Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Deux hommes assis, tenant chacun une épée : saint Paul et saint...

Œuvre Deux hommes assis, tenant chacun une épée : saint Paul et saint Julien (?)

Département des Arts graphiques : XIVe-XVe siècle

Deux hommes assis, tenant chacun une épée: saint Paul et saint Julien (?)

Arts graphiques
XIVe-XVe siècle

Auteur(s) :
Boyer Sarah

Autrefois attribué à Gentile Bellini, ce dessin représente deux figures masculines assises sur une estrade, se faisant face, et tenant chacune un attribut qui ressemble à une épée. Mystérieuse par son iconographie, cette feuille l'est surtout par son attribution controversée : tour à tour Bellini, Spinello Aretino, Niccolo di Pietro Gerini, plus souvent Maso di Banco et Giotto. Quoi qu'il en soit, la technique atteste d'une conception ancienne, vers le milieu du Trecento.

Une iconographie mystérieuse

Bien que ne portant pas de nimbes, ces deux hommes assis semblent figurer des saints : à gauche saint Paul, l'épée nue et levée ; à droite saint Julien, tenant dans la main gauche l'épée baissée dans son fourreau, jouant avec la bride de l'index droit. Si les contours de la première figure, réalisés à même la préparation, s'évanouissent, ceux de la deuxième, en partie incisés, demeurent bien visibles, et les rehauts de blanc y sont plus appuyés. La représentation de saint Paul assis pourrait figurer dans un Jugement dernier ou dans une Glorification de saint Thomas d'Aquin, mais la présence du deuxième homme implique une autre utilisation, comme pour deux saints entourant une Vierge.

Maso di Banco...

Aucun dessin du Trecento ne peut autant que celui-ci évoquer la manière, l'art et les formulations de Giotto. Cependant, certains auteurs l'attribuent à un de ses élèves, Maso di Banco. En effet, des similitudes dans les types, la façon de définir les contours, la plasticité retenue des drapés, le rendu spécifique des têtes, des yeux et des mains, l'allongement et la disposition des corps dans l'espace apparaissent dans les quelques oeuvres sûres de cet artiste : le saint Julien du retable de Santo Spirito à Florence, ou le Saint Antoine de Padoue de New York (The Metropolitan Museum of Art). Des rapports encore étroits avec Giotto suggèrent une datation vers 1329-1332, période où Maso travaille encore avec son maître au Castelnuevo de Naples.

ou plutôt Giotto ?

La paternité de cette oeuvre a soulevé bien des interrogations. Tout d'abord, l'absence de calvitie chez saint Paul et le vêtement apostolique de saint Julien contredisent ces identifications : il s'agirait simplement de deux figures allégoriques, en rapport avec le décor aujourd'hui détruit du Palazzo della Ragione de Padoue. L'attribution à Giotto s'appuie sur des analogies flagrantes avec certaines figures de la chapelle Scrovegni de cette ville (1303-1305). De plus, la technique du dessin à la pointe de métal sur papier préparé coloré rehaussé de blanc fut inventée, selon Cennini, par Giotto lui-même. Enfin, des différences stylistiques apparaissent entre le maître et l'élève : ce dernier use essentiellement de contours tranchés et de modelés si simplifiés qu'ils deviennent presque des aplats, tandis qu'ici les contours, à peine appuyés, sont d'une grande simplicité mais d'une élégance naturelle. Le stylet façonne les corps à une cadence lente mais en un mouvement continu. L'exécution, d'une finesse extrême, la lumière blanche et le renforcement des ombres sont dosés comme pour faire émerger les figures avec intensité et néanmoins douceur. Gravité et finesse, équilibre et liberté, élégance et maintien, humanité et conviction sont autant d'éléments qui font pencher aujourd'hui vers une attribution à Giotto, plus particulièrement pendant sa période padouane, lorsqu'il réalise la chapelle Scrovegni.

Bibliographie

- d'ARCAIS F. F., Giotto, Paris, 1996.

- BEAN Jacob, BOUCHOT-SAUPIQUE Jacqueline, Dessins de la collection de Filippo Baldinucci (1625-1696), cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions des musées nationaux, 1958, p. 15, n 2.

- BELLOSI L., "Su alcuni disegni italiani a la fine del due e la metà del quattrocento", in Bolletino d'Arte, 1985, n 30, pp. 1-15, 41.

- CASTELFRANCHI VEGAS Liana, L'arte medievale in Italia e nell'Occidente europeo, Milan, Jaca Book, 1993, pp. 94-96.

- DEGENHART Bernhard et SCHMITT Annegrit, Corpus der italienischen Zeichnungen 1300-1450, Berlin, 1968, vol. I, pp.66-68, vol. 3, cat. 24, pl. 49.

- RAGIONIERI G., Giotto. Bilancio critico di sessant'anni di studi e richerche, cat. exp. Florence, Galleria dell'Academia, 2000, pp. 133-134, n 11, pl. XI.

Cartel

  • GIOTTO

    Deux hommes assis, tenant chacun une épée: saint Paul et saint Julien (?)

    Strozzi, Filippo

  • Pointe de métal, rehauts de blanc, sur papier préparé vert. Angle inférieur gauche abattu. Collé en plein. Annotation au verso du papier de doublage en haut à gauche, d'une écriture de la fin du XIX siècle, au crayon: 'Coll Baldinucci T. Ier Page 45', et en dessous, à la plume et à l'encre brune: 'Gentil Bellini'.

    H. : 20.9 cm. ; L. : 18.6 cm.

  • achat , 1806

    392664

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet