Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Couronne de l'impératrice Eugénie

Œuvre Couronne de l'impératrice Eugénie

Département des Objets d'art : XIXe siècle

Couronne de haut de tête de l'impératrice Eugénie

© 1988 RMN / Pierre et Maurice Chuzeville

Objets d'art
XIXe siècle

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Lors de l'Exposition universelle de Paris en 1855, Napoléon III voulut impressionner le monde entier en présentant les diamants de la Couronne, remontés à cette occasion. Alexandre-Gabriel Lemonnier (vers 1808-1884) fut chargé de réaliser la couronne de l'Empereur et celle de l'Impératrice avec une partie de ces diamants. La couronne de l'Impératrice aujourd'hui au musée du Louvre dévoile le faste du Second Empire tout comme la virtuosité des joailliers de cette époque.

Une couronne impériale

La forme de la couronne de l'Impératrice est typique des représentations de couronnes impériales, conçue selon un principe déjà présent sur les armoiries impériales du Premier Empire. Les arceaux sont formés de huit aigles alternant avec de longues feuilles de laurier sorties de palmettes. Au sommet des arceaux, un globe est surmonté d'une croix. Les motifs de l'aigle et de la palmette sont récurrents dans la symbolique impériale. La couronne de l'Empereur devait être de la même forme mais a aujourd'hui disparu.

2480 diamants et 56 émeraudes

Les huit arceaux en forme d'aigle ont été réalisés en or ciselé, les autres forment des palmettes faites de diamants dont un gros au centre. Chaque palmette est flanquée de deux émeraudes. Les arceaux se rejoignent sous un globe en diamants rehaussé d'un cercle et d'un demi-cercle formés par trente-deux émeraudes et sommé d'une croix composée de six brillants. Pour la couronne de l'Empereur, une grande partie des diamants de la Couronne avaient été utilisés ; pour celle de l'Impératrice, la participation des diamants de la Couronne fut moindre. Les émeraudes en revanche appartenaient à l'Empereur.

Les auteurs

À la suite de l'Exposition universelle de Londres de 1851, le joaillier Alexandre-Gabriel Lemonnier (vers 1808-1884), après avoir reçu la médaille du Conseil puis Légion d'Honneur pour ses œuvres, fut nommé joaillier du Prince-Président (futur Napoléon III). Pour son mariage avec Eugénie, il fournit de nombreux bijoux. Enfin il fut nommé joaillier de la Couronne en 1853. La construction générale fut confiée au joaillier J.-P. Maheu et Lemonnier monta les pierres précieuses. Tous deux reçurent une médaille d'argent pour ce travail à l'Exposition universelle de 1855. Les aigles furent modelés par les frères Fannière : Auguste le sculpteur (1818-1900), et Joseph le ciseleur (1820-1897). Ces deux artistes étaient employés par les plus grands orfèvres de Paris et obtinrent également une médaille d'argent.

Bibliographie

- Nouvelles acquisitions du département des Objets d'art du Louvre 1985-1989, Paris, 1990, Éditions de la Réunion des musées nationaux, pp. 249-251

Cartel

  • Gabriel LEMONNIER, joaillier

    Couronne de haut de tête de l'impératrice Eugénie

    1855

    Paris

  • Or ; 2 490 diamants ; 56 émeraudes

    H. : 13 cm. ; D. : 15 cm.

  • Ancienne collection des Diamants de la CouronneRestituée à l'impératrice en exil en 1876. Léguée par elle à la princesseMarie-Clotilde Napoléon, comtesse de WittAcquise en 1988 , 1988

    OA 11160

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Elise Dosne-Thiers
    Salle 74

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Mini-site

Voir le mini-site La Galerie d'Apollon.