Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cavalier

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Cavalier

© 1995 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités orientales
Levant

Auteur(s) :
Nicolas Benoit

Le musée du Louvre possède une vingtaine de figurines chypriotes en terre cuite peinte représentant un cavalier sur sa monture. Elles s'échelonnent toutes de la fin de la période chypro-géométrique (VIIIe siècle av. J.-C.) à la période archaïque (jusqu'au Ve siècle av. J.-C.). Très répandues à Chypre, ces figurines ont été retrouvées le plus souvent dans des tombes : leur signification précise est cependant sujette à diverses interprétations.

Une figurine soignée et colorée

Des nombreuses trouvailles chypriotes de Robert Hamilton Lang, consul d'Angleterre à Larnaca, acheminées pour la plupart vers le British Museum, seule une petite partie a pris place dans la collection du musée du Louvre. C'est le cas de cette figurine de terre cuite peinte, représentant un cavalier sur sa monture, thème très courant à Chypre à cette époque. Découverte dans une tombe de Castroulla, sur la côte sud du Karpass, et acquise par le musée en 1872, la figurine, datée du VIIIe siècle avant notre ère, en est l'un des plus anciens exemplaires mais aussi l'un des plus finement exécutés. Le cheval campe fermement sur ses pattes légèrement arquées, dans une position d'arrêt. Le corps bas et la petite queue coudée contrastent avec l'encolure et la tête excessivement longues, que prolongent un long museau cylindrique et une crinière arrondie formant panache à la manière grecque. Le cavalier, dont le sommet du crâne en cône tronqué semble indiquer le port d'un casque, fait littéralement corps avec sa monture : son corps tubulaire se fond dans cette dernière au niveau des cuisses. De la peinture noire prête les traits du cavalier, que ce soit sa barbe, ses doigts ou les motifs de son costume. Les yeux, la crinière et le harnachement du cheval sont également indiqués en noir ; le personnage arbore, de plus, une svastika (petite croix gammée) sur son cou. Du rouge, enfin, est réparti symétriquement sur les oreilles du cavalier et du cheval, sur le casque du premier, et le museau, la queue et les pattes du second.

De l'offrande au jouet pour enfant

Le cheval serait apparu à Chypre dès le Bronze ancien mais sa première représentation en figurine de terre cuite date de la fin du Bronze moyen. L'animal devient, vers la fin du Bronze récent, surtout accompagné de son cavalier, l'un des thèmes de prédilection de l'artisanat chypriote. À l'époque dite "géométrique", les fameuses "Tombes royales" de Salamine, contemporaines de notre figurine, où l'on a découvert des chevaux harnachés sacrifiés, montrent assez la valeur sacrificielle et religieuse de l'animal. Animal guerrier assurément, son succès est vif en cette période d'affrontement où se succèdent les dominations des grands empires orientaux sur l'île : les soldats sur le départ déposaient ainsi des figurines dans les sanctuaires afin de s'attirer la protection divine. De fait, les figurines de chevaux étaient souvent consacrées à Apollon, dieu majeur de Chypre et pendant masculin de la Grande Déesse. Dieu de la guerre, Apollon l'était aussi de la fertilité : le cheval, comme le taureau, constituaient à Chypre des symboles de vie et de renouvellement, ce qui expliquerait leur abondance au sein des tombes. Cependant, leur utilisation comme offrandes, sacrificielles ou funéraires, ne doit pas faire oublier une seconde destination, évidente et mieux établie par les textes : celle de jouet pour enfant, outil pédagogique par excellence et, en ce sens, loin d'être incompatible avec son usage premier.

Bibliographie

- CAUBET Annie, "La collection Robert Hamilton Lang au musée du Louvre : Antiquités de Pyla", in Report of the Department of Antiquities Cyprus, 1976, Nicosie, Department of Antiquities Cyprus, Ministry of Communications and Works, 1976, p. 168.Caubet Annie, Hermary Antoine, Karageorghis Vasos (sous la dir. de), Art antique de Chypre au musée du Louvre : du chalcolithique à l'époque romaine, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1992, Athènes, Kapon, 1992, pp. 95-96, n 106.

- CAUBET Annie, FOURNIER Sabine, QUEYREL Anne (dir.), L'Art des modeleurs d'argile : antiquités de Chypre, coroplastique, musée du Louvre, département des Antiquités orientales, vol. 1, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1998, p. 118, n 140.

MONLOUP Thérèse, Les Figurines de terre cuite de tradition archaïque. Salamine de Chypre XII, fouilles sous la direction de Jean Pouilloux et Georges Roux, Maison de l'Orient méditerranéen, E. de Boccard, Paris, 1984, pp. 37-46.

- YOUNG John Howard, YOUNG Suzanne Halstead (dir.), Terracotta Figurines from Kourion in Cyprus, Philadelphia, The University Museum, University of Pennsylvania, Philadelphia, 1955, pp. 54-169.

Cartel

  • Cavalier

    Chypro-géométrique III (VIIIe siècle avant J.-C.)

    Castroulla

  • Terre cuite polychrome

  • Acquisition 1872

    MNB 370

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Levant : Chypre
    Salle 21

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet