Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cartel d'applique

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Cartel d'applique

© 1987 RMN / Daniel Arnaudet

Objets d'art
XVIIIe siècle : le rococo

Auteur(s) :
Brigitte Ducrot

Vers le milieu du XVIIIe siècle, la concurrence des manufactures de porcelaine obligea les faïenciers à adopter des techniques nouvelles. Ce cartel en faïence, oeuvre de la manufacture strasbourgeoise de Paul Hannong, est peut-être inspiré d'un modèle de l'ébéniste parisien Charles Cressent. D'une forme rocaille complexe, il montre l'apothéose de la technique du petit feu, qui permit d'élargir considérablement la gamme des couleurs.

Une oeuvre Rocaille exceptionnelle

Cette pièce décorative de grande taille, en faïence, se compose d'un corps destiné à abriter un mouvement de pendule, commandé à un horloger strasbourgeois, et d'un socle en forme de console. Elle s'inspire peut-être d'un modèle de l'ébéniste Charles Cressent, qui a souvent utilisé la figure dite de l'"espagnolette", buste féminin en ronde-bosse. C'est toutefois aux manufactures allemandes que revient la création, en céramique, de ce type d'objet mural. Ce cartel a dû trouver place dans un intérieur qui, comme lui, fut marqué par le goût rocaille. Sa forme très mouvementée correspond, en effet, à l'esthétique de la sinuosité qui caractérise ce courant à la mode jusqu'au deuxième tiers du XVIIIe siècle. Volutes, coquilles et guirlandes de fleurs en forment la base ornementale et se répondent tandis que, dans la partie supérieure, au-dessus du coq, domine la figure du Temps armé de sa faux.

Une manufacture novatrice

Dirigée par la famille Hannong de 1721 à 1784, la manufacture de Strasbourg se distingue par ses nouveautés techniques et par la qualité de ses décors peints. Elle est restée dans l'histoire de la céramique française comme la première, grâce à la présence d'ouvriers allemands, à pratiquer la cuisson de petit feu et à savoir fabriquer de la porcelaine dure en France. À côté des pièces de service et particulièrement de platerie, sa production compte de nombreuses pièces de forme : statuettes, pots-pourris, fontaines, cartels. Elles attestent d'une grande maîtrise technique. On connaît au moins trois types de cartels produits dans cette manufacture. D'autres, de même modèle que celui du Louvre, sont visibles au Museum für Kunst und Gewerbe de Hambourg ainsi qu'au Victoria and Albert Museum de Londres.

Une nouvelle palette décorative

Les éléments en relief sont mis en valeur par une palette colorée dite de petit feu (ou réverbère). Cette technique est introduite à la manufacture de Paul Hannong vers 1745. Ce nouveau procédé de cuisson basé en particulier sur une température de cuisson plus basse permet une palette de couleurs que n'autorise pas la cuisson de grand feu. Il a pour caractéristique notamment l'introduction du rose obtenu à partir d'un mélange à base de chlorure d'étain et d'or (ou "Pourpre de Cassius"). Cette polychromie récente est utilisée ici pour souligner la forme chantournée de peignés bleus, jaunes ou verts tendres, pour rehausser les bords de légères touches de couleurs allant du rouge au marron et pour donner plus de réalité aux figures dans une tonalité suave.

Bibliographie

Migeon Gaston, Musée national du Louvre. Catalogue de la collection Isaac de Camondo, Paris, Musées nationaux, 1922, n 124, p. 22.

Ballot Marie-Juliette, Musée du Louvre, La Céramique française. Nevers, Rouen et les fabriques du XVIIe et du XVIIIe siècle, Paris, Éditions Albert Morancé, 1924, p. 32, pl. 43.

Ennes Pierre, Musée du Louvre, La Céramique du XVIIe au milieu du XIXe siècle, Paris, Editions de la Réunion des Musées nationaux, 1992, p. 18-19.

Louvre. Les collections, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1993, n 270, p. 262.

Durand Jannic, Le Louvre : les objets d'art, Paris, Éditions Scala, Editions de la Réunion des Musées nationaux, 1995, p. 100.

Les collections du Louvre, Paris, Editions de la Réunion des Musées nationaux, 1999, p. 257.

Cartel

  • Manufacture de Paul Hannong

    Cartel d'applique

    Vers 1750 - 1755

    Strasbourg

  • Mouvement de HentschelFaïence de petit feu, émail, bronze doré

  • Provenance : ancienne collection du baron Seillière ; legs comte Isaac de Camondo, 1911 , 1911

    OA 6568

  • Objets d'art

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Mouvement de Hentschel, Strasbourg