Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Étude d'homme nu allongé et reprise du bras

Etude d'homme nu allongé et reprise du bras

Arts graphiques
XVIe siècle

Auteur(s) :
Mancini Federica

Cette étude est préparatoire à la figure du mort présente dans le tableau Saint Georges tuant le dragon conservé à la National Gallery de Londres. Son style se rattache aux premières années d'activité de Tintoret, mais le modèle n’est pas d’après nature. Le dessin révèle l’habileté de l’artiste dans le rendu du raccourci et le traitement du clair-obscur et témoigne déjà de sa grandeur hors du commun.

Des saints et des morts

La figure morte allongée témoigne d’une manière devenue constante dans l’œuvre graphique de l'artiste à partir de 1549. La récurrence de certains éléments, comme le buste musculeux et galbé ou les jointures articulées, devient typique chez Tintoret, qui les employait pour ces figures préparatoires de personnages divers ayant une force expressive exceptionnelle. Le rôle secondaire de l'homme mort dans la composition finale est révélé par le traitement rapide des formes : de brefs raccourcis relèvent le visage et les volumes du corps émergent grâce au contraste du clair-obscur. L’idée qu’il s’agit d’une feuille préparatoire dérive du fait que Tintoret n'hésita pas à retravailler le bras gauche en bas de la même feuille. La vivacité de la description n'est cependant pas diminuée par la rapidité et la sûreté du trait qui font de cette feuille une œuvre achevée et définitive, prête à être transposée en peinture.

Invention macabre

L'insertion du personnage mort dans l'iconographie de saint Georges tuant le dragon est une pratique qui s’était répandue à Venise par le biais de Vittore Carpaccio, artiste de premier rang du début du XVIe siècle : il l'avait utilisée dans sa version du même thème conservée à la Scuola di San Giorgio degli Schiavoni où plusieurs morts étaient représentés. Tintoret décida d'en exécuter un seul, développé dans la feuille du Louvre. Le dessin, ainsi que le tableau, n'ont pas reçu jusqu'à maintenant de datation précise ; la proposition la plus récente considère qu'ils ont été réalisés vers 1549. A cette période, Tintoret maniait un langage tout à fait personnel à travers la technique traditionnelle de la pierre noire sur un papier coloré. L'Homme nu allongé est d'autant plus significatif dans la production artistique de Tintoret qu'il s'agit de l'un des rares dessins qu'on peut mettre en rapport avec une œuvre peinte.

Bibliographie

- FORCIONE Varena, Réserves : les suspens du dessin, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1995-1996, n 1.

- REARICK William R., Le Siècle de Titien : l'âge d'or de la peinture à Venise, cat. exp. Paris, Grand Palais, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1993, pp. 585-586, n 238.

- REARICK William R., Il Disegno veneziano del Cinquecento, Milano, Electa, 2001, p. 120.

- ROSSI Paola, I Disegni di Jacopo Tintoretto, Firenze, La Nuova Italia, 1975, p. 51.

- TIETZE Hans, Tintoretto. The paintings and drawings, New York, Phaidon publishers, 1948, p. 585.

Cartel

  • ROBUSTI Jacopo

    Etude d'homme nu allongé et reprise du bras

    Strozzi, Filippo

  • Pierre noire avec des rehauts de gouache blanc sur papier gris-bleu. Dessin restauré

    H. : 41.7 cm. ; L. : 25.5 cm.

  • achat

    395382

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet