Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cléopâtre mourant

Œuvre Cléopâtre mourant

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Cléopâtre mourant

© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Après la mort de Jules César, les trois triumvirs qui dirigent Rome, Marc-Antoine, Octave et Lépide, éliminent le parti républicain et se partagent l'Empire romain (Octave, l'Occident, Marc-Antoine, l'Orient et Lépide, l'Afrique). Marc-Antoine, séduit par la reine d'Égypte Cléopâtre, lui abandonne peu à peu ses possessions. Octave déclare la guerre à l'Égypte et triomphe sur Octave à la bataille d'Actium (31 av. J.-C.). Cléopâtre décide alors de se suicider, en se faisant mordre par un aspic.

Une oeuvre théâtrale et sensuelle

Le sujet, grave et héroïque, s'ancre dans l'histoire antique, mais l'artiste en donne une image à la fois tragique et voluptueuse. La reine alanguie est à demi étendue sur sa couche, soutenue par un coussin et en appui sur le bras gauche. Barois s'est peut-être souvenu de la pose d'une statue antique très admirée depuis la Renaissance, Ariane abandonnée, considérée à l'époque comme une représentation de Cléopâtre. L'original antique, conservé au Vatican, avait été moulé pour François Ier par Le Primatice (artiste florentin travaillant à la Cour de France), et transcrit en bronze pour le château de Fontainebleau. Le vêtement à galons brodés et à ceinture d'orfèvrerie a glissé le long du corps laissant la poitrine découverte. L'épaule gauche rejetée en arrière et la tête renversée, les yeux levés au ciel, expriment une douleur quelque peu extatique. Un pan du voile épouse l'épaule nue. Le sculpteur se livre à un véritable exercice stylistique sur le drapé, qui accentue le caractère voluptueux de la scène.

La statuette en ronde-bosse se substitue au bas-relief

François Barois fut reçu avec cette oeuvre à l'Académie royale de peinture et de sculpture le 30 octobre 1700. Il inaugure la série des morceaux de réception en ronde-bosse, que l'Académie préfère désormais au bas-relief jusqu'alors exigé. La statuette en marbre de Polyphème présenté par Corneille Van Cleve pour sa réception en 1681, constituait un précédent exceptionnel. Ce type de statuette devint une règle presque immuable jusqu'à la suppression de l'Académie en 1793.

Bibliographie

- GABORIT Jean-René (dir.), Sculpture française, t. II. Renaissance et Temps modernes, catalogue d'exposition, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1998.

Cartel

  • François BAROIS (Paris, 1656 - Paris, 1726)

    Cléopâtre mourant

  • Marbre

    H. : 0,48 m. ; L. : 1,01 m. ; Pr. : 0,29 m.

  • Collections de l'Académie royale

    M.R 1756

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Crypte Girardon
    Salle 20

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet