Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cratère en calice attique à figures rouges dit « Cratère des...

Œuvre Cratère en calice attique à figures rouges dit « Cratère des Niobides »

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Cratère en calice à figures rouges

© 1994 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Sophie Padel-Imbaud

Le Peintre des Niobides, inspiré sans doute par les grandes fresques réalisées à Athènes et à Delphes, a décoré ce cratère exceptionnel de deux scènes dont les nombreuses figures s'étagent sur des lignes de sol évoquant un paysage accidenté. D'un côté sont représentés Apollon et Artémis décimant à coup de flèches les enfants de Niobé, de l'autre, Héraclès entouré par Athéna et des héros en armes, en une composition à la sérénité déjà classique, dont le sens reste incertain.

Un mystérieux rassemblement

La face principale du vase montre onze personnages placés sur différents niveaux. Seuls deux d’entre eux sont reconnaissables : Héraclès, au centre, tenant massue et arc, la léonté posée sur le bras gauche, et Athéna, à gauche. Autour d’eux, plusieurs guerriers sont représentés dans des attitudes variées.
On s’est beaucoup interrogé sur la signification de cette image. Deux hypothèses reviennent souvent : les Argonautes attendant les vents favorables à Iolchos et l’épisode d’Héraclès descendu aux Enfers pour libérer Thésée et Pirithoos, coupables d’une tentative d’enlèvement sur Perséphone.

Héraclès et les guerriers de Marathon

Une dernière hypothèse, plus récente, s’intéresse à la mise en valeur évidente d’Héraclès, lauré, ridé, debout sur une base à degré, presque invisible à l’œil nu. Il s’agirait de la statue du héros divinisé, après l’accomplissement de ses exploits. Nous savons par les sources antiques qu’Héraclès passait pour avoir favorisé la victoire de Marathon et qu’il avait, depuis, reçu un culte à Athènes. Nous pourrions donc voir, dans cette image, les guerriers de Marathon, venus se placer sous la protection du héros avant la bataille.
La face B du vase illustre une légende rarement représentée et qui a donné son nom au peintre. Nous y voyons le massacre des enfants de Niobé par Apollon et Artémis. Niobé, mère de sept filles et de sept garçons, s’était vantée d’être supérieure à la déesse Léto qui n’avait eu que deux enfants. Ces derniers, Apollon et Artémis s’empressèrent de venger l’honneur de leur mère en tuant tous les enfants de l’infortunée mortelle. C’est ce moment que le peintre a choisi de représenter : les archers divins abattent de leurs flèches les Niobides dont la moitié gisent déjà morts.

L'influence de la sculpture et de la grande peinture

Les caractéristiques stylistiques de ce cratère doivent beaucoup à la sculpture et à la peinture murale contemporaines. Les attitudes des principaux personnages, Artémis, Apollon et Héraclès, rappellent celles de la statuaire du style sévère, visible à Olympie. Mais c’est l’apport de la peinture murale qui donne son caractère exceptionnel au vase. Cet art majeur, qui s’est considérablement développé dans le deuxième quart du Ve siècle av. J.-C. et dont nous n’avons plus que des témoignages écrits, a mis au point des compositions complexes comprenant de nombreux personnages placés sur différents niveaux. C’est ce que nous retrouvons ici avec l’abandon, pour la première fois sur un vase, de la traditionnelle isocéphalie des figures.

Bibliographie

- DENOYELLE Martine, Chefs-d’œuvre de la céramique grecque, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1995, p. 138, n° 64.

- DENOYELLE Martine,  Le Cratère des Niobides, 1997.

Cartel

  • Peintre des Niobides

    Cratère en calice à figures rouges

    Vers 460 - 450 avant J.-C.

    Provenance : Orvieto (Volsinii)

    Athènes

  • H. : 54 cm. ; D. : 56 cm.

  • Collection Tyszkiewicz, 1883 , 1883

    G 341

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Clarac
    Salle 35
    Vitrine 6

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Face A : Héraclès et les Argonautes ou Héraclès à Marathon (?).Face B : Massacre des Niobides.