Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Deux études pour la "Madone du Rosaire"

Œuvre Deux études pour la "Madone du Rosaire"

Département des Arts graphiques : XVIIe siècle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Deux études pour la 'Madone du Rosaire'

Arts graphiques
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Grollemund Hélène

Alonso Cano occupe une place à part dans la vie artistique espagnole. Sculpteur et peintre, il poursuit la tradition de la polyvalence de l'artiste humaniste de la Renaissance. Il pratique quotidiennement le dessin et utilise presque toutes les techniques graphiques courantes en son temps, même s'il préfère la plume seule, comme dans ces deux études. Unique dans l'oeuvre de Cano, cette feuille peut être considérée comme son testament graphique.

Un dessin tardif

Même si elle diffère beaucoup de la peinture, la composition la plus grande prépare le groupe de la Madone à l'Enfant entourée d'anges au registre supérieur de la Madone du rosaire de la cathédrale de Malaga (chapelle du Rosaire), datée de 1665-1666, année du séjour de Cano à Malaga, avant son retour définitif à Grenade. Ce grand tableau, entièrement autographe, fut commandé par le nouvel évêque de Malaga, don Alonso de Santo Tomas. Peint un an avant la mort de l'artiste, il est d'une importance capitale. Le dessin du registre supérieur, de conception différente, présente des points communs avec le visage de la Madone, tracé suivant un même ovale à la découpe géométrique, et avec l'Enfant, indiquant une création contemporaine. La composition, beaucoup plus classique, avec un rideau à l'arrière-plan, pourrait indiquer une première idée pour le groupe de la Madone du rosaire. Cependant, la virtuosité et la précision des traits laissent supposer un autre tableau, commandé au même moment par un collectionneur local.

Une écriture concise

Cano encadre ici ses compositions en vue d'une transposition picturale. Il invente, dès les premiers traits, son mouvement d'ensemble avec la même grâce, la même aisance, le même sens de l'équilibre que dans ses peintures ou sculptures, ses dessins créés depuis la grande période madrilène. La transposition picturale en a retenu l'invention originale impliquant chaque détail, chaque figure à la place convenue. En cette dernière année de sa vie, Cano transforme le dessin en mode d'écriture autonome, avec une concision toujours accrue, pratiquée déjà dans des chefs-d'oeuvre de l'importance de Sainte Claire et saint Louis de Toulouse (musée du Louvre, RF43241). Jusqu'à ce dernier dessin, Cano demeure fidèle à un équilibre rigoureux tout en usant de techniques variées. Ici, il reprend les hachures peu espacées, très fines, de la composition avec saint Jean-Baptiste (musée du Louvre, RF43243).

Venise et Titien

Dans tous ses dessins à la plume, sans lavis, Cano rejoint l'esprit du dessin vénitien. L'artiste a peut-être regardé les dessins vénitiens de la Renaissance dans les collections de Philippe IV, à l'Alcazar. Dans la Madone du registre supérieure se retrouve le souvenir immédiat ou transmis par l'estampe, d'après une réplique d'atelier ou postérieure, de la Vierge à l'Enfant avec saint Jean Baptiste et sainte Agnès (Dijon, musée des Beaux-Arts) attribué à Titien. L'estampe et les dessins d'autres artistes furent très souvent utilisés par Cano comme répertoire de modèles pour des compositions différentes. Ainsi, deux gravures de Simone Cantarini lui servirent probablement de modèles pour le dessin du Louvre. Cette méthode d'invention, en s'inspirant et en réinterprétant des modèles divers, reflète le niveau atteint dans la production de la dernière décennie, avec une même expression sereine et intériorisée du visage de la Vierge.

Bibliographie

- BOUBLI Lizzie, Inventaire général des dessins : Ecole espagnole XVIe-XVIIIe siècle, RMN, 2002, pp. 60-65

Cartel

  • CANO Alonso

    Deux études pour la 'Madone du Rosaire'

    Stein, Adolphe

  • Plume et encre brune, sur papier beige épais. Encadrement des deux compositions à la plume. Annotation postérieure à la plume et encre brune, en bas à gauche : 'Cano f'. Dessin restauré

    H. : 14.7 cm. ; L. : 7.5 cm.

  • achat , 1992

    4043242

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Annotation postérieure à la plume et encre brune, en bas à gauche : Cano f.