Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Compagne de Diane

Œuvre Compagne de Diane

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Compagne de Diane

© 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Cette figure de nymphe chasseresse, qui tenait autrefois un oiseau
sur son bras levé, faisait partie d'un ensemble de compagnes de Diane, ainsi que les figures de Frémin et de Mazière, exposées sur la même terrasse de la cour Marly. Exécutée de 1710 à 1714, elle a figuré d'abord sur une fontaine, avec un socle très orné. Cette sculpture a été placée à Malmaison de 1800 à 1877, et exposée au château de Versailles de 1884 à 1997.

Un cycle de nymphes

Cette nymphe chasseresse à la silhouette légère et dynamique, accompagnée de son chien, tient le bras levé, sur lequel était autrefois perché un oiseau. La figure appartient au cycle des compagnes de Diane, commandé par étapes à partir de 1697 par la Direction des bâtiments du roi aux meilleurs sculpteurs de la fin du règne de Louis XIV. L’ensemble,
qui ne fut jamais réuni, est aujourd’hui dispersé. Les nymphes étaient groupées autour de Diane (musée du Louvre), réalisée en 1694 par Anselme Flamen : la déesse se distingue par le port du diadème, orné au centre d’un croissant. Flamen réalisa au moins deux autres nymphes : dès 1696, Callisto, à présent dans le Bosquet des Dômes à Versailles et une Compagne pour la chasse au caillau (disparue, connue par un dessin).

L¿enjouement de l¿art rocaille

Toutes ces compagnes sont inspirées de la Diane à la biche (musée du Louvre), célèbre antique apportée d’Italie à la Renaissance ; toutefois elles se caractérisent par le rythme et la légèreté des silhouettes, la joyeuse animation des draperies, l’expression souvent enjouée, propres à l’art plus décoratif, rythmé et gracieux, né au début du XVIIIe siècle et qualifié d’art rocaille.Bien qu’elle fasse halte, la nymphe de Flamen est très animée. L’attitude des membres, jambe avant tendue sur laquelle repose le poids du corps, jambe arrière pliée sur la pointe du pied, bras gauche en arrière, évoque un élan soudain stoppé. Le drapé mouillé de la courte tunique souligne la svelte silhouette. Les plis fins et souples semblent agités par le vent ou le mouvement subitement interrompu. Le bras levé fait glisser le tissu de la manche. Le chien, sautant auprès de la nymphe, gueule ouverte, semble japper joyeusement.

Un bel ensemble, cour Marly

Exécutée de 1710 à 1714, la Compagne prit place à Marly (contrairement à nombre de ses semblables) jusqu’à la Révolution. Elle décora la façade du château de la Malmaison, de 1801 à 1877, date à laquelle elle entra au Louvre. Placée dans le Bosquet de la reine du parc de Versailles depuis 1884, puis dans la Galerie des glaces, elle a regagné le Louvre en 1997. Dans la cour Marly, elle escorte la Diane du même sculpteur, au côté des Compagnes de René Frémin et Simon Mazière.

Bibliographie

- BEAULIEU Michèle, « La Diane d’Anselme Flamen et ses compagnes », in Revue du Louvre, 1973, n°2, pp. 83-88.

- SOUCHAL François, « Anselme Flamen, natif de Saint-Omer, sculpteur du roi », IN GBA, février 1978, p. 49-71 : sur Diane et ses compagnes, pp.62-65.

- ROSASCO Betsy-Jean, The Sculptures of the Château of Marly during the Reign of Louis XIV, New York University, 1980, tome 2, pp.432-434.

Cartel

  • Anselme FLAMEN (Saint-Omer, 1647 - Paris, 1717)

    Compagne de Diane

  • Marbre

    H. : 1,93 m. ; L. : 0,62 m. ; Pr. : 0,60 m.

  • Provenant de Malmaison, 1877

    R.F. 267

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Entresol
    Cour Marly
    Cour

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet