Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Équipage dans un parc

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Equipage dans un parc

Arts graphiques
XIXe siècle

Auteur(s) :
Goarin Véronique

A 40 ans, Constantin Guys devient correspondant de guerre et acquiert pendant plus de vingt ans un talent d'observateur attentif. A Paris, il met à profit son expérience et décrit avec acuité la société parisienne : il devient l'historiographe de son temps. L'engouement du public se porte en particulier sur ses dessins de calèches, comme cette aquarelle qui présente deux élégantes en robes claires dont l'évocation poétique contraste avec la rigidité austère des valets en habits noirs.

Un aventurier reporter

A 20 ans, Constantin Guys s'engage aux côtés de Lord Byron dans la guerre d'indépendance de la Grèce, s'enrôle dans un régiment de dragons, puis devient précepteur des petits-enfants de l'aquarelliste anglais Thomas Girtin. De 1842 à 1860 il est correspondant de guerre à l'Illustrated London News et se lance dans une carrière de dessinateur reporter, illustrant l'actualité en Orient et en Europe. Il relate les épisodes de la guerre de Crimée ou de la Révolution de 1848 dans des dessins précis et annotés, destinés aux graveurs chargés de les transcrire sur bois. Cette expérience aiguise son sens de l'observation, il saisit en quelques minutes les caractéristiques d'une scène. Aussi, quand à 60 ans il s'installe à Paris, il observe de la même façon et dépeint inlassablement toutes les couches de la société. Il dessine en quelques coups de plume ou de pinceau, avec une certitude étonnante, les silhouettes des élégantes du Second Empire comme celles des femmes des bas-fonds de la capitale.

Le peintre de la vie moderne

"Le Peintre de la vie moderne", tel est le titre de l'importante étude de Baudelaire consacrée à Constantin Guys, parue dans Le Figaro en 1863. L'écrivain considère l'artiste comme un observateur attentif et un contemplateur assidu de la société qu'il scrute sans relâche, dont les dessins sont "les archives précieuses de la vie civilisée." Il présente Guys comme "l'historien" de son temps qui traduit la vie contemporaine en faisant du quotidien un sujet digne de représentation. Le dessinateur étudie tous les aspects de la vie parisienne. Mais la femme, consacrée et valorisée par la mode, devient à partir des années 1860 le personnage central de ses oeuvres, puis le sujet exclusif de son inspiration. Ses modèles sont aussi bien des femmes du monde que d'oisives élégantes, des femmes des rues ou bien des prostituées. Ce regard sensible posé sur la société confère aux dessins de Guys une atmosphère et une ambiance particulières qui se retrouvent dans les Fleurs du mal avec la même vision du monde féminin et de sa séduction.

Une oeuvre uniquement graphique

Il semble que l'oeuvre de Constantin Guys soit uniquement graphique. A Paris, il ne travaille pas sur le motif et d'après nature, mais dessine chez lui, de mémoire. Après une longue observation, il traduit ses sujets en ne retenant que l'essentiel, dégageant avec certitude l'aspect singulier de tel ou tel type de scène ou de personnage. Il compose toujours par la lumière, n'accordant d'importance qu'aux grands plans, tendant au fil des années à la simplification et à l'unité. Une part des dessins de Guys est consacrée aux chevaux et aux voitures. La calèche du Louvre illustre ce thème, mis en place au moyen d'un trait rapide et de l'aquarelle qui fixe la lumière et la couleur. Faisant preuve d'absence de tradition classique, l'oeuvre de Guys est unique par son aspect novateur dans l'histoire du dessin au XIXe siècle.

Bibliographie

- BAUDELAIRE Charles, "Le Peintre de la vie moderne", in Le Figaro, novembre et décembre 1863.

- PIERSANTI Gilda, Constantin Guys : il pittore della vita moderna, cat. exp. Rome, Palazzo Braschi, 1980, n 44.

- MARCHESSEAU Daniel, CHAZAL Gilles, PICHOIS Claude, DUFILHO Jérôme, LANCHA Christine, RICHARDSON Jonathan et GODEAU Jérôme, Constantin Guys, Fleurs du mal, cat. exp. Paris, Musée de la Vie Romantique, 2002-2003.

Cartel

  • GUYS Constantin

    Equipage dans un parc

    Dreyfus, Carle

  • Aquarelle, encre brune, mine de plomb et plume.

    H. : 18.5 cm. ; L. : 30.5 cm.

  • legs

    4030064

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet