Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Chapelle du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XV

Œuvre Chapelle du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XV

Département des Objets d'art : XVIIIe siècle : le rococo

Chapelle du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XV

© 1990 RMN / Daniel Arnaudet

Objets d'art
XVIIIe siècle : le rococo

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Cette chapelle, composée d'un bassin, de deux burettes, d'un crucifix et d'une clochette, servait, à Versailles, au duc de Bourgogne (1751-1761), fils aîné du Grand Dauphin. Elle est fragmentaire car le bénitier, le calice et la patène ont disparu. Oeuvre de l'orfèvre du roi François-Thomas Germain (1726-1791), cet ensemble est un rare exemple des créations religieuses de cet orfèvre et de l'orfèvrerie des princes, qui a presque totalement disparu.

L'orfèvrerie des princes

Les usages de l'ancienne monarchie voulaient qu'à l'âge de sept ans, un prince quittât "les femmes" pour passer "aux hommes" ; il recevait alors un gouverneur et un précepteur chargés de son éducation. Il se voyait également remettre de l'orfèvrerie de chapelle, de table et de chambre. S'il mourait avant sa majorité, son "service" se partageait cette orfèvrerie. Le duc de Bourgogne, né en 1751, est mort à l'âge de 10 ans, son orfèvrerie fut donc remise à son précepteur, monseigneur du Coetlosquet, qui la légua à ses neveux. Ces derniers la cachèrent au Luxembourg pendant la Révolution, avant qu'elle ne passe à la famille de Pontbriand. C'est ainsi que l'ensemble a pu être conservé.

Les chapelles des Germain

Entre 1727 et 1765, dix chapelles furent enregistrées au Garde-Meuble de la Couronne, neuf d'entre elles ont été fournies par les Germain. Thomas Germain (vers 1673-1748) livra cinq chapelles très semblables les unes par rapport aux autres. François-Thomas (1726-1791), son fils, possédait donc les modèles lorsqu'il fut appelé à réaliser les chapelles des Petits-Enfants de France. Il en livra quatre, dont celle du duc de Bourgogne, conservée au Louvre. D'après les descriptions des archives, elles ne différaient de celles de son père que par d'infimes détails de ciselure.

Une chapelle issue de modèles antérieurs

La chapelle du duc de Bourgogne fut enregistrée le 18 août 1758 au Garde-Meuble de la Couronne. Mis à part son calice, plus haut et plus lourd que les autres (aujourd'hui disparu), elle ne différait des précédentes que par quelques petits détails ciselés. Tous les objets portent les armes de Bourgogne, et la cuvette et la sonnette sont ciselées d'une mosaïque de fleurs de lys. Les burettes ornées "à côtes" et au couvercle en forme de coquille ne leur étaient pas assorties, particularité que l'on observe dans toutes les chapelles livrées par François-Thomas Germain. Le crucifix, soutenu par un socle à pieds involutés et ornés de coquilles, est terminé par des fleurs de lys en ronde-bosse et orné de la statue du Christ, traitée avec beaucoup de réalisme. Les flambeaux présentent le même socle et sont composés d'un fût à cannelures torses et d'une bobèche à godrons. Toutes ces formes étaient quelque peu archaïques à une époque ou François-Thomas réalisait déjà des pièces d'orfèvrerie rocaille. Cela est dû au remploi des modèles de son père, mais aussi au côté quelque peu conservateur de l'orfèvrerie religieuse.

Bibliographie

- PERRIN, C., François-Thomas Germain, orfèvre des rois, Paris, 1994, pp. 75-76.

Cartel

  • François-Thomas GERMAIN (1726 - 1791)

    Chapelle du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XV

    1757- 1758

  • Argent doré

  • Don de la Société des Amis du Louvre, 1969

    OA 10358

  • Objets d'art

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Poinçons de l'année 1758 et poinçon de maître : François-Thomas Germain