Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cheval harnaché, de trois quarts vers la gauche, la tête de face...

Œuvre Cheval harnaché, de trois quarts vers la gauche, la tête de face avec la bride pendante

Département des Arts graphiques : XIVe-XVe siècle

Cheval harnaché, la tête de face avec la bride pendante

Arts graphiques
XIVe-XVe siècle

Auteur(s) :
Mancini Federica

Le Cabinet des dessins du Louvre possède un ensemble de huit feuilles de Pisanello dédiées au thème du cheval, témoignant de son intérêt pour le monde naturel, à mi-chemin entre le réel et la tradition chevaleresque. Le Cheval harnaché, dessin remarquable par sa qualité stylistique, élégante et précieuse, est aussi l'un des plus représentatifs de ce thème, influencé par le goût des cours italiennes du XVe siècle, où Pisanello était l'un des artistes les plus prisés.

Un cheval dans un dessin

Cette tête donne l’effet réel de l’animal en mouvement, le regard fixé devant lui, face à nous. Grâce aux traits fins et légers, le poil ras du chanfrein acquiert une précision qui dépasse la simple évocation : cette impression est valable aussi pour les parties ombragées, qui ressortent sous l'effet du croisement plus dense des lignes. Le point de vue très proche et frontal fait de cette figure, comme l'a dit Rosenberg, une étude de la "physionomie animale". Le rendu raffiné du chanfrein devient plus sommaire et libre au niveau du poitrail et de l'encolure, où l'artiste a utilisé des traits longs et rapides pour réaliser la crinière. L'attention quasi méticuleuse portée au détail du harnachement et de la bride ajoute de l'élégance à la beauté et la puissance de cet animal.

La recherche de la vérité ?

Le souci descriptif et précieux, qui est un élément fréquent dans les dessins de Pisanello, n'aboutit pas à l'imitation de la réalité. La sensation tactile qui ressort de la feuille du Louvre n'est pas le résultat de la recherche de la vérité, mais l'achèvement formel d'une étude reprise inlassablement, selon l'usage de l'époque. Le Cheval harnaché a été rapproché de plusieurs peintures. Il aurait pu les inspirer ou servir d'œuvre préparatoire, ce qui est le cas notamment des fresques de la chapelle Pellegrini dans l'église Sant'Anastasia à Vérone. L'hypothèse demeurant telle, l'artiste a réalisé un grand nombre de dessins de chevaux et d'oiseaux. Plusieurs explications ont été avancées : d'une part, Pisanello aurait créé un répertoire de dessins pour l'utiliser selon les commandes. Une autre interprétation est celle de l'artiste immergé dans la culture de son temps : dans les cours septentrionales de l'Italie du XVe siècle, il a pu connaître le goût courtois, qui trouvait ses racines dans la littérature chevaleresque (le cycle arthurien) et dans l'héritage des bestiaires médiévaux, recueils dédiés aux animaux, où l'enquête était anatomique et symbolique. Son large intérêt traduirait le reflet de la persistance de cette tradition, au moment du passage à la Renaissance.

Le petit Pisan

Artiste célébré et recherché de son vivant, Pisanello tomba dans l'oubli, peu après sa mort. Vasari ne lui dédia que quelques lignes et ce jugement négatif se consolida au cours des siècles suivants. Ce n'est qu'au XXe siècle qu'une juste importance lui est accordée : celle d'un artiste extrêmement doué, dont la sensibilité personnelle s'est forgée dans les cours nordiques de la Péninsule, et qui s'est approprié les nouveautés de la Renaissance. Ainsi, le Cheval harnaché dénote sa connaissance de la perspective. Peu d'exemples picturaux nous sont parvenus, alors que sa production graphique est plus riche : la reconstitution et la compréhension de son œuvre en sont rendues difficiles. La feuille du Louvre, attribuée à l'artiste sans aucun doute, témoigne de cette problématique : elle n'a pas encore reçu de proposition de datation.

Bibliographie

- CORDELLIER Dominique, Pisanello, le peintre au sept vertus, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1996, p. 238, notice 139.

- CORDELLIER Dominique, Pisanello, Milan, 1996, p. 302, notice 62.

- ROSENBERG Jakob, Great Draughtsmen from Pisanello to Picasso, Cambridge (Mass.), 1959.

- SYSON Luke, GORDON Dillian et AVERY-SQUASH Susanna, Pisanello, painter to the Renaissance Court, cat. exp. Londres, National Gallery, 2001-2002, p. 26-29.

Cartel

  • PISANELLO Antonio

    Cheval harnaché, la tête de face avec la bride pendante

    Vallardi, Giuseppe

  • Plume et encre brune, tracé préparatoire à la pierre noire (ou au fusain?). Angles abattus. Restauré en 1994

    H. : 26.5 cm. ; L. : 16.5 cm.

  • achat , 1856

    392360

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet