Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Collier de Sennéfer

Œuvre Collier de Sennéfer

Département des Antiquités égyptiennes : Croyances religieuses et funéraires

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Collier de Sennéfer

© Musée du Louvre / G. Poncet

Antiquités égyptiennes
Croyances religieuses et funéraires

Auteur(s) :
Patricia Rigault

Ce collier funéraire, composé de trois rangs de perles en verre et bois doré et d'un scarabée en serpentine, a été trouvé sur la momie de Sennefer dans le cimetière de Deir el-Médineh. Des perles longues en forme de fuseau sont associées à d'autres plus petites de forme allongée et à de nombreuses petites perles rondes. Le scarabée conserve encore d'importants restes de dorure et porte un texte exhortant le coeur du défunt à ne pas témoigner en sa défaveur dans le tribunal des morts.

La tombe de Sennefer à Deir el-Médineh

La tombe de l'artisan Sennéfer a été découverte en février 1928 dans le cimetière des ouvriers de Deir el-Médineh lors des fouilles dirigées par Bernard Bruyère. Le caveau, de dimensions modestes, contenait les cercueils de Sennéfer et de son épouse Nefertiti disposés côte à côte. A leur tête un petit cercueil avait servi de sépulture à un enfant. De nombreux bouquets, déposés lors des funérailles, jonchaient le sol. Quelques cannes, un coffre, une chaise, une amphore et un peu de vaisselle contenant des victuailles étaient disposés alentour.
La tombe n'avait été qu'en partie pillée dans l'Antiquité et les momies de Sennéfer et son épouse étaient restées intactes. A l'intérieur du cercueil de Sennéfer avaient été placés un chevet de bois, une coudée d'ébène et quelques petits objets en cuivre. Sa momie portait un masque en cartonnage doré et des guirlandes composées de feuilles de vigne et de lotus. A hauteur du coeur se trouvait le scarabée maintenu en place par le collier.

Du bon usage des scarabées de coeur

C'est dans le chapitre 30 B du , le grand recueil funéraire en usage au Nouvel Empire, que l'on doit chercher la raison d'être de ce scarabée de coeur. Il s'agit de la "Formule pour empêcher le coeur du défunt de s'opposer à lui dans l'empire des morts", celle-là même qui est inscrite sur le scarabée, dans des versions plus ou moins développées. En voici le contenu : "O mon coeur de ma mère, ô mon coeur de ma mère, ô mon coeur de mes différents âges, ne témoigne pas contre moi, ne t'oppose pas à moi dans le tribunal, ne montre pas d'hostilité contre moi en présence du gardien de la balance. Tu es mon coeur qui est dans mon corps, le Khnoum qui rend vigoureux mes membres. Quand tu iras vers la belle place préparée pour nous dans l'Au-delà, ne rend pas mon nom puant pour les membres de la Cour qui jugent les hommes, que cela se passe bien pour nous, que ce soit agréable pour le juge. N'imagine pas de mensonges contre moi..." Il s'agit donc bel et bien de s'assurer du silence de son coeur, siège de la conscience, lors de la très périlleuse "Pesée du coeur" à laquelle tout défunt devait se prêter avant d'être admis dans l'Au-delà. Cette formule, qui devait aussi être récitée en principe sur le scarabée, constituait donc une précaution supplémentaire pour accéder à une seconde vie paisible.

Le verre, matériau précieux

Le mobilier funéraire de Sennéfer montre que ce dernier, sans être réellement fortuné, avait du moins accès à des matériaux d'une certaine qualité que l'on ne rencontre pas obligatoirement dans toutes les tombes. Ce collier, par exemple, comporte des perles en bois doré moins onéreuses que des perles en or. En revanche, la présence de grandes perles en forme de gouttes en verre montre que Sennéfer avait cependant accès à un matériau de luxe caractéristique de la fin de la 18e dynastie.

Bibliographie

- Les Artistes de Pharaon, Deir el-Médineh et la Vallée des Rois, catalogue d'exposition, Louvre/Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 2002, p. 161, n 108.

- FORGEAU, L'Art de l'Antiquité, L'Egypte, 1997, p. 105, fig. 99.

- BRIDONNEAU C., Le Monde de la Bible, 1992, n 78, p. 28, 29, fig. 32

Cartel

  • Collier de Sennéfer

    Nouvel Empire, fin de la 18e dynastie, vers 1330 avant J.-C.

  • Collier : serpentine, bois doré et verreScarabée : stucage, dorure

    l. : 7 cm. ; L. : 4,60 cm. ; Pr. : 3,02 cm.

  • Partage de fouilles, 1930

    E 14005, E 14006

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Le Livre des Morts
    Salle 17
    Vitrine 6 : Parure et protection de la momie

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet