Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Chapelle du mastaba d'Akhethétep

Œuvre Chapelle du mastaba d'Akhethétep

Département des Antiquités égyptiennes : De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Chapelle de la tombe d'Akhethétep

© Musée du Louvre/C. Larrieu

Antiquités égyptiennes
De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Auteur(s) :
Catherine Bridonneau, Lili Aït-Kaci

Provenant de Saqqara, la chapelle du mastaba d'Akhethétep a été remontée au Louvre dès 1903. On appelle mastaba ("banc" en arabe) l'édifice massif construit au-dessus du caveau où reposait le défunt. Ce type de sépulture était destiné aux grands dignitaires, proches du roi, dès l'Ancien Empire. À l'intérieur du mastaba, la chapelle accueillait la famille et les prêtres venant déposer de la nourriture, des boissons et prononcer des formules pour assurer au mort une éternité confortable.

Une chapelle de mastaba

La partie décorée de la chapelle funéraire d'Akhethétep, grand personnage de l'Ancien Empire, a été choisie à Saqqara, achetée à l'Égypte et apportée par Georges Bénédite, conservateur des Antiquités égyptiennes au Louvre, en 1903. Puis, le sable, le temps et le vent du désert ont fait disparaître toute trace du lui-même.
Les blocs de calcaire sculptés en bas-relief furent montés au musée, la même année, dans un support de maçonnerie. Le parement extérieur légèrement incliné, donne une idée de la forme générale du monument initial.
Dans le massif, plein, trapézoïdal d'un mastaba étaient aménagés la chapelle funéraire, le serdab, et un puits menant au caveau creusé dans le sol rocheux du désert où le mort reposait dans un sarcophage, entouré d'offrandes diverses, d'accessoires, d'ustensiles et du mobilier funéraire. La chapelle, le plus souvent décorée, était un lieu public où la famille du défunt se réunissait et où le prêtre chargé du culte funéraire déposait ce qui revenait au mort sur sa table d'offrandes devant une fausse porte sculptée sur la paroi ouest.
Dans le décor, images et inscriptions sont liées ; l’image donne encore plus de puissance aux textes et principalement à la formule d’offrandes qui résume les souhaits du défunt : avoir une belle sépulture, un repas funéraire assuré pour l’éternité et la possibilité d’aller partout où les protégés du Grand Dieu ont accès. Ces souhaits sont illustrés par le décor de la chapelle où, dès l’entrée sur le linteau, et dans le passage sur le rouleau de pierre, le nom et les titres du mort, propriétaire de la tombe, sont inscrits pour indiquer qui en est le bénéficiaire.

Répartition des scènes

La paroi lisse en calcaire de belle qualité est recouverte d’un léger enduit de plâtre sur lequel les scènes et les textes se détachent en un très léger relief. La polychromie du décor est partiellement conservée.
- Sur les murs du passage d'entrée, Akhethétep, de grande taille, assiste à l'arrivée de l'équipement de sa tombe, sa demeure d'éternité : sur le mur gauche, les étoffes nécessaires au culte funéraire, comptabilisées sur des papyrus. À droite, son fils encense ses statues ; danses et scène de boucherie sont associées à la cérémonie d'installation dans la tombe ;
- face à l'entrée, le mur ouest est sculpté d'une double fausse porte, passage entre le monde des vivants et celui des morts. Une grande table d'offrandes en granit était placée devant ;
- Le mur nord porte la scène essentielle de la tombe : le repas funéraire. Akhethétep est assis face à un monceau d'offrandes alimentaires réapprovisionné sans cesse par un défilé de femmes chargées des produits de ses domaines funéraires et une scène de boucherie. Musicien, chanteurs et danseuses animent le banquet ;
- En face, les scènes du mur sud complètent ce festin avec des défilés de bétail, des coffres et un tableau sur lequel est listé le menu idéal ;
- De part et d'autre de la porte, côté est, le mur détaille les différentes activités des champs et des marais dont les productions sont destinées à l'alimentation éternelle d'Akhethétep. Des scènes de navigation à la voile en remontant le cours du fleuve vers le sud ou à rame en le descendant vers le nord sont une allusion aux visites dans ses domaines funéraires et aux voyages vers le champ des offrandes, chez le Grand Dieu.

Les fouilles du Louvre à Saqqara

Le mastaba d'Akhethétep a été retrouvé lors des fouilles menées par le Louvre. Dans la grande nécropole de Saqqara, il est situé entre les complexes funéraires des rois Djéser (3e dynastie) et Ounas (5e dynastie). Commencées en 1991, ces fouilles ont révélé un énorme massif plein, conservé sur presque 6 mètres de hauteur, recouvert d'un parement de beau calcaire ; long de 32 mètres du nord au sud et de 16 mètres d'est en ouest. Ce bâtiment se trouve au centre d'un ensemble funéraire comprenant également un petit mastaba au nom d'un autre Akhethétep, certainement de la même famille, une chapelle et une cour.
La chapelle du Louvre n'occupait qu'une toute petite partie au sud du grand massif. Cette pièce et une haute fausse porte creusée dans le flanc est du bâtiment sont les seules parties décorées. Le puits funéraire aboutit au caveau situé à environ 20 mètres de profondeur dans le rocher et pillé dès l'Antiquité. Il contient encore le sarcophage et quelques rares éléments du mobilier funéraire. Trois statues en calcaire peint dont deux inscrites au nom d'Akhethétep ont également été découvertes (debout, assise et en position de "scribe accroupi"). Elles ont malheureusement perdu leur tête.

Bibliographie

- CENIVAL J.-L. de , Feuillet 2-11, Louvre.

- ZIEGLER C. , Le Mastaba d'Akhethétep. Une chapelle funéraire de l'Ancien Empire, éd. RMN, 1993.

- PIERRAT-BONNEFOIS G. , Les Travaux des champs, le mastaba, Fiche Visite-Louvre, Département des Antiquités Egyptiennes, Salle 4.

- ZIEGLER C. et al., "À la recherche du mastaba d'Akhethétep – rapport préliminaire de la mission archéologique du musée du Louvre à Saqqara", Revue du Louvre n°2, avril, pp 13-24

- ZIEGLER C.,  BOVOTJ .-L., Art et Archéologie : l’Égypte ancienne, École du Louvre/RMN /Documentation française, Paris, 2001.

- ADAM J.-P. , ZIEGLER C. , "La Mission archéologique du musée du Louvre à Saqqara " dans Dossiers d’archéologie n° 265, juillet/août 2001.

- ANDREU G. , RUTSCHOWSCAYA M.-H. , ZIEGLER C. , L’Égypte ancienne au Louvre, Hachette, Paris, 1997.

- COLINART S. , ZIEGLER C. , « Des minéraux jaunes peu connus. Le Mastaba d’Akhethétep », revue Techné n° 31.

Cartel

  • Chapelle de la tombe d'Akhethétep

    vers 2400 avant J.-C. (5e dynastie)

    Saqqara

  • bas-reliefs remontés dans une maçonnerie modernecalcaire

  • (le mastaba)

    E 10958 (A)

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Les travaux des champs
    Salle 4

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet