Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cloche

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Couvre-plat

© R.M.N./Chuzeville

Objets d'art
XVIIIe siècle : le rococo

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Détruite par le tremblement de terre de Lisbonne en 1755, l'orfèvrerie royale du Portugal dut être remplacée. Le Roi Joseph Ier du Portugal (1714-1777) s'adressa à l'orfèvre français François-Thomas Germain (1726-1791) qui réalisa l'ensemble le plus spectaculaire d'Europe. Cette commande est la plus grosse des commandes passées par les souverains portugais aux orfèvres des rois de France. La cloche du Louvre est un témoignage de la somptuosité de ce service comme de la virtuosité de l'orfèvre.

Une cloche au décor cynégétique

Cette oeuvre monumentale est composée d'une terrasse ovale à dix lobes creusés de cannelures sur laquelle repose un tertre rocheux portant une souche. Auprès de la souche, qui peut évoquer les ravages du tremblement de terre, se tient une chienne avec le produit de la chasse : devant elle, trois oiseaux morts et, derrière elle, un autre oiseau et un lapin mort. À la souche sont accrochés un filet, un cor de chasse, un lièvre mort et une gibecière. Sur le tertre et la terrasse sont disséminés les légumes qui serviront à accommoder la sauce du gibier : champignons, oignons, cornichons... Ce sont le filet, d'un côté, et une racine, de l'autre côté, qui forment les deux anses. Le thème de la chasse est récurrent dans les services d'orfèvrerie de la première moitié du XVIIIe siècle. Cette thématique est une allusion à un sport apprécié de l'aristocratie et des cours royales mais également une évocation du contenu des plats présentés.

Le service de Joseph Ier du Portugal

Le 1er novembre 1755, le tremblement de terre de Lisbonne dévasta la ville, détruisant les édifices ainsi que l'orfèvrerie royale commandée par Jean V du Portugal (1689-1750) à Thomas Germain (vers 1673-1748). Le fils de Jean V, le Roi Joseph Ier du Portugal (1714-1777) dut restituer la vaisselle royale. Pour ce faire il s'adressa à François-Thomas Germain (1726-1791), fils de Thomas. Germain avait prévu quatre services pour un usage "à la française", selon lequel tous les plats étaient amenés au même moment sur la table. Pour assurer l'exécution de cette gigantesque commande, Germain fit travailler plus d'une centaine d'artisans dans son atelier du palais du Louvre. Ayant fait faillite en 1765, Germain ne put terminer la commande et ne livra jamais le quatrième service. Néanmoins, environ mille deux cents pièces arrivèrent à Lisbonne. Le Portugal conserve aujourd'hui un nombre impressionnant d'oeuvres, d'autres se trouvent au Metropolitan Museum de New York, au musée des Arts décoratifs de Paris et au musée du Louvre. Il s'agissait bien sûr d'un service ostentatoire qui fut inauguré lors du couronnement de la nouvelle reine, fille de Joseph Ier, en 1777.

L'apogée d'un parti pris décoratif

Le recours au vocabulaire cynégétique n'était pas nouveau en orfèvrerie, déjà en 1733-34 Thomas Germain ornait le couvercle des terrines du service Penthièvre-Orléans de scènes de chasse. Ce parti pris se développa par la suite, de sorte que vingt ans plus tard, les cloches exécutées par Edme-Pierre Balzac et Antoine-Sébastien Durand pour le même service sont surmontées d'un décor en ronde-bosse mettant en scène la vie des animaux de la forêt. Le principe est encore accentué ici par François-Thomas Germain dans cette composition pyramidale aux lignes élégantes et fantaisistes. Les formes exubérantes et gracieuses ainsi que le foisonnement des détails décoratifs est caractéristique de l'apogée du Rocaille en orfèvrerie, quelques années avant un retour à des lignes plus épurées et inspirées de l'Antiquité dont Germain sera d'ailleurs un des instigateurs.

Bibliographie

BABELON Jean-Pierre, Versailles et les tables royales en Europe, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1993, pp. 303-310

Poinçons : Maître : FTG (François-Thomas Germain) avec une toison ; maison commune : R couronné (Paris 1757-1758) ; exportation : vache (1775)

Cartel

  • François-Thomas GERMAIN (1726 - 1791)

    Couvre-plat

    1758

  • Argent

    H. : 47,50 cm. ; l. : 57,30 cm. ; Pr. : 53,60 cm.

  • Acquis en 1983

    OA 10923

  • Objets d'art

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Inscription (gravée au revers) : FAIT PAR F.T. GERMAIN SCULPTR ORF DU ROY AUX GALERIES DU LOUVRE A PARIS 1775.