Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Danseuse Titeux

Œuvre Danseuse Titeux

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

"Danseuse Titeux"

© 2007 RMN / René-Gabriel Ojéda

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Néguine Mathieux

Cette figurine a longtemps symbolisé, à elle seule, le type de la Tanagréenne qui connut, à la fin du XIXe siècle, un formidable engouement. Pourtant, il s'agit d'une oeuvre créée par des artisans athéniens vers 375-350 av. J.-C., annonçant seulement le style tanagréen ; son identification ne saurait donc se résumer à celle d'une jeune fille dansant. Fiancée ou nymphe, la figurine devait avoir une signification religieuse.

Une oeuvre attique

Cette figurine, qui porte le nom de son premier propriétaire, a été retrouvée dans l'une des tranchées ouvertes en 1846 au pied des Propylées, sur le flanc nord de l'Acropole, et non loin de la grotte dédiée à Pan. Ainsi, la plus célèbre Tanagréenne du XIXe siècle, celle qui devint une source d'inspiration pour de nombreux artistes (ils se plurent à la reproduire en différentes dimensions et dans tous types de matériaux et techniques, comme le bronze, la faïence, la pâte de verre ou l'aquarelle), ne provenait pas de Tanagra. Au contraire, les analyses de l'argile et le rapprochement avec un relief représentant des nymphes, conservé au musée de l'Acropole (n 6064), permettent de corroborer l'hypothèse, déjà avancée à la fin du XIXe siècle, d'une fabrication attique.

L'annonce d'un style nouveau

La comparaison avec ce relief, le mouvement dynamique qui anime l'oeuvre (sensible dans l'avancée de la jambe droite) et le travail soigné de son revers montrent que cette statuette en argile est peut-être l'écho fidèle d'une oeuvre en ronde bosse de grande taille. C'est, en effet, avec ce motif, comme avec celui des acteurs, que l'on assiste aux premières oeuvres d'argile en ronde bosse, et c'est avec ceux-ci que les artisans coroplathes systématisent l'usage des moules bivalves, peu avant 350 av. J.-C. Cette œuvre préfigure alors le style tanagréen. Le rendu du manteau fin et transparent, le traitement de ses plis, qui doit beaucoup aux nouvelles tendances sculpturales attiques (développement du "style riche"), nourrissent également la naissance de ce style. Le corps féminin s'y cache moins qu'il ne s'y dévoile dans un jeu de lignes souples et gracieuses.

Danseuse, fiancée ou nymphe ?

Le sujet de la figurine, sa signification et sa fonction annoncent également certaines tendances qu'affirmeront et développeront peu après les Tanagréennes. Appelée conventionnellement danseuse, elle est une des premières représentations en argile de ces "danseuses au manteau" visibles sur les vases attiques depuis le Ve siècle avant notre ère. Leur signification, sans doute variable en fonction des contextes, prête à controverse. En effet, retrouvées sur tout le pourtour méditerranéen, aussi bien dans des sanctuaires que des tombes ou des maisons, ces figurines peuvent être assimilées à des nymphes ou des ménades et appartenir à la sphère de Dionysos. Mais on peut également les rattacher au monde d'Aphrodite, si on y lit le motif de la fiancée, que son mari dévoilera le jour de ses noces, lors du geste de l'anacalypsis.

Bibliographie

Besques Simone, Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre cuite grecs, étrusques et romains, III, Époques hellénistique et romaine, Grèce et Asie Mineure, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1972, p. 2, pl. 1 F, n D 4.
Besques Simone, Figurines et reliefs grecs en terre cuite, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1994, p. 33, fig. 95.
Jeammet Violaine (sous la dir. de), Tanagra, mythe et archéologie, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 15 septembre 2003-5 janvier 2004, Musée des beaux-arts de Montréal, 5 février-9 mai 2004, Montréal, Musée des beaux-arts de Montréal ; Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2003, pp. 37, 54-59, 124-125, 146,147, 310, n 95.
Raftopoulou E. G., "Étude iconographique sur un thème de la toreutique", in Bulletin de Correspondance Hellénique (BCH), 115, 1991, pp. 259-281.

Cartel

  • "Danseuse Titeux"

    Vers 350 ? avant J.-C.

    Provenance et fabrication : Athènes

  • H. : 21 cm.

  • Don Cavelier, 1891

    CA 462

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Figurines en terre cuite grecques
    Salle 36
    Vitrine 14

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet