Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Diane et Endymion

Œuvre Diane et Endymion

Département des Arts graphiques : XVIIe siècle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Diane et Endymion

Arts graphiques
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Grollemund Hélène

Bien que né à Vienne et formé par un artiste bavarois, Seiter est considéré comme un artiste italien, toute son activité s'étant déroulée dans la péninsule. Très marqué par les italiens, il travailla à partir de 1688 pour le duc de Savoie. Ce grand dessin est un témoignage de son activité à Turin : il constitue l'une des étapes préparatoires au plafond que Seiter réalisa dans la chambre à coucher de la reine, au Palazzo Reale.

Une idylle mouvementée

Se détachant sur le lumineux astre lunaire, une femme, debout dans un char tiré par deux cerfs impétueux, traverse le ciel. Elle se penche vers la gauche, regardant un jeune homme assis sur un rocher, plongé dans le sommeil. En bas, deux satyres - l'un redressé et ébloui, l'autre encore endormi - conduisent le regard vers les personnages principaux. A droite, trois putti participent au bruit et à l'excitation de la composition : l'un souffle dans un cor, l'autre essaie de l'en empêcher tandis que le troisième se bouche les oreilles. Cet épisode est celui de Diane et Endymion : le jeune berger, d'une grande beauté, avait inspiré un violent amour à la déesse, qui s'unit à lui. A la demande de celle-ci, Zeus accorda à Endymion le sommeil éternel. Selon certaines versions, c'est pendant ce sommeil bienheureux que la déesse le vit et en tomba amoureuse.

L'entreprise ducale

La feuille est une esquisse pour la composition d'un plafond que Seiter réalisa vers 1693-1694 pour l'ancienne chambre du duc Victor Amédée II (1666-1732), appelée aujourd'hui Camera da Dormire della Regina, au Palazzo Reale de Turin. Un dessin préparatoire à ce décor est conservé à Windsor (Windsor Castle, Royal Library) : aux dimensions proches du nôtre, il présente une composition plus élaborée qui, dans sa partie inférieure, est voisine de l'oeuvre définitive. En revanche, dans cette dernière, la figure de Diane est reprise presque sans modification à la feuille du Louvre. Ce décor est la grande entreprise de Daniel Seiter dès son arrivée à Turin. En effet, après avoir poursuivi sa formation à Venise, où il resta près de 12 ans (vers 1670-1682), il séjourna à Vérone puis Milan, et se rendit par Piacenza, Parme, Modène et Bologne à Florence. Rome était son but et sans doute s'y serait-il installé s'il n'avait été convaincu par le duc de Savoie, en 1688, de venir travailler au palais ducal. Il y passa la fin de sa carrière, en tant que premier peintre de cour.

Entre Cortone et Brandi

Contrairement au contenu intimiste et idyllique du mythe, Seiter conçoit ici l'histoire comme une action dynamique : la scène est vue en contre-plongée, la composition s'appuie sur des axes et des mouvements opposés, qui prennent possession de tout l'espace. L'artiste se place ici dans la lignée des décors romains baroques plafonnants, sous l'influence de Pierre de Cortone. Son style doit également beaucoup à Giacinto Brandi. De fait, la correspondance entre le duc de Savoie et son agent à Rome, en 1687, met en lumière l'une des préoccupations majeures dans le choix des deux artistes, qui devaient peindre notamment les toiles entourant la composition centrale de la Stanza delle Cameriste, due à Brandi : elles devaient être en harmonie avec la manière de ce dernier. Seiter remplit cette condition avec succès.

Bibliographie

- KUNZE Matthias, Daniel Seiter (1647-1705) : Die Zeichnungen, cat.exp. Salzburg, Barockmuseum, 1997, n 35

- POUNCEY Philip, "Two Studies by Daniel Seiter for Ceiling Paintings in Turin", in Master Drawings, vol. V, n 3, 1967, pp. 286-288

- STARCKY Emmanuel, Inventaire général des dessins des Ecoles du Nord : Ecoles allemande, des Anciens Pays-Bas, flamande, hollandaise et suisse XVe-XVIIIe siècles. Supplément aux inventaires publiés par Fritz Lugt et Louis Demonts, Paris : RMN, 1988, notice 52

Cartel

  • SEITER Daniel

    Diane et Endymion

    Galerie De Bayser

  • achat

    4041205

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet