Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Éléments du monument funéraire de Christophe de Thou

Œuvre Éléments du monument funéraire de Christophe de Thou

Département des Sculptures : France, Renaissance

Monument funéraire de Christophe de Thou (mort en 1582)

© 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier

Sculptures
France, Renaissance

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Dans ce tombeau d'un haut magistrat de l'époque des Valois, Barthélemy Prieur (1536-1611) juxtapose divers matériaux (les différents marbres et le bronze) pour créer des effets de couleur. Il conjugue également les styles, alliant un portrait réaliste du défunt, des génies funéraires inspirés de Michel-Ange et de souples vertus maniéristes.

Une symphonie de couleurs pour un personnage politique influent

Christophe de Thou, prévôt des marchands de Paris, premier président du Parlement de Paris et conseiller du roi, était un personnage politique important des règnes d'Henri II et de ses fils. Après sa mort en 1582, son fils Jacques-Auguste de Thou, qui deviendra un historien de renom, lui fit ériger un tombeau dans la chapelle familiale de l'église Saint-André-des-Arcs à Paris. Partisan de l'apaisement religieux, il le commanda au protestant Barthélemy Prieur. Le monument fut démembré sous la Révolution, mais ses principaux éléments sculptés sont réunis au Louvre.
Le portrait du magistrat, dont la tête de marbre blanc se détache sur le marbre rouge du manteau, était posé sur un piédouche de marbre jaune et placé dans une niche ovale cantonnée de deux Vertus en marbre blanc. L'ensemble surplombait un sarcophage devant lequel s'accoudaient les deux génies funéraires en bronze. Ce mélange des matières crée une symphonie de couleurs, qui est caractéristique des œuvres funéraires de Prieur. On la retrouve dans le Monument de cœur du connétable Anne de Montmorency (Louvre).

Un mélange de styles

Autant que les matériaux, le sculpteur a mélangé les styles. Il réalise un portrait naturaliste du magistrat, détaillant les rides du front, l'affaissement des joues, la verrue, le double menton. La tête émerge d'une fraise qu'entoure le collet de la robe de président au Parlement. Les yeux ouverts, un léger sourire, le nez droit, lui donnent un air franc et bonhomme.
Les génies funéraires relèvent au contraire de l'esthétique maniériste par leur attitude contournée et l'élongation de leur canon. Leur pose reprend exactement celle des figures du Jour et de la Nuit sculptées par Michel-Ange pour le tombeau des Médicis à Florence. Mais ils sont bien plus graciles et nerveux et leur visage est marqué par la douleur. Le modelé rend palpable les inflexions des muscles. La travail du bronze est remarquable.
Les Vertus ont la ligne serpentine et souple du maniérisme français. Un tissu fluide au drapé dit mouillé dessine les courbes de leur corps. Le sculpteur a parfaitement assimilé l'art de Jean Goujon, parvenant à créer l'illusion du volume dans une plaque de marbre relativement mince. La Prudence tient ses attributs habituels, le miroir et le serpent. La Justice tient une épée (brisée), mais son autre symbole traditionnel, la balance, manque. À la place, elle porte un rameau de feuilles larges parsemées de baies : c'est ainsi que les sculpteurs de l'époque figuraient l'olivier.

Une iconographie militante

Ce changement d'attribut n'est pas fortuit. En pleine guerre de religions, deux conceptions de la justice s'affrontent : les partisans d'une justice punitive (extermination des hérétiques protestants) et les pacifistes, prônant une solution politique. Pour eux la justice est pacificatrice. La présence du rameau d'olivier souligne ainsi l'appartenance du magistrat, et surtout de son fils, au clan des pacifistes.

Bibliographie

- BEAULIEU Michèle, Musée du Louvre. Description raisonnée des sculptures de la Renaissance française, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1978, p. 157-160.

- BRESC Geneviève, "Justice et Paix. Le Tombeau de Christophe de Thou par Barthélemy Prieur", in La Revue du Louvre, février 1981, p. 8-18.

- Chefs-d'oeuvre du musée du Louvre. Bronzes de la Renaissance à Rodin, Tokyo, Metropolitan Art Museum, 1988, p. 226.

- Nouvelles acquisitions du département des Sculptures (1992-1995), Musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1996, p. 144.

Cartel

  • Barthélemy PRIEUR (Berzieux (Marne), 1536 - Paris, 1611)

    Monument funéraire de Christophe de Thou (mort en 1582)

  • Buste, marbre rouge et blanc. Génies, bronze.Vertus, marbre.

    H. : 0,74 m. ; L. : 1,59 m. ; Pr. : 0,32 m.

  • Provenant du musée des Monuments françaisBuste, entré en 1819 : M.R. 2116Génies, entrés en 1818 : M.R. 1684 et M.R.1685Vertus, provenant de Saint-Denis, 1992 : R.F. 4405 et R.F. 4406

    M.R. 2116, M.R. 1684, M.R. 1685, R.F. 4405, R.F. 4406

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Prieur
    Salle 15 b

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet