Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Collier aux poissons

Œuvre Collier aux poissons

Département des Antiquités égyptiennes : Croyances religieuses et funéraires

Collier à chaîne simple en chevron, pendeloques en forme de poisson et fleur de nénufar

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
Croyances religieuses et funéraires

Auteur(s) :
Patricia Rigault

Les deux chaînes de ce collier en or sont formées de petits anneaux pliés et imbriqués les uns dans les autres. Elles sont réunies par un fermoir rectangulaire auquel sont suspendues trois chaînettes plus petites pourvues d'une élégante fleur de lotus et de deux petits poissons. Ce magnifique bijou est caractéristique de la virtuosité des artistes égyptiens qui utilisent dès les plus hautes époques des techniques d'orfèvrerie très sophistiquées.

L'or, matériau divin

Le précieux métal abondait dans les déserts situés au sud et au sud-est de l'Egypte. Rarement pur, il contenait plus ou moins d'argent, ce qui lui donne une teinte jaune pâle. Utilisé dès l'époque prédynastique pour réaliser de précieuses parures, il était très apprécié des égyptiens et a servi à fabriquer de nombreux colliers, boucles d'oreilles, bagues et bracelets, portés autant par les hommes que par les femmes. Il servait aussi à récompenser les fonctionnaires méritants et pharaon distribuait "l'or de la récompense" principalement sous forme de colliers. Matériau inaltérable dont l'éclat rappelle celui du soleil, il est assimilé dans la pensée égyptienne à la chair des dieux. Ainsi, porteur d'une promesse d'éternité, il occupe une place privilégiée dans l'équipement funéraire et les momies de qualité gagnaient l'au-delà pourvues d'un masque, de doigtiers, de sandales et autres amulettes en or.

Des techniques sophistiquées

Les égyptiens utilisaient des techniques variées pour travailler l'or : fonderie, battage de feuilles, moulage, embouti, martelage, soudure... Par ailleurs, ciselure, gravure, repoussé, estampage, dorurefiligrane et granulation constituent l'éventail des techniques utilisées pour le décor.
Ce magnifique collier est composé de deux chaînes colonnes formées par des petits anneaux pliés et imbriqués les uns dans les autres. Celles-ci sont reliées au fermoir rectangulaire par l'intermédiaire de quatre petits tubes dans lesquelles elles sont soudées. Aux trois chaînettes suspendues au fermoir sont accrochés deux petits poissons et une fleur de lotus. Celle-ci portait à l'origine un décor en cloisonné mais les incrustations ont aujourd'hui disparu. Les poissons sont formés de deux feuilles d'or décorées au repoussé et soudées.

Poissons, lotus et régénération

Le lotus est un motif décoratif très fréquent dans l'art égyptien. On le rencontre dans les peintures et les reliefs, sur des objets de toutes sortes et fréquemment, comme c'est le cas ici, sur des bijoux. Surgissant hors de l'eau pour s'épanouir à l'aube, c'est une plante directement liée au symbolisme de la renaissance solaire. L'un des chapitres du évoque d'ailleurs la transformation du défunt en lotus.
Le motif du poisson, moins abondamment exploité, se rencontre cependant très régulièrement. Il orne des récipients en faïence, prête sa forme à divers objets tels que des palettes, et apparaît aussi dans les bijoux. On le trouve sous la forme de perles incorporées à des ceintures ou bien de pendentifs attachés à la natte des enfants ou intégrés à des colliers. C'est un poisson inet, ou tilapia nilotica, reconnaissable à sa silhouette très arrondie et à sa longue nageoire dorsale, qui est ici représenté. Celui-ci offre la particularité de garder ses oeufs dans sa bouche ; ainsi ses petits semblent naître spontanément, ce qui lui vaut de symboliser la renaissance.
L'association du lotus et des poissons est fréquente au Nouvel Empire et évoque donc de façon appuyée l'idée de régénération solaire.

Bibliographie

- PIERRAT G., L'Egypte au Louvre, 1997, p. 14.

- Mémoires d'Egypte, catalogue d'exposition, Bibliothèque nationale, Paris, 1990, p. 58.

Cartel

  • Collier à chaîne simple en chevron, pendeloques en forme de poisson et fleur de nénufar

  • or

    l. : 49 cm. ; D. : 0,40 cm. ; L. : 2,20 cm.

  • N 1852

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    La parure
    Salle 9
    Vitrine 6 : Bijoux : le Nouvel Empire, 1550 - 1069 avant J.-C.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet