Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Commode

Commode

© Musée du Louvre, dist. RMN / Thierry Ollivier

Objets d'art
XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Louis Joseph de Bourbon, prince de Condé (1736-1818), acheta le palais Bourbon en 1764 et confia le soin de son embellissement à des architectes novateurs. De 1772 à 1776, l'ébéniste Jean-François Leleu fut chargé de réaliser les meubles d'ébénisterie dont la commode conservée au Louvre. Elle fut livrée en 1772 et destinée à la chambre à coucher du prince. Par son aspect architectural et son décor de bronze, elle est caractéristique du style grec qui s'imposa dans le mobilier vers 1760.

Une forme et des bronzes typiques du style grec

Cette commode est dotée de trois tiroirs en façade, le tiroir supérieur étant plus étroit que les tiroirs inférieurs, formule propre aux commodes Transition et Louis XVI. La forme du meuble est très linéaire, mais cette rectitude est interrompue grâce aux angles à pans coupés cannelés surmontés de feuilles d'acanthe en bronze. Le meuble, très bas, est supporté par des pattes de lion monumentales récurrentes dans l'oeuvre de Leleu. Il est souligné par une frise de grecques en bronze doré en partie inférieure et par une frise où alternent postes et fleurons en partie supérieure. Les panneaux latéraux comme les tiroirs inférieurs sont soulignés par des filets de feuilles d'eau. Tous ces ornements évoquent le répertoire ornemental gréco-romain. Leleu a rejeté les poignées de bronze aux angles des tiroirs. C'est fréquent sur les commodes de cet ébéniste et cela permet de libérer l'espace marqueté.

La perfection du décor marqueté

Les panneaux latéraux et les tiroirs sont marquetés d'un motif de treillage dans lequel s'inscrivent des rosaces. Au milieu de la façade Leleu a adopté la marqueterie de fleurs et présente un panier de fleurs agrémenté de rubans. La marqueterie de rosaces était parfaitement maîtrisée par Leleu qui l'a répétée sur plusieurs meubles (un secrétaire à abattant du musée Nissim de Camondo de Paris, une commode de la Wallace Collection de Londres). D'une très grande qualité, la marqueterie de fleurs et de rosaces rappelle celle de la table de Jean-François Oeben. Or Jean-François Oeben fut le maître de Leleu, qui contribua à la diffusion du rayonnement de ses innovations. On comprend ainsi à quel point le premier a pu influencer le second.

Leleu et le prince de Condé

Louis Joseph de Bourbon, prince de Condé, fut de 1722 à 1777 un client considérable pour Leleu. Ce dernier livra pour le Palais-Royal trois autres commodes proches de celle du Louvre : une grande, datant de 1772 et conservée à la Wallace Collection de Londres, et deux petites conservées au Petit Trianon de Versailles. Toutes trois étaient destinées à la chambre à coucher de la duchesse de Bourbon, belle-fille du prince de Condé. Les motifs présents sur la commode du Louvre (pieds en forme de patte de lion et frise de grecques) se retrouvent sur un secrétaire en armoire de la Wallace Collection également dû à Leleu.

Bibliographie

Alcouffe Daniel, Dion-Tenenbaum Anne, Lefébure Amaury, Le Mobilier du musée du Louvre, tome 1, Dijon, Éditions Faton, Paris, 1993, pp. 198-201.

Cartel

  • Estampillé : Jean-François LELEU

    Commode

    1772

    Paris

  • Bâti de chêne ; placage de sycomore, de bois de rose et d'amarante ; marqueterie de bois polychromes ; bronze doré ; marbre griotte rouge

    H. : 0,87 m. ; L. : 1,24 m. ; Pr. : 0,59 m.

  • Provenance : chambre à coucher du prince de Condé au palais BourbonAcquis en 1953 , 1953

    OA 9589

  • Objets d'art

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Estampillée