-régent et frère Géta, se retrouve seul à la tête de l'Empire. La représentation sur un mode plus apaisé de cet empereur qui a laissé l'image d'un dirigeant brutal laisse donc à penser qu'il s'agit là d'un type créé en début de règne. Cependant, cette hypothèse reste discutée, certains voyant dans le "type Tivoli" une création de fin de règne, en réaction à l'expressionnisme outré du "type Farnèse".
La sobriété de l'exécution marque en tout cas une étape dans l'art du portrait romain. La facture naturaliste, le volume réduit de la masse capillaire où ne s'exprime plus la virtuosité du travail au trépan du sculpteur, traduisent un refus des effets de surface et de la profusion décorative en vogue depuis l'époque de Marc-Aurèle. La franchise et la simplification du modelé annoncent la tendance à la schématisation qui imprègne l'art du portrait romain à partir du IIIe siècle.

Bibliographie

- WIGGERS H. B., WEGNER M., Das römische Herrscherbild, Caracalla, Geta, Plautille, Macrinus bis Balbinus, Berlin, 1971, p. 75.

- KERSAUSON K. (de), Catalogue des portraits romains, II, Paris 1996, n 176, p. 384.

Cartel

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet