Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Diderot (1713 - 1784)

Œuvre Diderot (1713 - 1784)

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Valérie Montalbetti

Avec le buste du philosophe, Houdon inaugure le portrait à l’antique, tête nue, sans habit ni draperie, le torse tronqué. Diderot semble en pleine conversation, attestant l’étonnante capacité du sculpteur à insuffler la vie, grâce à sa manière si particulière de rendre l’intensité du regard. Dans ce buste en terre cuite, le plaisir du sculpteur à modeler est manifeste.

Un buste à l'antique

Philosophe et écrivain représentatif de l’esprit des Lumières, Diderot se consacra à la rédaction de L’Encyclopédie (1751-1772), ouvrage de vulgarisation scientifique et philosophique. Convaincu que l’homme éprouve du plaisir à être bon, il voulait lier bonheur individuel et bien général. De 1759 à 1781, il écrivit des critiques des Salons de peinture et sculpture qui se tenaient au Louvre. Il a été représenté maintes fois, notamment par les peintres Fragonard (Louvre) et Michel Van Loo (Louvre).

Houdon présente au Salon de 1771 un buste de Diderot, généralement identifié comme la terre cuite du Louvre, qui suscita de nombreux éloges. Le sculpteur n’était pas encore très connu. Il représente le philosophe tête nue, sans habit ni draperie, le torse tronqué : cette simplicité voulue se réfère aux bustes romains de philosophe, rattachant dans une même intemporalité les intellectuels des Lumières à ceux de l’Antiquité. Houdon réutilisera cet archétype pour d’autres intellectuels de son temps comme Voltaire (Louvre) ou Buffon (Louvre). Mais alors qu’il varie les représentations d’un Voltaire (à la française, tête nue, ceint d’un bandeau), il utilise toujours le même modèle pour Diderot dans les reproductions du buste qu’il effectue en diverses matières, marbre, plâtre, bronze.

Un sentiment intense de vie

Ce buste montre la faculté de Houdon pour communiquer vie et présence au portrait. On est frappé par l’intensité du regard. C’est une qualité distinctive des portraits de Houdon, qui assura son succès. Le sculpteur évide l’iris, puis creuse encore plus profondément la pupille, laissant au bord un petit élément en relief pour capter la lumière ; le jeu d’ombre et lumière qui en résulte donne l’illusion de la vie. Le traitement de la chevelure est également typique de l’artiste. Il la modèle comme une masse dense et mouvante et incise quelques mèches. Diderot a les lèvres légèrement ouvertes, comme s’il conversait, rappel du brillant orateur qu’il était. La rotation de la tête donne l’impression qu’il vient de se tourner vers son interlocuteur. Tous ces éléments contribuent à l’impression d’immédiateté. Le portrait concilie ainsi l’intemporalité du penseur avec la vivacité d’un esprit ouvert sur le monde.

La spécificité de la terre cuite

Matériau souple, l’argile permet au sculpteur de moduler subtilement les inflexions du visage et le rendu de la chair. Houdon prend un plaisir manifeste au travail de modelage, qu’il ne cherche pas à effacer. Les coups de ciseaux qui définissent les sourcils ou les rides du front et du cou, sont laissés comme tels, créant le sentiment que le buste vient de sortir de sa main.
Le seul autre portrait sculpté de Diderot qui atteigne cette qualité, est l’œuvre de Jean-Baptiste Pigalle (1777, Louvre), ami de longue date du philosophe. Il offre une image très différente : le portrait plein de tendresse d’un homme vieilli par l’activité inlassable et les soucis permanents.

Bibliographie

- REAU Louis, Houdon, sa vie et son œuvre, Paris, 1964, tome I, pp.352-354.

- ARNASON H.H., The Sculptures of Houdon, Londres, 1975, pp.19-24.

- Diderot et l’art de Boucher à David, catalogue d'exposition, Paris, Hôtel de la monnaie 1984-85, Paris, 1984, n°132, pp.455-456.

- Jean-Antoine Houdon, catalogue exposition, Washington, Los Angeles, Versailles, 2003, pp.141-151.

Cartel

  • Jean-Antoine HOUDON (Versailles, 1741 - Paris, 1828)

    Diderot (1713 - 1784)

  • Terre cuite. Salon de 1771

    H. :0,46 m. ; L. : 0,26 m. ; Pr. : 0,22 m.

  • Legs François Hippolyte Walferdin, 1880

    R.F. 348

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Vitrine 3

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet