Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Couronne-reliquaire dite "Couronne de Liège"

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Couronne-reliquaire

© 1999 RMN / Martine Beck-Coppola

Objets d'art
Moyen Age

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Après avoir été longtemps dénommée "Couronne de Saint Louis" et considérée comme une œuvre parisienne, la Couronne de Liège, entrée au Louvre en 1947, s'avère être une œuvre mosane. La relique fut offerte par le roi de France saint Louis au couvent des Dominicains de Liège. Cette couronne-reliquaire a été l'objet de nombreuses controverses mais se révèle aujourd'hui l'exemple précieux de la diffusion du nouveau style parisien dans la deuxième moitié du XIIIe siècle.

Les reliques de la Passion

Louis IX (Saint Louis) avait acheté à Constantinople des fragments de reliques notamment la Couronne d'épines autour de laquelle il fit ériger la Sainte Chapelle de Paris. Saint Louis détacha quelques fragments des reliques qu'il fit monter dans des reliquaires et qu'il offrit en cadeau. La couronne dite de Liège renferme, dans de petites cavités, des reliques de deux sortes : d'une part des ossements anonymes d'apôtres, de confesseurs, de martyrs et de vierges et d'autre part des reliques de la Passion du Christ (de la Sainte Lance, du Bois de la Croix et de la Couronne d'épines). Cette œuvre est un témoignage de la piété du roi Saint Louis et de sa vénération pour les reliques de la Passion.

Une oeuvre vraisemblablement mosane

La Couronne de Liège est composée de huit plaques fleuronnées, rehaussées de pierreries et de feuilles de chênes estampées, séparées les unes des autres par des statuettes d'anges. C'est au centre de chaque plaque qu'une cavité a été creusée pour recevoir les reliques dont la nature est connue grâce aux inscriptions des phylactères portés par les anges. La finesse du travail du métal estampé et ciselé, le décor floral et l'influence de la statuaire ont longtemps fait dire que cette œuvre était parisienne. Cependant il semble qu'il s'agisse d'une création mosane justement influencée par l'orfèvrerie parisienne du XIIIe siècle. Effectivement les petites statuettes d'anges sont inspirées par l'art parisien ou rémois du troisième quart du XIIIe siècle, mais elles présentent un aspect un peu "provincial" et un adoucissement des plis qui, comme le décor des feuilles de chêne, est plutôt la marque d'un atelier local. La Couronne de Liège prouve ainsi la diffusion d'un style nouveau élaboré à Paris et assimilés en d'autres lieux.

Bibliographie

Verlet Pierre, La Couronne de saint Louis, Bulletin des musées de France, novembre 1947, pp. 14-17.

RP Denis, Un chef d'oeuvre de l'orfèvrerie mosane au musée du Louvre, Bulletin du Vieux Liège, n 162, tome VII, juillet-septembre 1968.

Cartel

  • Vallée de la Meuse, (Liège ?) (troisième quart du XIIIe siècle)

    Couronne-reliquaire

    Provient du couvent des Dominicains de Liège

  • Argent doré, pierres précieuses

  • Ancienne collection des princes de Saxe ; acquisition 1947

    OA 9445

  • Objets d'art

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Sur les phylactères des anges : "le ligno... - de corona Dû - Ioh Bapt. Mar. Magd. - de Martirib. - De virginib - De côfess. - De apostoli. - De lancea Dû."