Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Enseigne divine

Œuvre Enseigne divine

Département des Antiquités égyptiennes : Objets de la vie quotidienne

Chatte jouant avec ses trois petits

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
Objets de la vie quotidienne

Auteur(s) :
Catherine Bridonneau

Ce bronze, coiffé d'une scène en ronde-bosse représentant une chatte et ses trois chatons indépendants et pleins de vie, est un haut d'enseigne divine. Bien accueilli dans les maisons égyptiennes à cause de son talent de chasseur, le chat devint très vite un animal de compagnie. Il était aussi associé à différentes divinités dont la déesse Bastet et devint à partir de la IIIe Période Intermédiaire le sujet de nombreuses statuettes de bronze offertes à la déesse pour être placées dans son temple.

Scène familiale : une mère et ses petits

Cet objet était autrefois présenté sur un manche en ivoire ; on voit encore à l'arrière, au-dessus du bourrelet qui souligne la base, un petit trou de fixation. Sa partie inférieure cylindrique et creuse s'épanouit en forme d'ombelle à sa partie supérieure et est surmontée d'une scène montrant une chatte et sa progéniture sur une base en demi-cercle. La partie ressemblant à un chapiteau est décorée sur chacune de ses faces d'un motif végétal en léger relief : palmette sur le devant et, à l'arrière, ombelle à peine ouverte sur les côtés. Allongée sur le flanc gauche, le poitrail dressé, la tête légèrement désaxée et tournée vers la droite, la chatte se penche vers l'un des chatons. Son corps suit la partie arrondie de la base et ses pattes délimitent trois alvéoles où viennent se nicher ses petits. Le premier, dressé sur son arrière, pose une patte sur le museau de sa mère en prenant appui de l'autre sur son poitrail ; le second, couché, tète ou pétrit le ventre de sa mère pour faire monter le lait ; le troisième enfin, à moitié couché également, joue avec la queue de la chatte. En bons observateurs de leur environnement, les Égyptiens ont su traduire avec assez de réalisme les attitudes et le comportement des chats qui vivaient à leurs côtés.

Le chat et les Égyptiens : un échange de bons procédés

Ancêtre du chat de gouttière, ce félin porte en égyptien le nom de "miou", une onomatopée qui rappelle son miaulement. Il est d'origine libyenne (Felis silvestris libyca). Les plus anciennes traces de sa présence en Égypte datent d'environ 4 000 av. J.-C. ; des ossements de cet animal ont en effet été retrouvés dans une tombe humaine prédynastique de Mostagedda près d'Assiout. La société égyptienne, principalement agricole, produisait de grandes quantités de grains qui étaient stockées dans les villages près des habitations et des temples. Ces aliments, dont la conservation était primordiale, attiraient malheureusement rongeurs et insectes. Les Égyptiens remarquèrent donc très vite l'avantage que représentaient pour eux les qualités de chasseur du chat, qui s'attaquait également aux scorpions et serpents. Il fut donc facilement accepté dans l'entourage des humains puis apprivoisé vers 2 000 av. J.-C. Il faudra attendre le Moyen Empire pour trouver dans les tombes des représentations de chats prenant part à la chasse dans les marais. Au Nouvel Empire, on les voit souvent figurés assis sous la chaise de la maîtresse de maison.

Animal ou divinité ?

Animal familier, le chat est également lié à différentes divinités. Image de , le mâle s'attaque aux ennemis du dieu qui menacent la renaissance quotidienne du soleil. La chatte est associée à plusieurs divinités féminines et plus particulièrement, à partir de la 22e dynastie, à Bastet, forme apaisée de la déesse lionne Sekhmet, patronne du foyer, de la famille et de la maternité, dont les statuettes de chatte avec sa progéniture sont de parfaites illustrations. Les nombreuses petites oeuvres de métal retrouvées dans les nécropoles de chats aux côtés de momies félines ou dans les temples de la déesse, dont celui de Bubastis, nous montrent Bastet sous forme humaine avec une tête de chat, ou sous forme animale, avec ou sans ses chatons.

Cartel

  • Chatte jouant avec ses trois petits

    Basse Epoque, 664 - 332 avant J.-C.

  • bronze

    H. : 11,20 cm. ; L. : 6,80 cm.

  • E 5586

  • Antiquités égyptiennes

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet