Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Deux hommes portant une croix

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Deux hommes soulevant une planche

Arts graphiques
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Chabod Christine

Entrepris alors qu'il vient d'achever la galerie des Glaces et qu'il va bientôt entamer la dernière phase des grandes décorations de Versailles, avec les plafonds des salons de la Guerre et de la Paix, Charles Le Brun livre, dans la suite de la Vie du Christ, ses dernières grandes oeuvres. Dans une période de disgrâce qui voit le tarissement des commandes royales, Le Brun fait preuve dans ces toiles et ces dessins d'une sincérité et d'une simplicité profondément émouvantes.

La préparation de la croix

Un homme, vu de dos, tient sur ses épaules une croix, qu'il tire dans un effort intense. Il est aidé par un autre homme barbu, vu de trois quarts. Ce dessin est une étude préparatoire pour deux figures du Christ élevé en croix, tableau peint par Charles Le Brun et conservé à Troyes (musée des beaux-arts). Il s'agit du groupe des deux hommes situés au premier plan qui calent la croix dans un emplacement creusé à cet effet. La disposition des personnages est assez similaire dans le dessin et dans la toile mais il existe cependant quelques variantes, notamment dans la position des jambes et dans l'attitude du bras de l'homme qui est vu de face.

Un défi

Les tableaux de la suite de la Vie du Christ et les dessins s'y rattachant ont été entrepris par Charles Le Brun en 1685 pour répondre aux violentes attaques dont il était la victime. Il était en conflit depuis de nombreuses années avec le peintre Pierre Mignard, jaloux de ses succès et envieux de sa position auprès du roi. Mignard profita de la mort de Colbert, principal protecteur de Le Brun, pour lancer une cabale contre le premier peintre en titre. Fort de l'appui du marquis de Louvois, le successeur de Colbert, il chercha à le remplacer à l'Académie et à la manufacture des Gobelins - ce qu'il n'obtiendra qu'à la mort de Le Brun en 1690 - et à lui soustraire la direction des ouvrages faits pour le roi, en prétendant qu'il était désormais incapable de peindre un "tableau". Le roi, qui gardait sa confiance en Le Brun, lui demanda d'exécuter une toile qui pourrait s'opposer au Portement de croix peint par Mignard, prôné par Guillet de Saint-Georges dans ses Mémoires comme le "meilleur tableau qui eut jamais paru", et pour "clore la bouche des cabalistes". Toute la cour attendait le résultat de cette rivalité entre les deux artistes. Le tableau fut présenté au roi le 27 juin 1685 et Louis XIV, très satisfait du résultat, "marqua une joie extraordinaire", obligeant le clan de Mignard à applaudir.

Une nouvelle orientation

Soixante dessins, parmi lesquels celui conservé au musée du Louvre, peuvent être mis en rapport avec cette Élévation du Christ en croix de Troyes. Ils témoignent de la préparation patiente et minutieuse avec laquelle Le Brun élaborait ses tableaux. Dans ces oeuvres cependant, la méditation l'emporte sur l'invention ; mais n'est-ce pas naturel chez cet homme déjà âgé, qui a consacré sa carrière aux gigantesques chantiers royaux ? Éprouvé par sa semi-disgrâce, il opte pour un langage intime, chargé d'émotion. Il recherche désormais pour ses personnages une vérité psychologique profonde en s'éloignant des apparences extérieures de l'expression des sentiments, telles qu'il les avait codifiées dans ses conférences à l'Académie. Ce changement est perceptible dans le style des dessins de cette dernière période et surtout dans le pathétisme de ces deux figures masculines à la forte musculature enfonçant dans le sol le bois du sacrifice.

Bibliographie

- BEAUVAIS Lydie, Musée du Louvre. Département des Arts graphiques. Inventaire général des dessins, École française. Charles Le Brun 1619-1690, t. I, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2000, notice 1383.

- MONTAGU Jennifer, THUILLIER Jacques (sous la dir. de), Charles Le Brun 1619-1690, peintre et dessinateur, cat. exp. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, juillet-octobre 1963, Paris, ministère des Affaires culturelles, 1963, notice 46.

Cartel

  • LE BRUN Charles

    Deux hommes soulevant une planche

    en 1685

    Cabinet du Roi

  • Sanguine, avec rehauts de craie blanche, sur esquisse à la pierre noire, sur papier beige. Bords irréguliers avec lacunes.

    H. : 44.7 cm. ; L. : 29.4 cm.

  • Saisie royale

    3929109

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet