Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Écritoire aux armes du cardinal Da Cunha

Œuvre Écritoire aux armes du cardinal Da Cunha

Département des Objets d'art : XVIIIe siècle : le rococo

Écritoire aux armes du cardinal da Cunha

© 2005 Musée du Louvre / Peter Harholdt

Objets d'art
XVIIIe siècle : le rococo

Auteur(s) :
Muriel Barbier

L'écritoire a été réalisée par Thomas Germain, orfèvre et sculpteur du roi, pour l'exportation. Elle porte les armes du cardinal Da Cunha, membre d'une famille portugaise. De grande dimension, cette écritoire en vermeil révèle un travail d'une grande habileté et d'une extrême richesse. Entièrement chantournée et ornée de feuillages découpés, elle est emblématique du rocaille et du rôle que joua Thomas Germain dans la diffusion de ce style.

Une œuvre offerte au cardinal Da Cunha

Les armoiries du cardinal Da Cunha se lisent encore sous le chapeau cardinalice. Elles sont situées sur les petits côtés du plateau. Ces armes se retrouvent sur le couvercle de l'étui d'origine en maroquin rouge, également conservé au musée du Louvre. Le cardinal Da Cunha, d'une illustre famille portugaise, était parent d'un ambassadeur de la Cour de France, Luiz Da Cunha, mort à Paris en 1749. Le cardinal a pu recevoir en cadeau cette pièce. En effet, on sait que la ville de Paris offrit, à plusieurs reprises, des écritoires d'orfèvrerie qu'elle commandait à Thomas Germain. Les orfèvres parisiens, et en particulier les Germain, fournirent de nombreuses œuvres pour des commanditaires étrangers. Grâce à ces échanges, le style rocaille se diffusa dans toute l'Europe.

Une écritoire rocaille

Cette œuvre est composée d'un plateau chantourné sur lequel reposent les différents récipients et instruments pour écrire. Au centre se trouve le porte-éponge que domine la sonnette et, de part et d'autre, l'encrier et la boîte à sable - le sable servant à sécher l'encre. Le plateau repose sur des pieds involutés, il est composé de lignes courbes entièrement moulurées qui donnent à l'ensemble un aspect très animé. Le dessus du plateau est recouvert de cannelures et de feuilles d'acanthe en très léger relief. Au centre du plateau, le porte-éponge adopte la forme d'un socle architecturé flanqué de feuilles d'acanthe sculpturales et finement ciselées qui le relient à l'encrier et à la boîte à sable. Ces deux récipients sont recouverts sur toute leur surface de cannelures torses et leur couvercle surmonté d'une bouterolle de préhension en forme de grappe. Tous ces ornements, traités de manière détaillée et naturaliste, sont récurrents dans le répertoire décoratif rocaille et se retrouvent sur les pièces d'orfèvrerie de table que Thomas Germain exécuta à la même période. D'une grande élégance, l'écritoire du cardinal Da Cunha est caractéristique de la virtuosité de cet orfèvre.

Bibliographie

- Département des objets d'art, in Revue des Musées de France, 1957, pp. 128-129.

Cartel

  • Thomas GERMAIN (1673 - 1748)

    Écritoire aux armes du cardinal da Cunha

    1746 - 1747

  • Argent doré

  • Don de la baronne Cassel Van Doorn, 1966

    OA 9941

  • Objets d'art

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Poinçons :Poinçon de charge : Paris, 1744-1750 ; maison commune : 1746-1747 ; maître : Thomas Germain ; exportation : C couronné