Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Deux pleurants, éléments du tombeau de Jean de France, duc de...

Œuvre Deux pleurants, éléments du tombeau de Jean de France, duc de Berry

Département des Sculptures : France, Moyen Age

Pleurant tenant un livre

© Musée du Louvre/P. Philibert

Sculptures
France, Moyen Age

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Ces pleurants encapuchonnés décoraient le soubassement du tombeau érigé à Bourges pour le duc de Berry, frère du roi de France Charles V et du duc de Bourgogne Philippe le Hardi. Les statuettes, expressives et animées, témoignent de l'évolution de l'art funéraire au XVe siècle vers une sculpture plus souple et éloquente, sous l'influence de l'art bourguignon.

La tombe d'un prince mécène

Le duc de Berry (1340-1416) fut un mécène fastueux, célèbre pour avoir commandé aux frères Limbourg les Très riches Heures du duc de Berry (Chantilly, musée Condé), le plus beau manuscrit enluminé de l'époque. En 1404, il choisit d'ériger sa sépulture dans la Sainte-Chapelle du palais ducal de Bourges. Le tombeau comprenait un gisant sur une dalle de marbre, sur un soubassement décoré de quarante pleurants sous arcatures. Deux campagnes de travaux furent nécessaires à sa réalisation.
La première campagne, commencée du vivant du duc, fut dirigée par Jean de Cambrai, collaborateur d'André Beauneveu. Elle semble s'interrompre à la mort du commanditaire (1416). L'artiste exécuta le gisant (cathédrale de Bourges) et cinq pleurants en marbre, aplatis dans le dos pour constituer des figures d'applique : ils se caractérisent par leurs volumes simples, leurs drapés rectilignes, leurs gestes contenus.
L'ouvrage fut repris après 1450 sur ordre du roi de France Charles VII, petit-neveu du duc, et confié à Étienne Bobillet et Paul Mosselmann. Ils travaillèrent au décor architectural et complétèrent la galerie des pleurants. Technique et matériau distinguent aisément cette seconde série : les statuettes sont en albâtre veiné, sculptées en ronde-bosse et d'un esprit très différent. Les deux pleurants du Louvre en font partie.

L'influence de l'art funéraire bourguignon

Le tombeau à pleurants apparaît dès la fin du XIIIe siècle. Ces statuettes représentent les proches du défunt, enveloppés du grand manteau de deuil à capuchon porté lors des cérémonies de funérailles. Mais ce type de monument connut un développement formidable au XVe siècle sous l'influence des prestigieuses réussites de l'art bourguignon, illustré par le Tombeau de Philippe II le Hardi (Dijon, musée des Beaux-Arts) de Claus Sluter à la chartreuse de Champmol : sculptés en ronde-bosse, des pleurants d'une prodigieuse présence plastique semblent progresser en cortège. La seconde série de Bourges s'inspire de cet art expressif et ample.

Des statuettes pleines d'animation

À l'aspect monolithique des statuettes de Jean de Cambrai se substituent des figures aux attitudes vives et variées (un pleurant détourne brutalement la tête, l'autre est absorbé par sa lecture), aux visages expressifs, aux drapés souples. La virtuosité du sculpteur se manifeste dans la manière dont il creuse profondément la matière, créant de forts jeux d'ombres. La façon dont il travaille le volume du capuchon donne vie au personnage. Il anime le vêtement de multiples replis. Sur l'un des pleurants, la surabondance de plis imprime une forte agitation. Le sculpteur s'attache à rendre les détails, comme le fermoir ou la tranche ouvragée du missel.
Les pleurants du Louvre sont de très belle facture, mais les 21 statuettes de la seconde série retrouvées (sur 35) montrent une grande diversité et une qualité inégale.

Bibliographie

- MÂLE Émile,  L'art religieux de la fin du Moyen Age, Paris, 1925, pp. 419-420.

- PRADEL Pierre, "Nouveaux documents sur le tombeau de Jean de Berry", Monuments et mémoires, Fondation Eugène Piot, tome 49, Paris, 1957, pp. 141-157.

- BESSARD Bella, "Three Berry mourners", The Metropolitan Museum Journal, 1968, volume 1, pp. 171-176.

- Les Pleurants dans l'art du Moyen Age en Europe, catalogue de l'exposition, Musée des Beaux-Arts,  Dijon, 1971.

- Chefs-d'oeuvre de l'art du Moyen Age, catalogue de l' exposition, Bratislava, Prague, 1978-1979, n 99 et 100.

- Les Fastes du gothique : le siècle de Charles V, catalogue de l'exposition, Grand Palais, Paris, 1981-1982, n 111.

- La Sculpture d'Europe occidentale des XV-XVIe siècles dans les musées d'Union Soviétique, Saint-Pétersbourg, 1988, n 66.

- Tesoros medievales del museo del Louvre, catalogue de l'exposition, Museo del Palacio de Bellas Artes, Mexico, 1993, n 69.

Cartel

  • Étienne BOBILLET

    Pleurant tenant un livre

  • Albâtre, restes de dorure

    H. : 0,39 m. ; L. : 0,14 m. ; Pr. : 0,12 m.

  • Acquis en 1953

    R.F. 2736

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Jean de Liège
    Salle 9
    Vitrine 3

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Mini-site

Voir le mini-site Paris 1400 : Les arts sous Charles VI.